Magazine Culture

Lia Ices : le premier grand moment musical de 2011

Par Bscnews
Lia Ices : le premier grand moment musical de 2011Par Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / Vous allez vous dire que je suis sûrement d’une sensibilité à fleur de peau, je n’irais pas jusqu’à dire ça, mais il est vrai que j’ai souvent cette fameuse boule au fond de la gorge et des vagues de frissons à la fin d’un film ou quand je baisse ma garde à l’écoute de morceaux comme une bonne partie de ceux qui composent le premier album de Lia Ices. En 2008 il y a eu Bon Iver, en 2009 les Antlers, quelques morceaux l’année dernière et cette année il y a cette jolie New-Yorkaise.
Bon Iver (qui fait une apparition sur « Daphne ») et les Antlers, c’était une évidence. Deux accords, trois mots et vous perdiez tous vos moyens. Ce n’est pas aussi immédiat avec Lia Ices (lia aïssiz, mettons-nous d’accord de suite sur la prononciation). Je suis assez impatiente de lire et d’entendre quels sobriquets lui seront attribués : princesse de glace, diva cold pop par ses adorateurs, ou chanteuse réfrigérée pour ses haters, que sais-je… En effet, ne comptez pas sur elle pour réchauffer l’ambiance comme pourrait le faire une Florence Welch par exemple. Dès que des les cordes apparaissent, je m’imagine des scènes de films imaginaires où l’action se déroulerait dans un paysage magnifique, enneigé évidemment, dont le scénario tournerait toujours autour d’un thème, celui même des paroles de Lia Ices, l’amour. Ouais, on en fera jamais le tour, il faut s’en rendre à l’évidence.
Je ne veux pas parasiter votre imagination avec ce qui anime la mienne, ce qui rend un peu compliquée cette critique puisque des images ne cessent d’apparaître devant mes yeux clos à l’écoute de ce disque. Je ne vous cache pas que je suis étonnée qu’un tel album me plaise : les filles à la beauté fracassante et à la voix d’ange, avec des fleurs qui leur sortent de la bouche, ce n’est pas vraiment ce qui me fait vibrer. La plupart du temps je règle leur compte en lâchant un laconique « sympa, mais juste comme musique de fond alors », qui est ma manière de me débarrasser d’un bon disque sans saveur. Pourquoi Lia Ices n’est-elle donc ma tombée dans ma corbeille comme tout le lui prédestinait ?
Cette fille est d’une humilité incroyable. Ok, je ne la connais pas, mais tout me l’indique. Et de toute façon je préfère me l’imaginer ainsi plutôt qu’une sorte de harpie à l’ambition démesurée. Ce serait plutôt le genre danseuse-étoile qui passe sa vie à travailler, galère à se faire prendre au sérieux et à décrocher des rôles importants. Une pierre précieuse qui aurait suffisamment roulé sa bosse et qui arrive enfin aujourd’hui avec l’expérience et l’humilité nécessaires pour réussir. Alors voilà, il y a ça, et puis ces neuf morceaux sensationnels.
Baissez votre garde. Ce serait mon seul conseil d’écoute si vous décidez de donner une chance à cet album. Comme lorsque vous allez au cinéma, vous cessez toute autre activité, tout en sachant qu’il pourrait très bien vous déplaire. C’est dur, je sais, vous êtes pour la plupart, comme moi, dans une génération de multi-taskeurs et multi-taskeuses, mais pour apprécier un disque pareil il faut lui accorder toute votre attention et prendre le risque de perdre pied.
Je serais bien embêtée si vous me demandiez quels sont mes morceaux préférés. J’ai cessé de mettre des notes aux albums mais je continue, dans le lecteur média de Windows, de classer chaque morceau grâce aux cinq petites étoiles. Chaque morceau en a quatre ou cinq. C’est vraiment très rare. Il n’y aurait que « Lilac » qui passe un peu inaperçu, prise en sandwich par deux morceaux splendides. Et puis de toute manière votre premier contact avec Lia Ices devrait être « Love Is Won » qui ouvre le disque, je ne suis donc pas inquiète, il devrait vous convaincre d’écouter la suite.
Grown Unknown est une réussite totale, et je pèse mes mots. Un disque d’une beauté exceptionnelle, le premier grand moment musical de 2011 !
Sortie le 25 janvier 2010

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bscnews 324555 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines