Magazine Coaching sportif

Le biathlon, c’est de la balle comme sport

Publié le 13 février 2011 par Gregory_capra
Le biathlon, c’est de la balle comme sportEntraînement sur le plateau de Gève


Sur la thématique des sports d’hiver Kevin Fortin vous propose un sport alliant le tir à la carabine et le ski de fond. Discipline olympique, activité proposée en initiation dans certaines stations…Vous avez trouvé ? …Oui, le biathlon. Suivons les traces de M-L Brunet, Simon Fourcade et autres…
Le biathlon (du latin bi, « deux », et du grec athlon, « concours ») est une épreuve combinant deux disciplines. Par coutume, quand on parle du biathlon, on évoque la combinaison du ski de fond et tir à la carabine. De nos jours, la pratique du biathlon au haut niveau est réglementée par l'Union internationale de biathlon qui organise les principales compétitions. Bien que considéré comme discipline du ski ou sport de neige, le biathlon est totalement autonome vis-à-vis de la Fédération internationale de ski, autre institution mondiale ayant autorité sur la majorité des disciplines des sports d'hiver.
Dans les pays nordiques, le ski de fond était le mode de déplacement le plus pratique durant les longs hivers. Les hommes utilisaient des planches de bois pour se déplacer et des armes pour chasser, comme le montrent des vestiges de l'art antique scandinave. En Norvège, des peintures rupestres datant d’environ 5000 ans ont été retrouvées attestant le fait que les hommes pratiquaient déjà la chasse au gibier au moyen de skis pour se déplacer sur la neige. Ces chasseurs organisaient des compétitions pour désigner les meilleurs d'entre eux.
Un soldat armé avec des skis, gravure du Suédois Olaus Magnus datant du XVIe siècle... Dans toute l'Europe du Nord, les écrits composés de sagas et de légendes évoquent l'utilisation combinée de skis et d'armes pour se défendre mais aussi pour se distraire. Ces observations permettent de penser que les pratiques ancestrales du biathlon répondaient à des normes utilitaires : les déplacements, l'alimentation. Elles touchent également le domaine militaire, cadre ou se développe ce sport combiné.
Un sport avant tout militaire
Sur le plan sportif, les origines du biathlon se situent essentiellement dans le domaine militaire. Dès le début de l’ère des Vikings, les populations autochtones du nord de l’Europe se défendaient à skis contre les Vikings danois qui procédaient à de régulières invasions. Au Moyen Âge, des factions militaires armées équipées de skis deviennent des éléments essentiels des armées en Scandinavie et en Russie, des régions régulièrement enneigées.
Au XVIIIe siècle, les unités de patrouilles des armées nordiques pratiquent le biathlon pour surveiller les frontières. Le bon soldat de ces régions est alors à la fois bon tireur mais aussi excellent skieur. En 1767, la première compétition est organisée sur la frontière suédo-norvégienne entre des patrouilles des deux pays. Jusqu’à la toute fin du XIXe siècle, la combinaison du tir et du ski n’est utilisée qu’au sein de l’armée, à l’exception de la chasse.
Le tout premier club de ski associé au tir, le Trysil Skytte og Skiloberlag ou Club de tir et de ski de Trysil, est créé le 30 mai 1861 en Norvège à Trysil. (il a alors pour but de former les soldats pour leurs missions). Le biathlon est également apprécié dans les pays de langue allemande où la combinaison du ski de fond et du tir n’est pas rare. La forme de ces compétitions évolue jusqu'en 1915 et la première course de patrouille militaire. Alors que l'exercice individuel était jusqu'ici de mise, ski de fond et tir sont désormais pratiqués en relais par équipe. Composée de quatre membres, une patrouille militaire est menée par un officier accompagné par un sous-officier et deux soldats. Sur un parcours allant de 25 à 30 km, le relais doit effectuer une séance de tir à mi-distance, couché ou debout. Trente secondes étaient ajoutées au temps du relais en cas d'erreur sur ce pas de tir.
Ce sport connaît un engouement particulier dans les années 1920 et 1930. En 1924, la patrouille militaire fait même partie du programme olympique des premiers jeux d'hiver organisés à Chamonix. Elle devient sport de démonstration à l'occasion des jeux de 1928, de 1936 et de 1948.
Le biathlon moderne
Une fois la Seconde Guerre mondiale finie, le pentathlon d'hiver entre dans une nouvelle ère en se démilitarisant et en s'ouvrant davantage aux civils. La forte connotation militaire laisse place à la pratique par loisir. Aux Jeux olympiques d'hiver de 1948, le pentathlon d'hiver côtoie la traditionnelle patrouille militaire comme discipline de démonstration. Alliant équitation, escrime, tir, ski de fond et ski alpin, ce sport est le pendant hivernal du pentathlon moderne. Mais non reconnu par le CIO, 1948 est l'unique apparition du pentathlon d'hiver au sein du programme olympique. Parallèlement se développe un biathlon d'hiver alliant tir et ski de fond, une discipline qui connaît un rapide engouement en Scandinavie, en Allemagne et en Autriche. Le 3 août 1948 à Sandhurst est créée l'Union internationale de pentathlon moderne qui montre un intérêt immédiat pour cette discipline des sports d'hiver. Présidée par le suédois Tom Wibom, l'UIPM est composée de 17 pays membres. Sur proposition de l'un de ses successeurs, son compatriote Sven Thofelt, le terme de biathlon est officiellement retenu pour désigner ce sport. En 1954, le biathlon est reconnu comme sport par le Comité international olympique. Élaborées en 1955 à Macolin en Suisse, les règles de compétition sont approuvées le 17 novembre 1956 à Melbourne avant que le biathlon intègre officiellement l'UIPM en 1957 (qui devient alors Union internationale de pentathlon moderne et de biathlon en 1967).
Dès lors, après plusieurs années de pratique et de négociations, le biathlon devient sport olympique en 1960 à Squaw Valley, deux ans après l'organisation de premiers championnats du monde à Saalfelden en Autriche. En 1978, un circuit international mondial est créé, la coupe du monde. L'association avec l'UIPM perdure jusqu'en 1993, année de création d'une instance indépendante lors d'une cession extraordinaire à Londres, l'Union internationale de biathlon (International Biathlon Union). La séparation formelle entre les deux fédérations a lieu en 1998. Désormais autonome, l'IBU organise seule la majorité des compétitions de biathlon, les autres sports d'hiver comme le ski alpin, le saut à ski, le ski de fond ou le combiné nordique étant sous l'autorité de la Fédération internationale de ski.
Concepts de base
Une compétition de biathlon se compose d'une course dans laquelle les concurrents parcourent une piste de ski de fond, dont la distance totale est divisée par deux ou quatre séries de tir, la moitié en position couchée, l'autre moitié en position debout. Les erreurs aux tirs sont sanctionnées par des pénalités, minutes rajoutées, pioches ou distance supplémentaire parcourue. Comme dans la plupart des courses, le participant avec le temps total le plus court gagne.
Pour chaque passage au pas de tir, les biathlètes doivent abattre cinq cibles. Chaque cible manquée est pénalisée selon trois façons, en fonction du format de la compétition :
* En réalisant un tour de pénalité d'environ 150 mètres, ce qui correspond environ à 20-30 secondes pour des biathlètes de haut niveau. C'est le cas lors des sprints, des mass-start, et des poursuites.
* En ayant une minute ajoutée au temps total du skieur. C'est le cas lors des courses individuelles.
* En utilisant une pioche, c'est-à-dire une cartouche supplémentaire que le biathlète transporte sur la carabine. Seules trois pioches sont autorisées par tir. Si des cibles restent à abattre après les trois pioches, le biathlète doit alors accomplir autant de tours de pénalité que de cibles restantes. Les pioches ne sont disponibles que lors des relais.
Afin de suivre les progrès des concurrents et la situation relative au long d'une course, des temps partiels (temps intermédiaires) sont pris en différents points le long de la piste de fond, ainsi qu'à chaque passage au pas de tir.
Toutes les techniques de ski de fond sont autorisées dans le biathlon, ce qui signifie que la technique libre (skating) est habituellement préférée, étant la plus rapide, et nécessitant moins de mouvement du haut du corps, ce qui est un handicap lorsqu'une carabine doit être portée sur le dos. Aucun équipement autre que les skis et les bâtons de ski ne peuvent être utilisé pour se déplacer le long de la piste. La longueur de ski minimale est de 4 cm inférieure à la taille du skieur.
Les épreuves. On distingue plusieurs types d'épreuves qui ne seront pas détaillées ici. Mais il y a les épreuves individuelles : parmi cela l'individuelle, le sprint, la poursuite, le départ en ligne dit aussi mass-start
Les épreuves en équipe : le relais, le relais mixte, la course par équipe.
Un point sur le tir. Un pas de tir est divisé en 30 zones d'environ 2,75 m chacune, des zones accessibles à autant de tireurs. Chaque position de tir est numérotée, de 1 à 30 de droite à gauche en regardant les cibles de face. Pour les courses de sprint et d'individuelle, le skieur entrant sur le stand de tir a le choix entre ces 30 positions pour effectuer chaque séquence de tirs, les cibles 1 à 15 étant réglée en position couchée, celles de 16 à 30 en position debout. Il n'a en revanche pas le choix lors des autres épreuves. Ainsi, pour les épreuves de poursuite, de départ en ligne et de relais, l'attribution des positions de tir se fait en fonction de l'ordre d'arrivée sur le pas de tir. Le leader d'une course se positionne ainsi sur le tapis de tir 1, son dauphin sur le tapis de tir 2, etc. En revanche, pour le premier tir des épreuves de relais et de départ en ligne, le biathlète doit se positionner sur le tapis correspondant à son numéro de dossard même s'il mène la course avec un dossard élevé. L'écart entre les athlètes étant généralement trop faible pour déterminer clairement un classement.
C’est un sport pratiqué aussi par les femmes. Parmi les figures marquantes on peut citer Liv Grete Poirée, Corinne Niogret ou Sandrine Bailly. Les règles sont les mêmes hormis pour le relais mixte où les femmes partent en premier pour 6km chacune (elles sont 2) et les deux hommes ensuite ( 7,5 km chacun).

Le biathlon, c’est de la balle comme sportUn sport pratiqué par les femmes et les hommes

Afin de compléter cet article, voici ce qu’a pu me dire Simon Fourcade, biathlète français.

Kevin Fortin : Comment vient-on à pratiquer cette discipline alliant sport et tir ?
Simon Fourcade : Pour ma part, j ai fait du hockey sur glace jusqu’à 14ans. A 10 ans j'ai découvert le ski de fond avec l’école. J’ai continué en parallèle les deux jusqu’à ce que je décide de m’orienter vers le biathlon pour suivre les copains. Aucune vocation particulière donc. Les résultats ne sont venus qu'à partir de 17 ans.
KF : Quelles sont les qualités d'un bon biathlète ?
SF : Avant tout l’endurance car, que ce soit pour les performances physiques ou la récupération avant le tir, elle est primordiale. Une bonne concentration est également essentielle de manière à savoir s'isoler au moment du tir.
KF : Sur quoi porte le travail d'entraînement ?
SF : Il porte sur le développement de l'endurance, de la puissance, l'augmentation de la capacité de récupération et la technique concernant la partie ski, précision, maîtrise de soi pour l’aspect tir.
KF : Lors des préparations, comment se déroule une journée type ?
SF : Lors d' un stage, cela se déroule de la manière suivante :
7.30 lever
7.35 petit footing
7.45 déjeuner
9.00 entraînement spécifique (longue endurance, intervalles, seuil...) + tir à l effort
12.00 repas
13.00 sieste
15.30 2ème entraînement (2eme longue séance, musculation, renfo musculaire, séance de récup active....) en fonction de l’entraînement du matin
18.00 étirements, massage, position (travail de tir à sec c’est-à-dire au repos sans munitions, travail de stabilité)
19.00 dîner
22.00 dodo
KF : Quels sont les objectifs de l'équipe de France cette année ?
SF : La saison est déjà bien avancée, mais les championnats du monde reste un objectif primordial comme tout les ans. Pour ceux qui sont bien placés au classement général est également important.
KF : Du point de vue de la partie tir, quel est le plus dur, couché ou debout ?
SF : Comme lors d’autres pratiques, on va dire que cela dépend des goûts de chacun. Le tir couché revêt un aspect plus technique, prises d'informations (position, analyse du vent, de la luminosité...) alors que le tir debout quand a lui fait plus appel à un aspect mental car c’est une bataille face à soi même pour mettre les balles dans la cible.
KF : Quels plaisirs apporte ce sport ?
SF : Un sport de compétition exclusivement. Donc un plaisir qu’il faut aller chercher dans l’effort et la souffrance. Si on le voit d'un côté un peu moins SM, plaisir et sensation de glisse grace au ski de fond, et le tir qui vient cassé la monotonie que l’on peut certaines fois rencontrer dans les sports d'endurance.
KF : Y-a-t-il une morphologie idéale pour pratiquer ?
SF : Non pas de morphologie particulière, même si les grands gabarits auront tendance à être avantagés de part l'amplitude qu’ils peuvent déployer et des temps de glisse forcément plus importants. Les gabarits sont également de plus en plus imposant depuis quelques années car la force et la puissance sont devenues primordiales dans notre sport. Sans parler non plus de gabarit de rugbymen ou de skieurs alpins car il faut porter les kilos en bosse.
Les amateurs de tir et de ski trouveront donc leur compte dans ce sport qui demande les qualités du ski de fond et celles du tir. De nombreuses stations proposent cette activité, comme les stations d’Isère, Autrans, bientôt Villard de Lans et autres.

Article rédigé par Kevin Fortin

Pour contacter Kevin : manager@gregory-capra.com


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gregory_capra 12853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte