Magazine Culture

d'après Maupassant (3)

Publié le 19 avril 2011 par Dubruel

LES EPINGLES

-« Tu sais que rue de Rohan

J’ai mon habitude, Louison.

Or cet été dans le Morbihan,

J’ai eu une nouvelle liaison.

J’avais besoin de changer d’air !

La femme d’un notaire

Dont l’étude est à Paris

M’invita avec complaisance.

Et nous liâmes connaissance.

Elle s’ennuyait. Son mari

Ne venait que les samedis.

En confidence, je te le dis,

Je n’ai eu aucun obstacle,

Un vrai miracle !

Mais à la fin du mois,

Il fallut bien rentrer, elle et moi…

Or bien qu’étant un homme à femme,

Je ne sais rompre avec une dame

Quand je n’ai rien à lui reprocher. »

-« Essaie de la lâcher. »

-« Mais si elle vient chez moi ? »

-« …Tu n’es pas chez toi. »

-« Si elle revient ? »

-«Tu es souffrant, tiens ! »

-« Si elle me soigne ? »

-« Contagieux, tu l’éloignes ! »

-« Si elle revient, la chérie ?

-«Tu écris anonymement au mari.»

-« Ecoute : il y a plusieurs jours,

Mon habitude, elle aussi de retour,

Arriva à l’improviste chez moi

Et croisa par deux fois

Ma nouvelle.

J’ai dû fixer des jours à mes belles.

Pour l’habitude, les lundis et mardis.

Et pour la nouvelle, jeune, plus amène,

Les mercredis, jeudis et samedis »

-«Tu n’as que deux repos par semaine ?»

-« Cela me suffit amplement. »

-« Mes compliments ! »

-«Or il m’arrive l’histoire suivante,

Amusante, quoique navrante.

Ce mardi,

Comme convenu, j’attendis

Mon habitude à une heure et quart,

En fumant un bon cigare.

Je rêvassai…

L’heure passait.

J’admis qu’elle fut retenue

Par une cause inconnue,

Un importun, une migraine, …

J’allais chez elle, rue Sedaine.

Elle lisait et me sortit tranquillement :

«J’ai eu un empêchement. »

Je comptais rattraper le temps perdu

Avec ma nouvelle, attendue

Mercredi. Amoureux par avance,

Je montrais une certaine impatience.

Passèrent le quart, la demie, une heure.

Je ne tenais plus en place. Malheur !

Je courus à son appartement.

Mon cher, elle lisait un roman !

Elle me dit calmement :

-«Amour, j’ai eu un empêchement.»

-« Lequel, puis-je savoir ? »

-« Une occupation ennuyeuse. » 

-« Avec mon habitude, un autre soir… »

-« Ce fut la même chanson douteuse ?

-« Oui, et aussi les jours suivants.

C’était profondément énervant.

Je soupçonnais entre elles un secret.»

-« Avaient-elles deviné à peu près ? »

-«Tout, mon cher. Et elles m’ont congédié

Par lettres, sine die,

Dans les mêmes termes, le même jour !

Ah, elles m’ont joué un joli tour :

L’une avait planté une épingle

Sur la tringle

Du rideau de mon boudoir

Sans se faire voir.

Lautre, c’est adroit,

La remplaça au même endroit

Exactement

Par une épingle de son vêtement.

L’habitude reconnut la substitution

Et mit alors sans hésitation

Deux épingles se croisant.

La nouvelle réagissant

A ce signe télégraphique

Plaça là trois fines piques.

Puis l’habitude, sur une pointe d’acier,

Enroula un minuscule papier

Où elle avait inscrit :

« R.I.

Poste restante,

Rue Alicante »

Elles s’écrivirent,

Puis se virent.

De leurs rendez-vous,

J’ignore tout.

Grâce à leurs entrevues,

Elles sont parait-il devenues

D’excellentes camarades.

Je fulmine. J’en suis malade ! »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine