Magazine Culture

Hell Driver – Cinéma

Publié le 06 avril 2011 par Acdehaenne

Milton est prêt à tout pour rattraper les fanatiques qui ont assassiné sa fille et kidnappé le bébé de celle-ci pour le sacrifier à la prochaine pleine lune. Avec la séduisante Piper, il se lance à la poursuite de Jonah King et ses adeptes, du Colorado à la Louisiane. Pourtant, le chasseur pourrait bien devenir le gibier… Un homme mystérieux aux pouvoirs surnaturels, le Comptable, est lui-même à la recherche de Milton. Alors que la route devient le théâtre d’une véritable vendetta, une course-poursuite en cache une autre. Milton pourra-t-il rattraper King avant que le Comptable ne lui mette la main dessus ? Carburant à la rage et au bolide, Milton va poursuivre sa mission. Il n’a que trois jours…

Drive Angry (1h44, 2011), film américain réalisé par Patrick Lussier, avec Nicolas Cage, Billy Burke, Amber Heard…

Hell Driver est un film qui ne se cache pas : de l’action, de l’action, de l’action. Des courses

Salle 101
poursuites, des fusillades, du sexe. Le film s’essaie même à l’humour de temps à autre. Quelque part, c’est un film taillé pour Nicolas Cage.

Le film met en scène deux courses-poursuite aux enjeux bien différents. Milton, évadé de l’enfer, veut venger sa fille, prise entre les griffes d’une secte satanique officiant dans le sacrifice humain. Mais voilà, Milton a quand même un cœur, et se prend d’affection toute paternelle pour Piper. Une jeune et jolie blonde qui ne manque pas de caractère mais qui a le don pour se fourrer dans des emmerdes pas possibles. La seconde intrigue concerne le Comptable. Homme mystérieux à la dégaine britannique, il poursuit Milton dans l’idée de le ramener en Enfer. C’est en quelque sorte un flic de l’autre monde. On se rend assez vite compte qu’il s’agit de Charon : le passeur du Styx. Jusqu’au bout, on ne sait pas bien si ses intentions sont bienveillantes ou non. 

Le scénario est plutôt basique. Un père qui a abandonné sa fille pour se livrer à des actes répréhensibles est assassiné, se retrouve en enfer mais conserve une forme d’altruisme qui le pousse à dézinguer des méchants à coup de fusil à pompe. Côté originalité et profondeur de scénario, on repassera.

En revanche, pour le traitement graphique et pour certaines scènes…le film a des arguments. Je l’ai vu en 3D. D’habitude, je suis plus que méfiant et quand je peux éviter, je le fais. Je n’apprécie que moyennement la farce de certains films, dont 10 min sur 2h sont effectivement en 3D. Pour Hell Driver, l’intégralité ou presque du film tire parti de cette technologie et le fait plutôt bien. Visuellement, ça envoie bien, sans compter la bande son toute en guitares saturées. Certaines scènes d’actions trouvent une autre dimension grâce à ce procédé et gagnent en dynamisme. Quand, en 2D, on se serait vite lassé (enfin, je suis sûr que certains ont dû s’ennuyer), la 3D maintient une attention curieuse.

Enfin, le film est truffé de scènes cocasses comme lorsque Milton (se) fait plaisir avec une serveuse du Motel où ils font étapes. Une scène tout en contraste et exagération, le cigare à la bouche le Jack Daniel’s à la main. Charon plaisante à tout va, ou croit plaisanter…un humour d’enfer si j’osais, et nous gratifie de quelques scènes funs. 

Alors, est ce que ça rattrape le scénario bancal ? Ca dépend de ce qu’on cherche en regardant ce film. Mais objectivement, sans les artifices, c'est quand même moyen. Fun, mais moyen.

Note :

Hell Driver – Cinéma
Hell Driver – Cinéma

Les Murmures.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Acdehaenne 1290 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine