Magazine Culture

TOUS LES SOLEILS, film de Philippe CLAUDEL

Par Geybuss

TOUS LES SOLEILS, film de Philippe CLAUDEL

Synopsis : Alessandro est un professeur italien de musique baroque qui vit à Strasbourg avec Irina, sa fille de 15 ans, en pleine crise, et son frère Crampone, un gentil fou anarchiste qui ne cesse de demander le statut de réfugié politique depuis que Berlusconi est au pouvoir.
Parfois, Alessandro a l'impression d'avoir deux adolescents à élever, alors qu'il ne se rend même pas compte qu'il est lui-même démuni face à l’existence. Voulant être un père modèle, il en a oublié de reconstruire sa vie amoureuse, d'autant plus qu'il est entouré d'une bande de copains dont la fantaisie burlesque l'empêche de se sentir seul.
Mais au moment où sa fille découvre les premiers émois de l’amour, sans qu’il s’y attende, tout va basculer pour Alessandro…

  

Avec Clothilde Courau, Stefano Accorsi, Néri Marcoré, Lisa Cipriani....

  

étoile2.5

Mon humble avis : Voici un film qui se regarde gentiment, dans la joie et la bonne humeur, au rythme de bande originale sympa, tantôt péchue, tantôt lyrique. On rit beaucoup devant certaines scènes et les réparties sont le plus souvent efficaces. Certains personnages sont gratinés, notamment l'excellent Oncle Luiggi, joué par le non moins excellent neri Marcoré. Il en deviendrait presque le centre du film si Stefano Accorsi ne dégageait pas un charme aussi solaire et décalé. On est également ravi de retrouver les gracieuses Anouk Aimé et Clothilde Courau. Les sujets de l'adolescence, des rapports parents / ados à cette époque et celui, plus grave du deuil sont les thèmes principaux d'un scénario qui se veut léger en surface et un peu plus profond.... en profondeur !!!

TOUS LES SOLEILS, film de Philippe CLAUDEL

En me couchant, je me suis dit, c'est un peu "La Boum" trente ans après, version monoparentale Italienne, puisqu'Alessandro élève seul sa fille suite au décès de sa femme quelques mois après la naissance d'Irina. La Boum donc mais le personnage central est le père et l'adolescente n'est hélas pas Sophie Marceau (ou en tout cas, pas encore)...Et c'est maintenant que du dièse, je passe au bémol...

Le jeu de la jeune Lisa Cirpriani est très inégal et manque souvent de naturel. Certes, elle a un très joli minois et déborde de fraîcheur mais... De même, l'interprétation de la grand mère ne m'a pas du tout convaincu, tout comme celle de quelques autres personnages qui apparaissent de ci delà...

Même les passages des figurants devant la caméra, sensés être anodin et s'inscrire naturellement dans un décorum, m'ont paru envahissants et trop marqués. En général, les figurants, on ne les voit pas ou alors, on n'y prête très peu attention et là, impression bizarre...

Enfin, la présence de deux personnages de trop dans la scène finale la fait basculer dans le mélo mièvre.... et c'est un peu dommage.

Mais nous étions 10 à voir ce film, 6 l'ont adoré sans retenue et 4 étaient plus mitigés, non mitigés n'est pas le terme... 4 étaient moins enthousiastes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Geybuss 1558 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines