Magazine Culture

Miracle Fortress - "Five Roses" 2007 Secret City Records

Publié le 21 janvier 2011 par Audiocity

 

Je ne me souviens plus très bien comment j'en suis arrivé à tomber sur ce disque (sans doute en fouillant parmi les nombreux blogs spécialisés). Je me rappelle par contre très bien qu'il ne m'a fallu que quelques minutes pour me faire un avis sur la musique de ce canadien prénommé Graham Van Pelt, et qu'en moins de deux cet album s'est retrouvé dans mon panier virtuel, prêt à me rejoindre tandis que je m'impatientais de pouvoir enfin l'écouter dans sa totalité, autrement qu'à partir d'un lecteur mp3 passable, assis confortablement face à mes 2 enceintes, heureux de monter le son à souhait pour savourer ces superbes envolées vocales et harmoniques qui avaient su si rapidement me séduire.
Disons le clairement, en dépit de l'appellation du groupe, Miracle Fortress, ce "Five Roses" n'a en somme pas grand chose de miraculeux. Contrairement aux ambitions clairement affichées (et néanmoins ambitieuses), je ne me permettrai donc pas d'en écrire plus qu'il n'en faudrait pour tenter de vous persuader de la qualité de celui-ci. Je resterai donc le plus objectif possible et ferai en sorte de ne pas trop extrapoler mon propos, au risque de le voir tomber dans le pathos d'un style trop caricatural qui risquerait plus de nuire à l'objectivité de mon écoute qu'à mon envie de vous le faire partager en toute simplicité.

Même si Miracle Fortress se présente sur scène comme un groupe à part entière (Nathan Ward, Adam Waito, et Jessie Stein l'accompagnent), il s'agit d'abord et avant tout de l'oeuvre de Graham Van Pelt, jeune multi-instrumentistes canadien (du côté de Montréal), que certains connaissent déjà pour l'avoir entendu au sein de Think About Life fondé avec le batteur Matt Shane en 2005. L'envie pour lui d'expérimenter d'autres choses, de se surprendre en ne travaillant que sur ses propres productions, le pousseront à suivre un chemin parallèle mais finalement très éloigné de ce qu'il écrivait jusqu'ici. Le public visé n'est d'ailleurs plus du tout le même; on passe d'un électro/punk festif à une musique beaucoup plus personnelle et plus posée, sorte de pop moderne teintée de psychédélisme. Pour la petite histoire, il produisit d'abord un EP de 5 titres auto-diffusé, Watery Grave, qui l'emmena à collaborer rapidement avec le le label Secret City Records pour qui il enregistrera ce très bon "Five Roses" (remarquez ma sobriété), qui fut lancé en mai 2007 en Amérique du Nord, puis en septembre de la même année dans le reste du monde.
12 pistes, un peu moins de 45 minutes à écouter, et autant de plaisir à passer en sa présence, voilà bien les mots les plus simples pour en parler brièvement. Et comme pour en ressentir la quintessence même, rien ne prévaut plus que les explications de son auteur, je reprends ici les propos de Graham Van Pelt tenus lors de son passage obligatoire face à des journalistes pour en faire la promotion (apparemment pas assez pertinente compte tenu du peu d'intérêt de la presse d'alors).

«La plupart de ces chansons sont venues et se sont intégrées les unes aux autres naturellement. Il ne m'a suffi que de trois mois pour compléter le processus. J'enregistrais constamment en studio tout en complétant les compositions. C'est dans ce contexte que je suis le plus à mon aise. Je fais de la recherche de sons, je réécoute les essais et je constate au fur et à mesure ce qui se démarque».
«Je n'ai aucune difficulté à me considérer comme un ingénieur, poursuit ce musicien perfectionniste. Je l'assume sans détour. Sur cet album, j'ai travaillé avec un vieux modèle Casio. Tous les sons ont été fabriqués à partir de cet instrument. J'aime trouver le son précis que je veux en manipulant ou en transformant celui-ci et être ouvert aux imprévus. Il n'y a pas vraiment de limite dans cette opération».
«Je n'avais pas une idée précise au départ, résume-t-il. Je ne voulais pas recréer le son typique des Beach Boys ou des Beatles. Par contre, j'ai toujours été un admirateur de la pop des années 60 et 70 et j'en consomme beaucoup. Je voulais être fidèle aux méthodes qui se cultivaient en studio à l'époque. Je me suis beaucoup renseigné sur leurs techniques d'enregistrement tout en restant attentif à certains éléments plus modernes que je pouvais intégrer».
Il poursuit : «Je ne voulais pas écrire de manière trop réfléchie et trop cérébrale, ajoute Van Pelt à propos des paroles de ses chansons. Il fallait quelque chose de très spontané, des textes qui ne prennent pas trop d'importance sur la musique. C'était l'idéal pour s'attarder sur les petites choses de la vie, une perception naturelle de certaines facettes, quelque chose d'intuitif et de rafraîchissant qui libère en même temps».
Tout est dit. Ne vous reste plus qu'à vous faire un avis.

Acheter le disque

Myspace


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • OPEN FIVE de Kentucker Audley

    OPEN FIVE Kentucker Audley

    Nouvelle ère, nouveaux medias, nouveaux supports pour diffuser l’art. Soit Kentucker Audley, un américain plutôt talentueux, cinéaste et musicien, qui décide... Lire la suite

    Par  Celine_diane
    CULTURE, MUSIQUE
  • Nas on Hawaii Five-0 ...

    LMFAO! Stop actin' NaS! sa tête 59s c'est vraiment marrant, chelou d'écouter cette voix que j'aime tant jouer l'acteur (enfin essayer). Lire la suite

    Par  Akram02
    CULTURE, MUSIQUE
  • It's Five O'Clock

    It's Five O'Clock

    ELLE: ....un peu plus tard! LUI: Aphrodite's Child Photo: Claudia Fessler Video:Youtube Aprodite's Child It's five Lire la suite

    Par  Modemajeure
    CULTURE, HUMEUR, MODE, MUSIQUE, TALENTS
  • Broken Records

    Broken Records

    - Let Me Come Home Label: 4AD / Musikvertrieb INDIE ROCK C'est l'image d'un sextuor en complet cravate, à l'aune de la caricature indie rock: barbe soyeuse,... Lire la suite

    Par  Lordsofrock
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • Hawaii 5.0 (Five-O)

    Hawaii (Five-O)

    A l’origine la série Hawaii 5-0 (Five-O pour ceux qui aiment parler anglais, yeah!) fut diffusée de 1968 à 1980. Le récent remake qui passe en ce moment m’a bie... Lire la suite

    Par  Aosb
    CULTURE, MUSIQUE
  • Il ne voulait pas placer ses parents dans une maison de retraite, son idée est...

    Kenneth Dupin, un entrepreneur a eu une idée de génie quand il était confronté à l’idée de placer ses parents en maison de retraite. Sa création a fait le tour... Lire la suite

    Le 09 octobre 2017 par   Loopkinn
    CONSO, DÉCORATION
  • Jean Rochefort nous a quitté à l’âge de 87 ans

    Jean Rochefort nous quitté l’âge

    L'article Jean Rochefort nous a quitté à l’âge de 87 ans a été publié sur L'Info Tout Court. Le comédien français Jean Rochefort est décédé. Lire la suite

    Le 09 octobre 2017 par   Linfotoutcourt
    CULTURE

A propos de l’auteur


Audiocity 526 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines