Magazine Cinéma

Mississippi Burning

Publié le 04 mars 2011 par Olivier Walmacq

Mississippi_Burning_1988_1

genre: drame historique
année: 1989
durée: 2H05

L'histoire: En 1964, 3 militants pour les Droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. 2 agents du FBI sont chargés de l'affaire. Très vite, les méthodes d'intimidation d'Alan Ward et de Ruppert Anderton dérangent, en particulier le Klu Klux Klan.

La critique:

Avec Mississippi Burning , Alan Parker signe à nouveau un film polémique, un genre dont le réalisateur s'est fait une spécialité. Rappelons que Midnight Express a fait couler beaucoup d'encre...
Dix ans plus tard, Alan Parker signe un nouveau drame bouleversant, se déroulant dans les années 60, dans le Sud des Etats-Unis. Mississippi Burning a le mérite de présenter rapidement son sujet.

En effet, dès l'introduction trois défenseurs des Droits Civiques des noirs sont assassinés. Leurs corps disparaissent. L'affaire fait évidemment scandale et la presse s'en mêle.
Le FBI aussi et deux agent sont envoyés sur place pour mener l'enquête. Malheureusement, une fois arrivés sur les lieux, personne ne veut leur parler.
Clairement, ils ne sont pas les bienvenus dans la petite ville.

Oui mais voilà, les deux agents, Alan Ward et Ruppert Anderson, interrogent les populations noires. Ce qui est évidemment mal vu. Et puis, dans le coin, certains membres du Ku Klux Klan font pression: noirs jetés en pâture puis brûlés, le but étant que la vérité reste dans le plus secret.
Mais à force d'obstination, Ward et Anderson parviennent à obtenir quelques témoignages intéressants.

Mieux encore, ils arrivent même à retrouver les corps des militants. Pour la communauté blanche, et plus particulièrement pour les membres du Ku Klux Klan, l'affaire se complique.
Au niveau des acteurs rien à redire, Willem Dafoe est surprenant dans le rôle d'un agent du FBI droit et déterminé. Son collègue, Anderson, se montre plus brutal.
Mais peu importe, le but est de trouver des preuves. Et pour cela, Ruppert Anderson n'hésite pas à utiliser la manière forte. Dans ce personnage, Gene Hackman livre une belle performance.

Mississippi Burning est tirée d'une histoire vraie. Alan Parker cherche visiblement à réaliser un film coup de poing et sans concession. Mission accomplie dans l'ensemble.
Paradoxalement, on a un peu l'impression que le cinéaste se contente de relater les faits sans jamais prendre position. Ce qui atténue un peu l'impact du film par moments.
Toutefois, ça reste un drame poignant et largement recommandable. Un très bon film !

Note: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines