Magazine Bd

Andy Diggle – Daredevil, La main du diable

Par Yvantilleuil

Un Daredevil dénaturé ?

Andy Diggle - Daredevil, La main du diableCe vingt-et-unième tome de Daredevil dans la collection 100% Marvel regroupe les épisodes #501 à #507 de la saga US. Rappelez-vous qu’on était passé à la numérotation originelle lors du fameux épisode #500 (380 épisodes de la première série + 120 de la deuxième).

Cet album contient deux arc, « The Devil’s Hand » (4 épisodes) et « Left Hand Path » (3 épisodes). Le premier est l’œuvre d’Andy Diggle au scénario et de Roberto de la Torre au dessin, alors que le second est écrit par Andy Diggle et Antony Jonhston et dessiné par Marco Checchetto.

Le tome précédent marquait la fin du run d’Ed Brubaker (« Gotham central », « Criminal », « Incognito ») et de Michael Lark (« Gotham central ») sur la série Daredevil, sur une conclusion qui marqua les esprits. Si Brian Michael Bendis avait déjà fait très fort en emprisonnant Matt Murdock à la fin de son run, le cliff-hanger proposé par Brubaker lors du tome précédent avait également de quoi surprendre les fidèles de DD. Tout le monde était donc très curieux de voir comment Andy Diggle (Hellblazer, Thunderbolts) allait exploiter le nouveau statut de Daredevil lors de ce tome. Si le héros proposé par Diggle demeure sombre et torturé, sa nouvelle orientation professionnelle chamboule tout de même solidement le personnage.

Le premier arc se déroule dans un New-York dirigé par Norman Osborn et montre un Daredevil à la tête de la Main, tentant de combattre des forces de l’ordre corrompues. Si la pilule sera plus facile à avaler pour les lecteurs de «Dark Reign : The List», les autres auront plus de mal à s’habituer à ce nouvel environnement Marvel. J’ai personnellement un peu de mal à me faire à l’idée d’un DD combattant les forces de l’ordre avec une telle violence et transformant les rues de Hell’s Kitchen en véritable champ de bataille. Déstabiliser l’organisation ninja de l’intérieur, ça passe encore, mais attaquer des policiers (certes corrompus) en compagnie d’une bande d’assassins et les mettre en cage, là, ça dénature un peu trop ce justicier solitaire.

Le second arc se déroule au Japon en compagnie du Tigre Blanc et montre un DD tentant de mettre les différents clans de la Main sur la même longueur d’onde. Dans cette histoire rythmée par les luttes intestines qui divisent la Main, Matt Murdock essaie d’imposer son autorité auprès des différents Daimyos. Un récit qui permet de mieux comprendre l’organisation de la Main et ses desseins.

Mais au final, malgré un héros un peu trop dénaturé, Andy Diggle livre un personnage sombre et torturé, dans la lignée de ses prédécesseurs, et continue de mettre à mal les personnages secondaires tels que Foggy Nelson et Dakota. Et puis, au niveau du scénario, cet album sert surtout à la mise en place de Shadowland, le prochain arc/cross-over à venir.

Au niveau du graphisme, le travail de Roberto de la Torre (dont le nom ne figure étrangement pas sur la couverture) est excellent, entièrement dans la lignée du reste de cette excellente série 100% Marvel. Un graphisme sombre et lugubre qui colle parfaitement à l’ambiance de Hell’s Kitchen. Malgré un décor nippon, le travail de Marco Checchetto est également bon. Et il faut une nouvelle fois souligner l’excellent travail de Matt Hollingsworth au niveau de la colorisation.

Un bon album, à cheval entre le cliff-hanger de Brubaker et l’arc de Shadowland !

Retrouvez ce comics dans MON TOP 2011 !


Filed under: BANDES DESSINÉES, Comics, Séries, [Avec super-héros], [DL 2011], [En cours], [Panini] Tagged: Comics

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yvantilleuil 3439 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines