Magazine Musique

[Critique] Collapse Into Now - R.E.M.

Publié le 23 mars 2011 par Odakawoi@yahoo.fr

|www.blolit.no-ip.fr| Collapse Into Now - R.E.M.

Actif depuis : 1979                Label : Warner Bros
Date de sortie : 07/03/2011                  Nombre de pistes : 12                      Prix : 19,99€


[Critique] Collapse Into R.E.M.

[Critique] Collapse Into R.E.M.

Ca se mange ?

Qui suis-je pour infliger un triste 2,5/5 au groupe mythique de l'année 1991 avec son disque phare Out Of Time, n'est-ce pas ? En signant son 15e album, R.E.M. peu également se targuer d'avoir près de 30 ans de carrière à son actif... ce qui a le mérite d'être applaudi. Néanmoins, on sait qu'un groupe culte a souvent bien du mal à innover et, dans le même temps, satisfaire les fans de la première heure. Après l'album Accelerate, échec critique et commercial, le groupe préfère retourner aux sources qui ont fait de lui, jadis, un incontournable. Et en cela, il le fait bien : malheureusement, les années 90 n'étant plus d'actualité, les membres de R.E.M. proposent une musique qui oscille entre plusieurs genres et, au final, se cherche.

Alors oui, les cocos font leur job... mais qu'en est-il de "l'étincelle" ? Elle n'est plus de la partie, et ce depuis un bout de temps ; certaines mauvaises langues attribueront d'ailleurs cet état de fait au départ de Bill Berry, ancien batteur du groupe, lors du Monster Tour 85-86'. Dès la première seconde (la 27' en fait), la voix Michael Stipe fait remonter un flot de nostalgie imparable tandis que les riffs de The Edge nous rappellent que, tout de même, le rock n'est pas mort. Le souci, c'est que nos deux compères n'ont rien changé ni au débit ni à aux mélodies.

I know, I know, I know

Bien sûr, R.E.M. ne se permettrait pas de nous servir la vulgaire "soupe". Mais en dépit d'un featuring ci et là avec Patti Smith ou Pearl Jam, j'aurais tendance à juger cet album tout simplement ennuyeux ; notamment à cause du fait que M. Stipe abuse des répétitions sur la quasi-totalité de Collapse Into Now, ce qui amène les "I know, I know, I know", "Walk it back, Walk it back, Walk it back" ou "Deeper, Deeper, Deeper" à devenir franchement agaçants. De même, les textes ne sont pas vraiment inspirés bien qu'une analyse (certes, six années plus tard) soit toujours bonne à prendre.


LIRE LA SUITE SUR BLOLIT...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Odakawoi@yahoo.fr 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine