Magazine Culture

Anthologie permanente : Bernard Heidsieck

Par Florence Trocmé

Louis-Ferdinand Céline
[Tout au long de la Lecture, en contrepoint, parfaitement audible : la respiration réelle de Louis-Ferdinand Céline, ainsi que le bruit continu de « trois petits points » tapés à la machine à écrire.
En outre : grognements de Bébert.]

Alors     comme ça     pour vous     Docteur     vos trois petits points     ce ne serait que du pointillisme à la Seurat !       Vous vous en souvenez ?      Vous l’avez dit quelque part !      Je vous ai entendu l’affirmer !      Ce qui ne manquait pas d’audace !      Ni d’humour     Le rapprochement est cocasse !      Sinon comique, même !      Mais c’était bien là ce que vous visiez ?      N’est-ce pas ?      Parce qu’en matière de provocation…      Car enfin     si ceux de Seurat     figent un instant « T »…      les trois vôtres filent toujours leur train d’enfer !      C’est du schrapnel tous azimuts ! Avec tout le vitriol de leur non-dit ! De leur dynamite en suspens…     sous-jacente…     prête à…     Mais…      Mais c’est Bébert que j’aperçois là !      Eh bien !      Dites-moi !      Voilà un chat qui aura voyagé !      Et vous disiez que ce n’était pas un chat aimable…     Qu’il n’a jamais su ronronner…      Peut-être est-ce dû au climat spécial de son territoire ?      Mais il m’a tout de même l’air de s’être calmé…      assagi !      Sans doute ne faut-il pas s’y fier trop !      Mais l’âge aidant…      ou l’expérience de ses errances et de ses bourlingues…     le souvenir de ses errements ou de sa vie de faux châteaux…      le regret de ses coups de griffes     (inqualifiables, disons-le…)     ou le remords de ses miaulements     aigres, grinçants…     tout cela, Docteur…     tout cela vous l’a peut-être transformé !      Ce sont des choses qui se voient !      Vous le savez mieux que personne !      Rien tel oui, certainement     que la vie d’un dispensaire pour…      ce qui vous aurait même évité, dispensé     selon vos propres termes     d’être un homme à idées     à « messages » !    pour vous cantonner au « Style »      à lui seul     purement et simplement…      Bon !      Certes, sa singularité ne vous sera pas niée…     Enfin…     Nous reviendrons peut-être un jour là-dessus…      Mais     docteur !      dans l’immédiat et à propos de vos trois petits points… puisque nous les évoquions…     j’étais venu…      là…      vous consulter…     parce que j’ai moi-même un point douloureux qui…     et non pas trois, heureusement…     oui,      un point     là     qui…    

mai / septembre 1989 (2’30”)

 

 

Bernard Heidsieck, Respirations et Brèves rencontres, Al Dante, 1999


contribution de Jean-Pierre Bobillot

bio-bibliographie (présentation de B. Heidsieck par Jean-Pierre Bobillot)

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines