Magazine Culture

Jusqu’au 21 Août - Pinacothèque de Paris : « Le Voyage imaginaire d'Hugo Pratt »

Par Benard

Jusqu’au 21 Août - Pinacothèque de Paris  : « Le Voyage imaginaire d’Hugo Pratt »

LE COIN DU PATRIMOINE BD : Dernières nouvelles du passé

lundi 25 avril 2011, parBdzoom

Traductions venues d’Italie !!! Depuis le 17 Mars, et ceci jusqu’au 21 Août 2011, la Pinacothèque de Paris accueille une intéressante exposition sur le créateur de « Corto Maltese » : « Le Voyage imaginaire d’Hugo Pratt ». Avec cette grande rétrospective, le public peut découvrir toute l’étendue du talent d’Hugo Pratt, à travers cent soixante œuvres réunies autour de six thèmes chers au maître vénitien : îles et océans, Indiens, militaires, femmes, déserts et villes.

À noter que les trois quarts des pièces présentées sont des dessins à l’aquarelle (plus de cent cinquante, pour la plupart peu connues du grand public), une technique relativement peu présente dans les albums d’Hugo Pratt, mais fort appréciée par les amateurs : la plupart sont reproduites dans le beau catalogue au titre éponyme à la manifestation que nous proposent les éditions Casterman. Par ailleurs, la totalité des cent soixante-quatre planches de la mythique « Ballade de la mer salée » est également mise à la disposition des visiteurs, histoire qu’ils puissent apprécier, au mieux, la maîtrise qu’avait Pratt du noir et blanc.(1)Pour en savoir plus sur la carrière d’Hugo Pratt, n’hésitez pas à consulter le « Coin du patrimoine » que nous lui avons consacré !

Jusqu’au 21 Août - Pinacothèque de Paris  : « Le Voyage imaginaire d’Hugo Pratt »

(1)Signalons aussi que la revueBeaux Arts Magazinesort un numéro spécial sur Hugo Pratt, en vente en kiosques, avec des articles de Michel Pierre et de Dominique Petitfaux : spécialistes reconnus du « maître de Venise » !

C’est aussi l’occasion, pour les éditions Casterman (sous couvert de la société Cong SA), de réaliser une nouvelle mouture brochée des aventures du célèbre marin, en noir et blanc et sous couvertures à rabats plutôt sobres ; en commençant par « Les Celtiques », « Les Éthiopiques » et, surtout, « La Jeunesse » (épisode où Pratt était assisté par Guido Fuga)

Jusqu’au 21 Août - Pinacothèque de Paris  : « Le Voyage imaginaire d’Hugo Pratt »
qui est le seul à bénéficier d’une introduction érudite de Dominique Petitfaux, lequel revient sur les parcours éditoriaux, artistiques et géographiques du célèbre gentilhomme de fortune : « En 1980 commence la publication, simultanément en italien dansLinuset en français dans(À Suivre),de « La Maison dorée de Samarkand », mais elle est interrompue de façon inattendue l’année suivante, Pratt se consacrant alors à « La Jeunesse de Corto », qui paraît en bandes quotidiennes dansLe Matin de Parisd’août 1981 à janvier 1982. À la suite de désaccords avec les responsables de ce journal, Pratt achève cet épisode beaucoup plus rapidement qu’il ne l’avait prévu, et revient à « La Maison dorée de Samarkand », qu’il termine en 1985 (soit cinq ans après le début de la parution !) dans la revue italienneCorto Maltese, fondée deux ans plus tôt pour la reprise ou la prépublication de ses œuvres -comme l’avait fait Florenzo Ivaldi avecSgt. Kirkde 1967 à 1969… ».

Lire la suite : http://www.bdzoom.com/spip.php?article4969


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benard 392 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines