Magazine Cinéma

Dernier Gallo

Par Borokoff

A propos de Essential Killing de Jerzy Skolimoski 3 out of 5 stars

Dernier Gallo

En Afghanistan, Mohammed, un taliban traqué par les Américains, parvient à tuer trois soldats avant d’être capturé. Après avoir été torturé, il est emmené dans un lieu tenu secret dans un pays de l’Est mais parvient à s’échapper. Il tente désespérément de survivre dans un milieu hostile et une température glaciale, dans des forêts immenses et enneigées, des territoires perdus…

La grande force du récit d’Essential Killing est de rien nous dire ou presque sur Mohammed. Pourquoi est-il traqué par les Américains ? Qu’a-t-il commis comme actes qui justifie un tel acharnement ? Du début à la fin du film, on n’en saura rien. A part quelques bribes de souvenirs, flashs altérés de mémoire où apparait une femme (la sienne ?), rien ne filtre sur l’identité de Mohammed ni sur sa vie privée. L’enjeu d’Essentiel Killing est ailleurs.

Dans la description d’un homme traqué, dont on suit le parcours avec angoisse tant on ne voit pas comment il pourrait s’en sortir. Condamné à survivre en errant dans un paysage désolé et vide d’hommes. Mohamed est joué par un extraordinaire Vincent Gallo, barbe hirsute, pieds nus dans la neige, à peine couvert d’un paletot blanc, regard halluciné de la bête traquée. Jerry Skolimowski filme son personnage dans ce qu’il a de plus viscéral et d’instinctif, comme un homme devenu une bête sauvage obligée de tuer pour survivre mais en même temps un être terriblement humain et vulnérable (scènes où il mange voracement des baies ou force une femme à la laisser téter son sein).

Dernier Gallo

Vincent Gallo porte le personnage de Mohamed et le film tout entiers. Il campe un être de plus en plus isolé et affaibli physiquement. Un homme gelé et à-demi conscient, hagard et épuisé mais courageux malgré les hallucinations qu’il a sa femme où il croit voir sa femme en burqa près de lui. Malgré tous ses crimes, Mohammed provoque de l’empathie parce qu’il semble toujours puiser plus loin dans les limites de sa résistance physique et psychologique. Prenant peu à peu les allures d’un martyr. Les yeux écarquillés, Mohammed hurle au milieu des chiens, mange avec désespoir des fourmis, terrorisé mais repoussant à chaque fois la date fatidique de sa fin.

Essential killing brille par une mise en scène rigoureuse. Le style sec et épuré de Skolimowski rappelle l’histoire et la mise en scène d’Indigène d’Eurasie de Sharunas Bartas. Mais il y a une chose un peu regrettable dans ce scénario. C’est l’accumulation excessive de catastrophes qui s’abattent sur Mohamed. Comme un déluge de malchance et de fatalité. On comprend que le scénario ait eu besoin comme nourriture de drames et de malheurs pour construire l’histoire et montrer que Mohamed est en quelque sorte l’« incarnation ultime de ce qu’est une victime des circonstances » dixit son réalisateur. Mais comment autant d’accidents peuvent-ils tomber sur la tête d’un seul homme ? Il faudrait les dénombrer, entre le moment où Mohammed coince son pied dans un piège à loups, celui où il tombe dans un lac gelé avant de prend un arbre sur le coin de la figure, etc… Si le scénario fait un peu dans la surenchère de péripéties, c’est le seul hic dans ce film qui dénonce de manière cinglante la gestion des prisonniers de Guantanamo, entre châtiments corporels et punition, tortures et humiliations. Construit comme une chasse à l’homme macabre, le film de Skolimowski fustige, sans jamais tomber dans la complaisance ni le pathos, l’attitude des Etats-Unis au Proche-Orient et le sort réservé aux prisonniers faits. Même si le réalisateur s’en défend…

www.youtube.com/watch?v=bVLhDsH1xVQ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Borokoff 641 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines