Magazine Cinéma

Sweeney Todd : L’art de tuer en chantant

Par Thibault

Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street : L’art de tuer en chantantA mi-chemin entre comédie musicale et film d’horreur, le nouveau Tim Burton est à l’affiche dans les salles obscures depuis quelques jours. Pour sa sixième collaboration avec le réalisateur, Johnny Depp interprète un barbier qui rasait ses clients d’un peu trop près.

Avec un maquillage proche de celui qu’il arborait dans le merveilleux Edward aux mains d’argent et une mèche blanche comme stigmate de sa douleur au milieu de sa tignasse anthracite, le beau brun retrouve l’univers lugubre burtonien. Son personnage est celui de Benjamin Barker, un jeune homme naïf arrêté injustement et condamné à la prison à perpétuité par le juge qui courtisait sa femme. De retour à Londres après son évasion, il apprend la mort de sa belle et jure de se venger. Il va ainsi se renommer Sweeney Todd et faire appliquer la loi à sa manière. Ainsi il reprend son commerce de barbier au-dessus de l’échoppe de Nellie Lovett. Cette dernière a beaucoup de difficultés pour vendre ses tourtes à cause du prix de la viande. Elle décide donc de s’allier à Sweeney. Grâce à lui, elle peut enfin reprendre les affaires en vendant, en chantant, de mystérieuses « meat pie » dont tout le monde raffole.

L’histoire n’est autre que la reprise de la comédie musicale Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street créée en 1979 par Stephen Sondheim. Le spectacle à succès est lui-même inspiré d’une pièce de théâtre du milieu du XIXe d’Harold Prince, issue des légendes populaires anglaises. Celles-ci racontent qu’un barbier tranchait la gorge de ses clients et donnait les cadavres à sa maîtresse pour qu’elle farcisse les friands. Du côté de l’hexagone, il existe une histoire authentique semblable, la seule différence est que les cadavres étaient délivrés à un pâtissier et non à l’amante.

Côté casting, le talentueux Johnny Depp est entouré de la fiancée et muse de Tim Burton : Helena Bonham Carter dans le rôle de Mme Lovett. Cette dernière a dû s’adonner à des cours de chant et de boulangerie pour le bien de la production. L’humoriste britannique, Sacha Baron Cohen, connu notamment pour son film Borat, a pris les traits du gominé barbier italien Adolpho Pirelli. Anne Hathaway, l’héroïne du diable s’habille en Prada, devait interpréter le rôle de Johana, toutefois le réalisateur a préféré choisir une inconnue, il a donc jeté son dévolu sur une jeune Irlandaise : Jayne Wisener. Le film marque sa première apparition au cinéma. Une réussite pour la belle blonde.

Le film devrait connaître un franc succès même si les dialogues et le synopsis sont un peu trop poussif. En effet, sans les chansons, le thriller musical serait réduit de moitié. De plus, le suspens n’est pas au rendez-vous ; toutes les scènes importantes sont prévisibles. Toutefois, on reconnaît de suite la griffe de Tim Burton et son univers impitoyable…Le sang et l’humour sont omniprésents, pour le bien des zygomatiques et le malheur des âmes sensibles.

Note Shotactu : 7/10

La bande annonce :

Albane Deloule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thibault 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines