Magazine Afrique

Femmes du Show-biz, Belles, célèbres, amoureuses… : Pourquoi leurs hommes les trompent ?

Publié le 22 février 2011 par Africahit
Belles, célèbres, adulées, les femmes du Show-biz – véritables bombes à fantasmes pour le commun des hommes – ont, pourtant, du mal à ‘’fidéliser’’ leurs compagnons. Au même titre que les femmes ‘’ordinaires’’ ! Mais qu’ont donc ces hommes à tromper ces femmes si ‘’spéciales’’?…
Le conte de fée serait-il en train de virer au cauchemar ? La Princesse serait-elle en train de pleurer dans sa robe de bal et le Prince se serait-il transformé en crapaud ? Depuis quelques semaines, l’un des couples les plus glamours du show-biz ivoirien, celui qui respirait le modèle de stabilité et de complicité, ne semble plus être vraiment synchro sur la musique d’Amoudjou.
Qu’Hortense Koffi et Gadji Céli – car c’est d’eux qu’il s’agit – en soient aujourd’hui à ‘’couler’’ leurs nuits dans des lits différents, ne manque pas de nourrir les ondes de radio-trottoir et faire couler beaucoup d’encre. Certes, le couple tente de limiter les débordements en casquant ce qui transpirait la ‘’séparation de corps’’ d’une belle casquette d’explications qui devraient pouvoir mâter ‘’l’affairage’’ en marche. Officiellement, ‘’ il n’ y a aucun problème. C’est juste pour des raisons personnelles qu’Hortense s’est retirée ailleurs’’. Mieux, il y a quelques jours de cela, le couple Gadji a même été aperçu faisant des courses au Plateau. Mais, officieusement, le chanteur très apprécié par la gent féminine, aurait tendance à s’en délecter et à rendre quelques hommages un tantinet trop ‘’personnalisés’’ à ces dames. Toute chose qui aurait amené Hortense, dépitée, à récuser la ‘’Proclamation’’ du domicile conjugal des Deux Plateaux pour la ‘’Certification’’ de la Cité des Arts où elle se terre. Et se tait…
Cependant, si la présomption d’infidélité qui flotte sur le toit de la ‘’rébellion’’ conjugale d’Hortense reste encore à démontrer, il faut noter qu’au chaudron des infidélités conjugales, les femmes-peoples y portent la même cuillère et mangent à la même table que les femmes ‘’ordinaires’’. Il y a quelques années, un certain Anliou laissa dans les filets grossièrement tendus d’une danseuse, son histoire d’amour avec feue Joëlle C et brisa, ce qui restera sans doute à jamais, le grand amour connu de la vie de la chanteuse. L’animatrice-vedette de Variotoscope, Nahomi, a également goûté au chaudron. Servi par un certain O’Nel Mala dans un registre certes différent, mais tout aussi courant : ‘’Il disait vouloir m’épouser alors qu’il était déjà marié…’’, a-t-elle révélé à propos du chantre avec qui elle se dorait la pilule,‘’juste deux ou trois mois’’, à une certaine époque. La pétillante animatrice – aujourd’hui Madame Alafé – choquée de découvrir qu’elle avait été abusée par l’artiste, avait alors mis fin à la Love Story, sans hésiter. Mais quoi qu’il en soit, une liaison découverte – et même avouer – est difficile à digérer. Forcément. Faut-il alors, pour se faire à la douleur, avaler sans se poser de questions le cachet d’explications du pédiatre Aldo Naouri, qui voit dans l’adultère le mot ‘’adulte taire’’ ? C’est-à-dire un refus de la condition d’adulte, une quête illusoire d’immortalité qui passerait par une infantile ribambelle de maitresses ? Les explications existent, de toutes les tailles, certes, mais n’entrent pas pour autant dans les costumes d’excuses. Si dans une comédie de boulevard, l’amant dans le placard faire rire, dans la vie, ça fait mal. C’est tout. Dans ‘’Le désespoir des singes et autres bagatelles’’, Françoise Hardy revient sur la liaison de son compagnon Jacques Dutronc avec Romy Schneider. ‘’Le partager me détruisait déjà, le quitter me détruirait plus surement’’, écrit-elle. Alors… elle est restée. Tenir donc.
Serrer les dents, parfois. Jusqu’où ? Et à quel prix ? Catherine Laborde, une écrivaine française, en fait un roman, ‘’La douce joie d’être trompée’’. Doit-on accepter la double vie de l’autre ? ‘’On ne peut pas porter de jugement sur les choses comme ça. Il n’y a que les gens qui les vivent qui peuvent comprendre’’ coupe Danielle Mitterrand l’ex- Première Dame de France dans le documentaire télé, ‘’Danielle Mitterrand, l’insoumise ‘’ diffusé sur Arte. ‘’Chacun sait que ce sont des choses qui peuvent arriver dans la vie de tous les couples’’ déclarait Anne Sinclair, au lendemain d’une aventure extra conjugale médiatisée de Dominique Strauss-Kahn.
‘’Je suis une mal blessée sentimentale’’, confiait Tina Glamour, il y a quelques temps, à un confrère, à propos de ses relations avec les hommes. Puis, elle s’épanchait, sincère : ‘’J’ai des regrets, parce que je me dis que je pouvais avoir une meilleure vie sentimentale si je n’étais pas rentrée en Afrique. J’ai une mentalité américaine.’’ En tout état de cause, une question reste posée : pourquoi des femmes, jeunes, belles, pleines de talents, fantasmes refoulés du commun des hommes, se trouvent-elles trompées et souvent au profit de femmes plus ‘’ordinaires’’, danseuses, nounous, filles de ménages et autres filles anonymes, quelconques et légères ? Pour les spécialistes de la question, c’est mal connaitre la nature de l’amour que de s’interroger ainsi. ‘’Les gens croient que si l’on est riche, jeune, beau et célèbre, tout va réussir. Mais cela ne fonctionne pas comme ça.
Dans leur vie amoureuse, de nombreux adultes recherchent, sans le savoir, quelque chose qui remplace l’image parentale, ces parents qu’ils ont tant idéalisés dans l’enfance. Et le partenaire réel, aussi parfait soit-il, n’est jamais à la hauteur de ce qu’on place en lui. D’où une quête permanente jamais satisfaite…’’ commente le psychanalyste Samuel Lepastier. Quant aux concernés eux-mêmes, les explications (qui n’ont pas valeur de justifications, il faut le dire), sont claires: ‘’La Star dont vous parlez, c’est quand elle passe à la télé. Mais, à la maison, c’est une femme comme toutes les autres. Donc, exposée à tous les comportements qui peuvent pousser son homme à aller voir ailleurs. Ça peut être sentimental, quand l’amour commence à ‘’foutre le camp’’ ou purement physique quand il y a insatisfaction dans l’intimité’’ confie, sous anonymat, une figure bien connue en matière de Star-Love. Et au compagnon d’une belle animatrice-télé de renchérir: “C’est vrai, le statut de star attire et émoustille. Mais une fois passés ces moments, on se retrouve avec la femme, vraie, telle qu’elle est, avec ses qualités et ses défauts. C’est comme ça qu’on se met à chercher autre chose. En fait, il suffit d’enlever l’enveloppe de star et vous comprenez tout quoi!’’ conclut-il.
Ainsi, dans la réalité de leurs domiciles conjugaux respectifs, Hortense et Gadji, Hanny Tchelley et François Kèncy, Jeanne Tessia et Ahmed Bouah, Nahomi et Alafé Wakili, Gildas Salomé et Shaoleen, Kandet Kanté et Maître Bailly, Joelle Koffi et Ahoua Stallone… sont juste des hommes et des femmes, faits de chair et de fatigue, de fantasmes et de contradictions. Plus grave, qu’ils soient souvent sous les feux de la rampe et sollicités en permanence, ne prédispose pas à une relation stable et équilibrée, à l’abri de tout orage.
Autre question: comment expliquer que les compagnons de ces à stars soient tentés par une sexualité souvent crue, jetant leur dévolu sur des filles ‘’ordinaires’’ ? Serait-ce en réaction à la Personnalité de leurs célébrités de compagnes, femmes fortes… parfois trop fortes ? ‘‘Certains hommes aiment sincèrement leurs épouses, mais ils sont tétanisés par une femme qui est leur égale. Il est plus facile pour eux de jouir en ayant un sentiment de domination, face à une femme qui est ‘’rabaissée’’... C’est le fameux schéma de la maman et la putain’’ rappelle le psychanalyste Serge Héfez, auteur de ‘’Dans le cœur des hommes’’. Pour les célébrités masculines à l’image de Gadji, Ahmed Bouah, Shaoleen Konty, Baba Coul, Kèncy et autres... soumis à une pression constante, l’infidélité offre un autre avantage : redonner un sentiment de force et de confiance en soi. ‘’Le gens connus sont souvent fragiles narcissiquement. Ils ont tout le temps peur de perdre ce qu’ils ont. Ils éprouvent le besoin de se rassurer. Pour les hommes, d’incessantes aventures sexuelles peuvent jouer ce rôle’’ renchérit Samuel Lepastier. Dans tous les cas, dans les histoires d’infidélité, la médiatisation des femmes-peoples n’arrange rien. Bien au contraire, elle joue un ‘’effet loupe’’. En effet, les infidélités sont bien connues, dans tous les couples et se résolvent dans l’intimité. Mais lorsque cela se déroule sous les yeux de tout le pays, difficile pour celle qui est trompée, de ne pas rompre avec fracas. L’humiliation publique pousse à laver l’affront plutôt qu’a chercher la réconciliation. Car, à la blessure intime de la trahison, s’ajoute le choc public du fait de leur célébrité, que ces femmes doivent surmonter. Avant de retrouver – ou pas – la paix à deux.
Est-ce à dire que les couples-peoples sont fatalement condamnés à se briser chaque fois ? En fait, les couples-peoples vivent de façon exacerbée ce que vivent tous les couples en général.
‘’Nous sommes dans une contradiction permanente. D’un côté, on a une vision du couple très romantique, héritée des contes de fées, de l’autre, on considère que parce qu’on est une célébrité, on est censé avoir la vie la plus excitante, la plus autonome possible. Ce qui est humainement impossible’’ explique Serge Héfez. Une quadrature de cercle qui tourne donc au casse-tête insoluble quand on est belle, adulée, désirée, célèbre – parfois même primée – …et amoureuse.
Les Princesses du Show-Biz n’ont donc pas fini d’habiter le même quartier que les femmes ordinaires… du moins au pays de l’infidélité conjugale. A moins que…
Par Améday KWACEE

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Africahit 4465 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte