Magazine Culture

LES ANONYMES, R.J. Ellory

Par Fleurdusoleil
LES ANONYMES, R.J. Ellory

Résumé Editeur :

Washington. Quatre meurtres. quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser à un  serial killer est à l'oeuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente et va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain.


Mon avis :

Mea culpa. Je souhaite m'excuser publiquement de mon ignorance ! Je regrette d'avoir attendu si longtemps avant de lire ce talentueux romancier : R.J Ellory. J'ai traîné lors de la sortie de Seul le silence, pour oublier de l'acheter, puis simplement passé sous silence Vendetta. Les Anonymes a bien failli lui aussi passer à la trappe, mais un clin d'oeil lors d'une balade à la médiathèque, nous a réuni.
Et franchement, aujourd'hui je peux l'affirmer, c'aurait été malencontreux de ne pas lire ce roman.
Tout commence par une scène décisive. Nous assistons aux derniers instants de Catherine Shéridan. Elle est apparemment la quatrième victime de celui que les médias ont surnommé "Le tueur au ruban".
Lorsque l'inspecteur Miller arrive sur les lieux, il s'imagine avoir entre les mains un enquête banale. Il découvre vite que tout n'est qu'apparence. Les identités des victimes sont fausses, des indices sont inattendus.
Au fil des pages, nous suivons alternativement l'enquête de Miller et son coéquipier Roth, et les pensées d'un dénommé John Robey. Au fur et à mesure que l'histoire s'installe, les deux hommes se rapprochent et finissent pas se confronter. Miller et Robey se rencontrent donc, et là, le roman prend un autre tournant. Jusque là, on avait affaire avec une enquête de police assez classique, parsemée de quelques incohérences. A la moitié du livre, on se targue de savoir ce qui s'est passé, qui est coupable?. Trop facile ! Et bien non, on tombe dans un gouffre sans fond, on monte d'un cran dans l'angoisse et l'on se retrouve dans un nid de vipères, aux prises avec des membres de la CIA. Cette immense organisation américaine, aux missions mystérieuses et quelques fois plus que douteuses, va entrainer notre pauvre inspecteur Miller dans un univers qu'il aurait préféré ne jamais connaître.
Pas une seule fois le lecteur n'est laissé sur sa faim. Les explications ne sont jamais lourdes mais toujours pertinentes et utiles à la compréhension du récit. Car comme beaucoup, l'aspect politique m'avait un peu effrayée et j'avais peur d'être matraquée de références à la politique américaine pesantes et alourdissant trop la fluidité de l'histoire. Et bien pas du tout! Les éléments sont disséminés intelligemment dans le texte et ne le rendent pas indigeste.
Je ne vous surprendrai pas en vous disant que les personnages sont dépeints excellement et qu'ils sont tels qu'on les imagine dans ce genre de situation. Mais je n'en dirai pas plus. Ce serait vraiment bête de trop en dévoiler.
Malgré tout, je constate un petit bémol. Bien entendu ce n'est qu'un point de détail. Je trouve que le titre Les anonymes, choisi pour la version française, n'est pas très représentatif. Le titre original A Simple Act of Violence est plus percutant. Simple avis personnel...
C'est donc avec un grand plaisir que je suis entrée dans ce complot international et je me suis laissée prendre dans les nombreuses tentacules de la CIA.
Je rattraperai donc ma méprisable erreur et lirai en toute confiance Seul le silence et Vendetta.
Les anonymesCritiques et infos sur Babelio.com

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fleurdusoleil 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines