Magazine Culture

Anthologie Poésies du cri 11, Franck Venaille

Par Florence Trocmé

Celui qui n’a jamais voulu se châtrer n’est qu’un chien Moi je dis le mot désespoir J’écris le mot désespoir avec le pâle sourire de celui qui sait Qui est déjà mort Qui vit à côté de lui-même attentif à la vie quotidienne l’âme enterrée déjà Je ne termine plus mes phrases Bientôt plus aucun son ne sortira de ma bouche J’attendrai comme celui assis sur sa valise dans une gare Sans billet Sans raison de partir Sans envie et bientôt curieusement sans douleur comme sous la torture Je n’ai rien dit N’ai rien avoué moi qui pourtant sais tout Maintenant n’écoute que mon sang familier Observe des heures la pulsation régulière à mon poignet Poi-gnet Poi-gnet Poi-gnet Serait-ce cela la mort Ce détachement de soi Cette absence en soi-même Ce calme plat de la non espérance Du non désir aussi avec mon sexe ridicule porté comme une blessure à peine secrète Est-il l’heure Est-il déjà l’heure Les murs m’observent M’entourent Se referment sur moi qui n’aurai bientôt plus de peau Plus de larmes Moi qui ai tant pleuré sur moi Hier encore lorsque je vivais Mais est-ce bien cela vivre cette perpétuelle déchirure il devait bien y avoir autre chose

              Que je n’ai pas su voir —

    

Franck Venaille, Pourquoi tu pleures, dis ? Pourquoi tu pleures ? Parce que le ciel est bleu Parce que le ciel est bleu…, éd. Pierre-Jean Oswald, 1972, repris dans Capitaine de l’angoisse animale, Une Anthologie, 1966-1997, coll. « les Analectes », co-éd. Obsidiane/le Temps qu’il fait, 1998/1999, p. 82.

L’Anthologie poésies du cri est une proposition d’Alain Marc

Lire la présentation de l’anthologie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Eugène Guillevic

    Croire, Ne pas croire Qu'avec le temps qui passe, Avec le temps qui stagne Ou qui paraît stagner Une entente Est possible. ••• Oui, Dit... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Tristan Tzara

    À une morte tu avances toujours aux confins de la nuit le feu s’est éteint où finit la patience même les pas sur des chemins imprévus n’éveillent plus la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Edith Azam

    Belle actualité éditoriale pour Edith Azam qui vient de publier une nouvelle, l’écharpe douce aux yeux de soie à l’Atelier de l’Agneau et qui est présente dans... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Charles Reznikoff

    Les Juifs de l’équipe de nuit restèrent à côté Jusqu’à ce qu’ils entendent, « Juifs, aux wagons ! » Et alors, frappés et insultés, ils entrèrent dans les... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jean Daive

    Je recommande la très belle émission de "Surpris par la Nuit" (France Culture) qu’Alain Veinstein a consacrée hier soir à Jean Daive, en présence de Jacques... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : e.e. cummings

    la rose se meurt que les lèvres d’un vieil homme assassinent les pétales se taisent mystérieusement les invisibles pénitents se déplacent avec des visages de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paol Keineg

    C’est chose singulière car, dans les rêves, on comprend tout tout de suite. De la bruyère, des chemins de cailloux. Trois ou quatre cents mouettes remontant... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines