Magazine Cuisine

La stratégie de Honolulu

Par Opapilles

La 5ième conférence internationale sur les débris marins, qui s'est tenue à Hawaii du 20 au 25 mars 2011, a abouti à ce qu'on appellera la stratégie de Honolulu, première étape vers le développement d'une plate-forme mondiale pour la prévention, la réduction et la gestion des débris marins.

océan, mer, pollution, déchets,consommation

Mr. Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, a déclaré : "Les débris marins, ou les ordures que nous rejetons dans nos océans, est un symptôme de notre société de consommation et du gaspillage qu'elle engendre, ainsi que de notre mauvaise approche en matière de gestion des ressources naturelles. Cette accumulation de débris affecte tous les pays et tous les océans, et démontre de manière très visuelle qu'il est urgent de s'orienter vers une économie verte, basée sur une gestion durable et raisonnée des ressources naturelles, et ne rejetant que de petites quantité de carbone dans l'atmosphère. C'est dans cette direction que les nations doivent se préparer pour la conférence de Rio +20, en 2012...
L'impact actuel des débris marins sur la flore et la faune des océans doit maintenant être traité très rapidement.
Toutefois, il est évident qu'une communauté ou un pays agissant isolément n'aura qu'un faible impact. Nous devons nous attaquer collectivement à cette problématique des débris marins, de manière transfrontalière et avec l'aide du secteur privé. En effet, le secteur privé a un rôle essentiel à jouer tant dans la réduction des types de déchets qui risquent de s'accumuler et de détériorer nos océans, que dans la recherche de nouveaux matériaux écologiques. Ce n'est qu'en réunissant tous ces acteurs différents que nous pouvons vraiment faire une différence"


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Opapilles 272 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine