Magazine Conso

Le joueur d'échecs

Par Céline

joueur_d_echecsLe joueur d'échecs - Stefan Zweig

Le livre de poche, 94 pages

Résumé:

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.
Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.

Mon opinion:

Ce livre m'a fait penser à Novecento, pianiste de Baricco. À cause de son sujet, le destin singulier d'un homme différent des autres. C'est aussi une fable extraordinaire qui nous est racontée dans ce court roman (ou cette longue nouvelle, c'est selon). Dans cette histoire, on nous parle du nazisme, mais d'un autre angle que celui dont on a l'habitude. La longue explication du passager au narrateur est captivante, troublante. C'est avec une telle histoire que l'on constate la faculté humaine de surmonter les pires épreuves et de mettre son cerveau en mode survie pour garder une certaine forme d'équilibre mental. Zweig a un style simple, très abordable, mais son écriture est à la fois profonde et empreinte d'humanité. J'ai vraiment beaucoup aimé. C'est très marquant comme récit et j'ai du mal à en parler correctement. C'est une histoire très courte et c'est une bonne raison de l'ajouter à ses lectures. Car en plus d'être court, ce livre en vaut vraiment la peine. C'est une belle découverte et un auteur que je me promets à coup sûr de relire.

Quelques extraits:

"Les monomaniques de tout poil, les gens qui sont possédés par une seule idée m'ont toujours spécialement intrigué, car plus un esprit se limite, plus il touche par ailleurs à l'infini."
p.20

"C'était justement ce qu'ils voulaient - me faire ressasser mes pensées jusqu'à ce qu'elles m'étouffent et que je ne puisse faire autrement que de les cracher, pour ainsi dire, d'avouer, d'avouer tout ce qu'ils voulaient, livrant ainsi mes amis et les renseignements désirés."
p.56

Ce livre a été lu pour le

challengeabc2008
.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Céline 24757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines