Magazine Culture

Critique | Britney Spears • Femme Fatale

Publié le 29 mars 2011 par Madnestef
Critique | Britney Spears • Femme FataleCette semaine, la sortie internationale à ne pas manquer n’est autre que celle de Femme Fatale, le nouvel album studio de Britney Spears. Et à l’occasion de cette sortie, j’ai décidé de livrer mes impressions sur cet album. Que vaut donc cet album ? Réponse dans les lignes qui vont suivre.
C’est sur le single actuel de la chanteuse que s’ouvre ce nouvel album : Till The Worlds Ends. Et c’est bien entendu la première production crée par le trio dit « hype » du moment : Dr. Luke, Max Martin et Billboard. Autant le dire, il ne faut pas forcément s’attendre à quelque chose d’intéressant. Une chose est sûre, cette piste co-écrite par Ke$ha reprend tous les ingrédients des productions livrés par le trio : un rythme efficace, des effets vocoders à gogo, des paroles un peu sexy et enfin, des sonorités pop/dance/électro pas originales pour un sou. En soi, ce n’est pas hyper gênant mais le problème est le suivant : j’ai vraiment l’impression d’entendre du sous Ke$ha et ça, ça ne le fait pas.
Fort heureusement, le trio se rattrape quelque peu avec la piste suivante qui n’est autre que Hold It Against Me. Tout comme sa consœur, c’est une production type du trio mais au fil des écoutes, cette piste se révèle être un véritable grower au fil des écoutes (on passera sur le refrain hyper faiblard mais bon…). Autre élément appréciable, le pont dit dubstep : il faut reconnaître que ce passage est bien fichu et qu’il apporte un joli plus à la chanson.
Afin de prouver qu’ils sont capable de livrer des productions un poil plus variées, Dr. Luke, Billboard et Max Martin produisent également l’une des rares ballades de l’album : Inside Out. Dans cette chanson, la chanteuse joue la carte de la sensualité (que ce soit au niveau des paroles qu’au niveau de l’interprétation) et ça ne lui va pas si mal. Malheureusement, il y a un énorme bémol: les trois producteurs livrent une production totalement à côté de la plaque : c’est plat et surtout inutilement surchargé musicalement parlant. Un très mauvais point car jusqu’à présent, les ballades proposées par Britney Spears étaient relativement correctes (à quelques exceptions près).
Sautons quelques plages pour nous attarder sur la dernière production du trio infernal : Seal It With A Kiss. Par rapport aux deux singles déjà sortis, cette piste est un peu plus lente et étonnamment, cette chanson s’avère être la plus appréciable du lot: certes, on a l’impression de réentendre la Britney des débuts (les paroles ne sont pas folichonnes en même temps) mais ce détail ne dessert nullement la chanson.
Après de multiples écoutes, un constat s’impose : Max Martin est bien plus inspiré lorsqu’il s’associe avec Shellback. Et le constat est d’autant plus flagrant sur I Wanna Go, une bombe club qui rappelle l’âge d’or de la chanteuse (les années 99/2004): c’est certes sans prétention mais ça fonctionne à merveille. Mention spéciale pour le refrain car il est tout simplement irrésistible. Dans un registre similaire, Up N’ Down (une piste de l’édition deluxe) se défend relativement bien. Seul petit reproche : des paroles un peu trop convenues (on retrouve ce défaut sur d’autres chansons de l’album d’ailleurs). Revenons un tout petit peu en arrière pour nous attarder sur la piste de clôture de l’édition standard de Femme Fatale et accessoirement, la dernière production du duo à savoir la petite sœur cachée de Miles Away de Madonna: Criminal. Contrairement, à Inside Out, cette ballade tranche totalement avec le reste du disque : c’est léger, entraînant et plus important, on a l’impression de découvrir une Britney plus mature (et convaincue par ce qu’elle chante). Une très bonne surprise honnêtement.
Restons dans la rubrique bonne surprise avec l’une des productions signées Darkchild : le bien nommé He About To Lose Me. Au même titre que Criminal, ce mid-tempo aux sonorités pop tranche totalement avec l’ambiance festive et sexy de l’album : en effet, la chanson est un peu plus mélancolique (notamment au niveau des paroles). Pour le coup, ça surprend un peu mais après, ça passe très bien. Don’t Keep Me Waiting, la seconde chanson signée Darkchild, a également le mérite de surprendre au niveau musical car il s’agit d’une piste plus pop/ rock (qui n’est pas sans rappeler Adam Lambert), registre sur lequel on n’attendait pas la chanteuse. Malheureusement, la chanson est relativement moyenne… dommage !
Il est maintenant temps de se pencher sur les chansons produites par un producteur parfois associé à Dr.Luke : Benny Blanco. D’ailleurs, les deux compères produisent ensemble Gasoline. Honnêtement je trouve que cette piste n’a rien d’exceptionnelle ; d’ailleurs, je l’oublie systématiquement après chaque écoute. Malheureusement, (Drop Dead) Beautiful (feat. Sabi) est à peine plus marquante que sa consœur.
Quoique, ces deux pistes sont plus supportables que Big Fat Bass, la fameuse produite par Will.i.am. Pour une piste censée cassée la baraque, on ne peut dire que c’est au mauvais sens du terme : le membre de Black Eyed Peas n’a pas su s’adapter à l’univers de la chanteuse et propose un recyclage hyper grossier de tout ce que le groupe a proposé sur leur dernier album…bravo !
A défaut d’être originale, Selfish, la piste produite par Stargate, a l’étoffe d’un tube : les paroles sont certes simples mais la production dance/électro est d’une efficacité redoutable.
Terminons l’exploration (un peu désordonnée certes) de Femme Fatale avec Trouble For Me, la piste produite par Fraser T. Smith. Lors des premières écoutes, j’ai eu un peu de mal à accrocher à cause des sonorités bizarroïdes présentes sur cette chanson. Cependant, au fil des écoutes, j’ai réussi à apprécier cette piste sexy et au combien entraînante. Dans la rubrique « piste bizarroïde », How I Roll n’est pas mal non plus : il faut dire que les membres de Bloodshy & Avant livrent une piste pop/électro pour le moins minimaliste. Au premier abord, le résultat surprend mais on s’y fait très vite. En revanche, cet aspect dit minimaliste est totalement mis de côté sur Trip To Your Heart, la seconde piste qu'ils produisent ici. Cette piste rappelle davantage Unusual You, le côté planant et la petite pointe de trance en plus. Que du bon en somme!
Malgré la présence clairement dispensable de certaines chansons (inutile de les citer ici), Femme Fatale remplit sa part du contrat en jouant à fond la carte de l’efficacité. Cependant, cet album n’égale nullement les excellents albums que sont In The Zone et Blackout. Et parmi les disques sortis en ce début d’année 2011, ce n’est pas non plus l’album le plus marquant. Nous espérons au moins une chose: que cet album rencontre son petit succès.
Pour écouter l'album légalement, rendez-vous sur MusicMe.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Madnestef 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines