Magazine Cinéma

allô docteur .... on a un problème !

Par Lafillesurlepont


allô docteur .... on a un problème !

Katy Perry


C'est quoi ce délire avec l'angoisse !? 
Pourquoi ça nous prends soudainement à la gorge, nous poussant à faire n'importe quoi ?
(toute ressemblance avec des faits réels n'est évidemment pas voulue)
Cas n°1 :Agressez sa moitié n'a jamais rendu la vie de couple plus agréable. 
Prenons le cas de mademoiselle X, qui occupe son dimanche soir à potasser des articles ô combien intéressants, pertinents et intelligents en feuilletant G****** (comprendre, un magazine féminin). Après avoir parcouru un article sur le "gang bang", mademoiselle X est partagée entre perplexité et dégout : " c'est tout de même bizarre ce besoin pour certains de baiser avec tout ce qui passe"...
Vers 23h30, le téléphone de mademoiselle X sonne, c'est son amoureux qui l'appelle alors qu'il vient de rouler 5h, de nuit, sous la pluie et parce qu'il est venu la voir ce weekend.
Pas de chance pour le jeune prodige, l'angoisse est venu frapper chez mademoiselle X et c'est une invitée plutôt tenace. Du coup, plutôt que de le remercier pour les deux jours très agréables passés en sa présence, mademoiselle X se fend d'un discours récurent chez les jeunes femmes peu sûres d'elles : le fameux refrain sur l'infidélité.
Résumé de la conversation : "ouin ouin ouin, si un jour tu es infidèle" "ouin ouin ouin, je sais bien que je suis vieux jeu", "ouin, ouin, ouin, je suis nulle, c'est sur tu vas me tromper", "ouin ouin ouin, les hommes, tous des bites, snif"
Mais, bon sang de bois, est ce que c'est sa faute à lui si ce genre de magazine véhicule le fait que  : 1) Tromper son/sa partenaire, c'est hype2) La femme parfaite est anorexique, parisienne, pétée de tunes (rayer la mention inutile)3)  Une vraie femme libérée est forcément libertine 4) Les couples, c'est fait pour se casser la gueule 
Résultat : heureusement que cette conversation est téléphonique parce que, si la douce moitié était en face de mademoiselle X, il se rendrait compte qu'elle ressemble plus a un bouledogue français qui agresse sans raison qu'à une princesse. Et, les bouledogue c'est mignon mais c'est comme tous les chiens : ça pue !
allô docteur .... on a un problème !

Moralité : la prochaine fois, plutôt que de faire confiance à une pseudo-journaliste un brin futile, pourquoi ne pas prendre les choses à la légère et se poser la vraie question que suscite ce genre d'article : "combien de calories peut on bien perdre en participant à un gang-bang !?"
PS: note pour mademoiselle X: "la peur n'évite pas le danger", comme disait ma grand mère alors, on relève la tête, on bombe le torse et on arrête de mettre inutilement en doute la fidélité d'Apollon, c'est vexant, à la fin !
La prochaine fois qu'on veut parler d'un article "intéressant", on cite le New-Yorker, ça fait plus pro.
Cas n°2 : Passez plus de sept heures sur son TD de procédure pénale est le meilleur moyen de devenir chèvre

Étudions maintenant le cas de mademoiselle Y, la brunette pâlotte du fond de l'amphi. Pâlotte ? oui, ca vient sûrement du fait que depuis deux jours, elle ne vit que pour les alternatives à la poursuites en matière pénales, voire même l'avocat et la garde à vue (sujet ô combien épineux mes amis !).
De fait, sa vie sociale est réduite à "T'as fait le TD de Procédure pénale !?", "Quoi !!!??? mais attend j'ai pas du tout la même interprétation que toi sur l'appréciation souveraine des juges du fonds concernant la loyauté de la preuve ... c'est la catastrophe !" 
Au final, la veille du TD, mademoiselle Y se relit 15 fois, trouve qu'elle n'a pas peaufiner assez ci ou ça, pose un oeil sur le commentaire du grand juriste machin, un autre sur le blog de l'avocat truc, brasse trois ou quatre fois de l'air, se donne un coup de code de procédure pénale sur la tête (des fois que ça lui permette de mémoriser l'article)  et finit par boucler enfin son p***** de TD dans la sueur, le sang et les larmes.
Le lendemain, la chargée de TD demande sans trop y croire : "un volontaire pour nous faire part de son travail?" ... mademoiselle Y hésite puis se ravise : Hier encore, son travail lui paraissait pertinent, mais aujourd'hui, à la lumière blafarde des néons de cette sinistre salle de classe,  conclure en écrivant : "le crime, c'est mal" ... ça lui semble un peu trop light comme argumentation.

allô docteur .... on a un problème !

Twiggy

Résultat : tous ces sacrifices pour rien ! Mademoiselle Y c'est un peu la version droit de la fille qui fait un régime pendant un mois et qui, finalement, ne vas pas exhiber son nouveau maillot de bain sur la plage de plouballaie les oies.
Moralité : à force de vouloir faire trop compliqué et de rester la tête dans le guidon, on finit par passer à cotés des vrais questions ...en l'occurrence : "c'est fait avec quel tissu, une robe d'avocat ?"
PS: la prochaine fois, on laisse l'angoisse sur le pas de la porte et on se lance sinon, a quoi ca sert de se priver de manucure pour boucler le TD à temps !?
Cas n°3 : consultez son relevé bancaire ou l'art de flirter avec la crise cardiaque : 
allô docteur .... on a un problème !
Enfin, prenons le cas de mademoiselle Z : en l'occurrence, mademoiselle Z c'est un peu mademoiselle tous le monde. 
L'angoisse sournoise surgit toujours derrière son dos lorsqu'elle saisit l'enveloppe contenant son relevé bancaire ... les mains tremblent, la sueur perle sur le front.
Dans le magasin, ça avait vraiment l'air vital de l'acheter ce petit haut (à paillettes) , cette jupe (noire et trop courte) , ces escarpins (importables), ce recourbe-cils (dont elle ne sait pas se servir). Mais là, sur le papier, c'est peut être un peu too much ...
Résultat : encore une semaine à manger des pâtes en se jurant qu'on ne remettra plus les pieds chez HetM, Sephora, Printemps avant d'avoir vraiment besoin de fringues, cosmétique et dérivés.
Moralité :  Apprendre à se dire que c'est la société de consommation, cette grosse méchante vilaine, qui nous pousse à de telles idioties (et fautes de goût concernant le petit haut à paillettes).
PS: Amie panier percée, en-as-tu vraiment besoin de ce vernis "rouge vermillon" alors que tu as dans ton placard un vernis "rouge cerise"" et un autre "rouge carmin" ???
En conclusion, ça finit toujours pareil : on se jette sur la plaquette de chocolat, les bonbons, les gâteaux pour chasser l'angoisse ... ce qui nous amène inévitablement au cas n°4, et non des moindre : l'angoisse de la balance ! 
allô docteur .... on a un problème !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lafillesurlepont 34 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte