Magazine Culture

Maxime Lisbonne de la Commune au Cabaret.

Par Bruno Leclercq

Maxime Lisbonne de la Commune au Cabaret.

Le Rire, n° 35, 6 juillet 1895

Une physionomie très parisienne, si parisienne qu'elle se peut revendiquer par tous les quartiers où il a promené sa dévorante activité, le colonel communard Maxime Lisbonne, aujourd'hui receveur-buraliste en province, a eu à Montmartre de nombreux avatars. On le vit d'abord à la tête du Bagne, boulevard de Clichy, initier ses clients aux douceurs de la chiourme, en un décor ad hoc ; puis il fit grésiller dans la poële les Frites révolutionnaires, enfourna au faubourg Montmartre les Brioches politiques, créa, rue Pigalle, pour les chevaliers du cordon, le Casino des concierges (devenu le cabaret Bruyant, d'Alexandre), dirigea, au Divan Japonais, le concert Lisbonne, palais des Huissiers, et, Sagan de la bohème révolutionnaire, installa dans le local de l'ancienne Truie qui file, le Jockey-Club de Montmartre.
Georges Renault et René Chateau : Montmartre. Flammarion, 1897.


Maxime Lisbonne de la Commune au Cabaret.

Merci à Eric Dussert (et E. W.) de nous avoir signalé le volume de Georges Renault et René Chateau, dans le billet qu'il consacre à notre "galerie" : Du Quartier Latin au Chat Noir, quelques portraits.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines