Magazine Cinéma

[Critique] Easy Money

Par Kub3

L’argent pas si facile

Qu’ont en commun un jeune étudiant en école de commerce (JW), un trafiquant de drogue (Jorge) et un tueur à gages yougoslave (Mrado) ? Outre d’habiter un Stockholm très noir, les trois personnages font dans le trafic de stupéfiants. Très vite ils vont se croiser, s’allier et, bien sûr, se déchirer. Adapté d’un polar suédois best-seller, Easy Money n’est pourtant pas un film aussi simpliste que son pitch le laisse présager.

[Critique] Easy Money

Premier item auquel s’intéresser : la structure générale du scénario. Elle est en effet des plus classiques, l’histoire commençant par l’initiation de JW, se poursuivant avec sa fulgurante ascension puis -on peut le dire sans trahir un grand secret- se concluant sur une chute d’autant plus dure. Pour la révolution scénaristique on repassera, il s’agit ici d’un film de gangsters comme les autres.

Là où en revanche Daniel Espinosa se singularise, c’est dans le traitement de son sujet. La forme, d’abord, se veut particulièrement nerveuse et dégraissée : caméra à l’épaule deux heures durant, le réalisateur a décidé de nous en faire voir. Outre ce cadre volontairement instable (et parfois irritant), le montage lui-même semble perpétuellement courir après le récit tant il est elliptique, avec des scènes coupées de façon abrupte et déstabilisante.

Par cette intransigeance formelle, Easy Money fait mine de ne jamais s’adresser directement au spectateur et préfère opérer par jeu de miroirs. Cela donne parfois cet étrange sentiment de débarquer in media res dans l’action, qui n’est pas sans rappeler le Miami Vice de Michael Mann.

Ce qui sauve enfin la bobine du thriller déjà vu est son aspect choral, avec le point de vue des trois personnages distincts. Plus qu’un artifice formel, il s’agit d’une vraie ficelle scénaristique qui permet à l’histoire de rebondir dans plusieurs sens, chacun des trois criminels ayant ses enjeux propres (qui une fiancée, qui une petite fille, qui une sœur et une mère) et, en ultime ressor, de renforcer d’autant le climax final. De ce qui pourrait n’être qu’une mécanique froide à la Inception, Espinosa tire un véritable drame humain.

Comment reconnaître un bon film ? Facile, il vient de Suède et va connaître un remake américain. Après Millenium et Morse, Snabba Cash -de son titre original- s’ajoute à une liste dont nous espérons qu’elle sera longue.

[Critique] Easy Money

En salles le 30 mars 2011

Photo : © MK2 Diffusion


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Buried, critique

    Buried, critique

    Imaginez-vous enterré vivant, seul dans une boite sous terre. C’est l’étouffante experience claustrophobe que vous propose Buried. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Unstoppable, critique

    Unstoppable, critique

    Un train lancé sur les rails à toute vitesse, ça ne pouvait plaire qu’à Tony Scott pour réveiller le film d’action des 90’s avec une efficacité redoutable.... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • RED, critique

    RED, critique

    Le débat sur les retraites vient de se terminer mais voilà que Bruce Willis souffle sur des braises encore chaudes pour démontrer, armes à l’appui, que pour... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Pontypool, critique

    Pontypool, critique

    Encore une fois, parmi la pléthore de films qui débarque directement en dvd, on peut trouver quelques petits bijoux. Pontypool est de ceux-là, une bonne petite... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Raiponce, critique

    Raiponce, critique

    Qu’on se le dise, Disney est bien de retour aux affaires des princesses. Cette fois c’est au tour de Raiponce de passer à la moulinette de Mickey, pour le plus... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique en avant-première : Easy A (par Jango)

    Critique avant-première Easy (par Jango)

    Synopsis : Une étudiante "accusée" d'avoir perdu sa virginité, se sert de la rumeur pour devenir populaire: elle se fait ainsi passer pour la "garce" de sa fac. Lire la suite

    Par  Jango
    CINÉMA, CULTURE
  • Megamind, critique

    Megamind, critique

    Megamind débarque en ville et devient le nouveau héros de nos bambins… enfin presque. Si seulement il avait été plus fun et sarcastique pour plaire à tout le... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Kub3 1789 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines