Magazine Culture

Laetitia : une tragédie - une exploitation médiatique comme avec Laurent Delahousse sert l'extrême-droite

Publié le 23 janvier 2011 par Jcgrellety

L'affaire "Laetitia" est très pénible. Une charmante jeune fille, "quelqu'un de très doux, naïf, innocente" a disparu, et tous les éléments dont disposent les enquêteurs laissent penser à un crime pour lequel il existe un principal suspect. Chaque crime est une horreur, nous sommes d'accord. Dans des populations qui comptent plusieurs dizaines de millions d'habitants ou dans certains pays plusieurs centaines, les agressifs pathologiques représentent un nombre infinitésimal. Mais comme chaque crime est absolu, un seul crime est de trop. Peut-on faire en sorte qu'il n'y ait aucun crime ? L'extrême-droite a une package de solutions pour cela : des policiers partout, des caméras partout, la peine de mort. Mais les signes et moyens répressifs n'ont jamais empêché les crimes : dans ce monde fascisant, le criminel serait recherché, filmé, trouvé, arrêté et condamné, mais il aurait aussi accompli son forfait COMME MAINTENANT. C'est donc sur la conscience qu'il faut travailler, sur la prévention et la vigilance des uns et des autres. Mais ces jours-ci, la médiatisation de l'affaire Laetitia par des médias comme le JT de France 2 ne doit pas laisser croire que les bonnes âmes qui dirigent ce type de rédaction ont le souci et la compassion de la victime, de la famille de la victime, mais travaillent clairement à créer de la peur chez les citoyens. POUR QUI ? La réponse est claire. Les faits ont beau dire : "Délinquance : l'homicide, un crime en voie de disparition", cette évolution N EST JAMAIS EXPRIMEE ET EXPLIQUEE DANS CE TYPE DE MEDIAS. Des faits qui concernent plus de citoyens, des faits économico-politiques ne FONT L OBJET D AUCUNE PRESENTATION dans ces mêmes médias. Les faits divers criminels ont leur place dans les médias. La première ? Et pourquoi ? UN SDF qui meurt dans la rue, "TUE" par l'exclusion qu'il ou elle a subi, fait-il ou fait-elle les gros titres de ces médias ? Ces mêmes médias se moquent bien des victimes. Seuls leur importent les sentiments des citoyens et leur interprétation du réel. Et il s'agit bien de les diriger dans un sens particulier.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jcgrellety 408 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine