Magazine Culture

QW - Nine lives

Par Didier Vincent

Comment on s'imagine les autres.

Comment s'imagine-t-on les autres ? En fait on s'en fout. Il vaut mieux ne pas le faire. regarder, seulement regarder et jacasser sans arrêt, sans arrêt, ça suffit à vivre. Je pose les mauvaises questions. En s'en fout de ça, en fait.

C'est improbable, d'ailleurs, créationniste : vous, me lisant. C'est le grand vide comme un livre posé sur un rayon. L'imagination, un si mauvais mot, tiré d'"image". Alors que c'en est loin. Lointain. Alors, on est là à se peupler l'esprit d'étrangetés familières, d'ombres intenses, de visages trop constants. C'est du papier tout ça. La connaissance, celle qu'on pense avoir des autres. Et elle ne servirait à rien au fond. A rien qu'à se poser d'autres questions comme autant de portes à l'infini. On jette donc. L'humain n'est pas fait pour philosopher, ou alors avec parcimonie, comme Descartes, quelques heures par an, en état d'ivresse. Alors, les autres, on les évacue ? Mieux vaut vivre avec sans s'incommoder de ce qui ne va pas, de ce que nous ne connaîtrons jamais. L'algorithme de Dieu n'est pas fait pour les humains.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier Vincent 10389 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte