Magazine Cinéma

"57000 km entre nous" : bienvenue chez les fous !

Par Luc24

L'artiste plasticienne Delphine Kreuter s'essaie au cinéma avec une oeuvre complètement décalée qui parle , entre autres, de notre relation à Internet. Distribué dans 5 salles, ce petit film est-il une pépite ?

La critique     

Original, maladroit, touchant, brouillon : un film décalé

Bienvenue chez les fous ! Contrairement à ce que l'on pourrait croire en voyant la jolie affiche, ce film est tout sauf joyeux. 57 000 km entre nous c'est plusieurs histoires de personnages complètement déséquilibrés dans notre monde moderne de communication. Il y a d'abord la mère , Margot (Florence Thomassin). Elle a refait sa vie avec Michel (Pascal Bongard) et ensemble ils tiennent un blog où ils exposent toute leur vie. Moment de bonheur à coups de "je t'aime", recettes de cuisine maison et diner entre amis : tout y passe et est diffusé par podcast. Il y a ensuite la petite fille de la famille, Nat (Marie Burgun). Peut être la plus normale de tous. Nat passe son temps à converser sur Internet. Elle partage des dialogues avec un homme déséquilibré qui aime être traité comme un bébé (imaginez Mathieu Amalric en couche et suçant son pouce!) mais aussi et surtout avec un mystérieux internaute, Adrien (Hadrien Bouvier), avec qui elle passe des heures à converser tout en jouant à un jeu de rôle en ligne. Ils ne se sont jamais vu mais progressivement l'envie va se faire ressentir. Problème : Adrien est en phase terminale dans un hôpital. Internet est son seul moyen de s'ouvrir au monde et de communiquer avec les siens (sa mère ne parvenant pas à accepter sa maladie, elle ne parle avec son fils malade que par webcams interposées!) Ajoutez à cela que la grand-mère de Nat est du genre à se balader en maillot de bain paillette en se prenant pour une star de cabaret et que le père génétique de la jeune fille à quitté sa femme pour devenir lui-même une femme : vous comprenez que la vie de Nat, c'est pas de la tarte...Sa rencontre avec Adrien aura-t-elle lieu ? Auront-ils le temps de s'aimer ?

Filmé en DV et avec les pieds , 57 000 km entre nous déroute immédiatement. Absence totale de moyens, réalisation à l'arrache...Delphine Kreuter ne semble vouloir que filmer ses personnages en gros plan. car ce qui l'intéresse c'est ce qu'ils ressentent. Alors oui ça donne la nausée, oui c'est hyper cheap mais étrangement on finit par accrocher et se prêter au jeu. Certains plans assez sublimes émanent même de temps en temps. Oeuvre décalée, 57000 km entre nous intéresse surtout par le sujet qu'elle traite : notre relation à Internet et plus globalement à un monde d'images où real tv et blogs ont banalisé le fait d'exhiber sa vie privée. Comme s'il n'était plus possible de vivre , de vibrer sans avoir un minimum de notoriété, sans avoir ce "privilège" qu'est celui d'être vu et reconnu. Peut-on encore se passer d'Internet aujourd'hui ? La question mérite d'être posée. Ce nouveau moyen de communication aurait tendance justement à nous éloigner des notres, à nous faire céder à la facilité. C'est le cas ,dans le film, de l'ancien compagnon de Margot devenu une femme qui prend des nouvelles d'elle en consultant son blog plutôt que de l'appeller et aussi et surtout de la mère du jeune Adrien qui prend des nouvelles de son films mourant par Internet, moyen pour elle de rester en contact avec lui sans avoir à supporter l'atmosphère d'un hôpital. On en perdrait donc nos beaux rapports humains au profit du virtuel.

Mais 57000 km entre nous montre aussi qu'Internet apporte son lot de bonnes choses. Grâce à la technologie, Adrien peut communiquer avec le reste du monde et se trouver une nouvelle amie. Nat peut échapper à son quotidien difficile en se baladant avec son avatar dans un jeu vidéo...Et au final le virtuel peut devenir réel. Enfin, on l'aura compris, le premier long de Delphine Kreuter est avant tout un film sur l'identité, tous les personnages ayant un rapport complexe vis-à-vis de leur propre image. On regrettera que ce sujet intéressant n'ait pas pu bénéficier d'une véritable réalisation, de véritables moyens. Mais le côté cheap et bordélique avec toutes ces idées et ces personnages qui partent dans tous les sens est peut être aussi ce qui fait le charme de ce film singulier. Si vous êtes en manque d'originalité, laissez-vous tenter !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Bienvenue au cinéma

    Hier, soirée de détente, nous sommes allés voir « Bienvenue chez les Ch’tis » de et avec Dany Boon, accompagné de Kad Merad, Line Renaud, Zoë Félix, Patrick... Lire la suite

    Par  Midoparadise
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • Bienvenue chez les Cht'is

    En exclu, avec 3 guerres de retard, voici mon impression sur ce film que j'ai vu... heuuu y a presque 3 semaines! On le connait tous, mais pour le fun, voici... Lire la suite

    Par  Kti Jade
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • Bienvenue chez les chtis

    Crêpe Georgette, le blog qui ne fait rien comme les autres : on voit les films après et on les aime moins qu’il faudrait. J’ai eu raison de ma paresse et suis... Lire la suite

    Par  Juval
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • Bienvenue chez les Ch'tis

    Bienvenue chez Ch'tis

    Philippe Abrams est directeur de la poste de Salon-de-Provence. Il est marié à Julie, dont le caractère dépressif lui rend la vie impossible. Lire la suite

    Par  Jean-Philippe Schumm
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • Bienvenue au B.I.F.F.F. 2008

    Bienvenue B.I.F.F.F. 2008

    A l’occasion du 26e "Brussels International Fantastic Film Festival" ("B.I.F.F.F."), "C pour Cinéma" vous propose de parcourir... Lire la suite

    Par  Tom
    CINÉMA, CULTURE, SCIENCE FICTION
  • Bienvenue chez les ch’tis

    C’el astrix qu’a en tra d’draché sa meure Kad est un postier sans trop d’éthique, il veut se faire muter dans le sud, car sa femme pense que ça permettrait de... Lire la suite

    Par  Corentino
    CINÉMA, CULTURE
  • Bienvenue… au COTTAGE

    Comment dynamiser davantage la promotion d’un petit thriller Gorifique anglais sans grande prétention ? La sortie française de "The Cottage" apporte un élément... Lire la suite

    Par  Tom
    BLOG, CINÉMA, CULTURE, PHOTOS

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines