Magazine Culture

Paris, Duc des Lombards, 27 avril 2011: Concert de Benjamin Siksou

Publié le 28 avril 2011 par Milega
Duc des Lombards, Paris   ducdeslombs2704   Allez, terminés les enfantillages, hier soir, c'était concert.   De bonne humeur, après une journée printanière, cette soirée musicale s'annonçait bien. Pourtant, durant cette soirée, j'ai été reléguée dans les escaliers, les jambes tellement pliées que je semblais en position foetale ; j'ai été arrosée, un verre s'est cassé dans mon dos ; enfin j'ai servi par deux fois de vestiaire... Mais je ne me plains pas, je constate (j'aurais bien tort ;-)). Malgré et même grâce à tout ça, j'ai passé UNE TRES BONNE SOIREE.   Non, ce n'est pas de la méthode Kwé ou une manière de voir la bouteille à moitié pleine... de bonnes choses. C'est avec plaisir que j'ai fait vestiaire, le plaisir de rendre service à des personnes sympathiques. Reléguée dans les escaliers, c'est ici que j'ai fait des rencontres intéressantes et que j'y ai cotoyé ces personnes. Enfin, la jeune femme qui a brisé malencontreusement un verre sur moi a proposé de m'en offrir un... plein !     Un petit tour des lieux. Le Duc des Lombards est un fameux café-concert-restaurant parisien, surtout fameux pour sa programmation jazz de qualité. Ambiance très intime, 75 personnes attablées au rez de chaussée et au premier étage de la petite salle. Même pour les invités, qui ont droit aux sièges du fond, la vue est toujours bonne. Les employés du lieu sont charmants et accueillants. Les serveuses, malgré l'exiguité des lieux et donc, la difficile tache qui leur incombe, font un travail formidable. (Et apparemment les cocktails sont excellents, en particulier les mojitos. Ce soir, je m'en jette un. ;-))       Pour la session de 20h, le public est essentiellement féminin (en fait les rares hommes étaient autour de moi, mesdames. Eh non, je ne me plains toujours pas ! :-)). Benjamin pourrait passer pour un "briseur de couple ponctuel" car ces dames doivent sûrement "monnayer" un compromis conjugal pour venir seules à ses concerts. Mais, vu un message sur Facebook, ce n'est pas du tout le cas, puisque lorsqu'elles parviennent à emmener leur compagnon avec elles, il est à son tour séduit...  ducdeslombs2701 Mais revenons aux concerts, puisque c'est pour ça que nous sommes là finalement. Les musiciens qui rejoignent Benjamin sur scène ce soir sont : Luti Oliv au saxophone et à la flûte traversière, son fidèle ami et bassiste Aurélien Barbolosi, Martin Mayer à la batterie et Joseph Robinne aux claviers.     Benjamin monte sur scène avec son habituel et tonitruant : "Bonsoir !" Il commence assez rapidement avec sa composition Décor dans une nouvelle orchestration (nouvelle par rapport à la dernière tournée). Puis enchaîne avec un tout nouveau titre pour le public et donc  moi : Défoule. Que ce soit au niveau du rythme, de la mélodie et des paroles, j'ai personnellement beaucoup apprécié celle-ci. Et le saxo est un atout de plus dans la manche de Benjamin sur ce morceau. Bref ça groove déjà dur!  Luti Oliv prend alors la flûte pour une autre composition récente : Tombé du camion, déjà entendu par le public du China. La chanson me fait plutôt bonne impression.       ducdeslombs2702   Les musiciens entonnent ensuite une reprise de Thelonious Monk avec des paroles de Jon Hendricks : In walked bud. Je ne peux m'empêcher de dodeliner sauvagement de la tête au rythme prenant de ce morceau. Le batteur et le bassiste ne sont pas pour rien dans ce mouvement. Puis Avant de m'endormir prend tout sa saveur avec ces arrangements particulièrement jazz (un premier chat entre et marche dans ma tête...). Suit une reprise de Joni Mitchell inspiré de Charlie Mingus : Goodbye prok pie hat. Ce morceau plus lent offre une trêve avant une toute nouvelle composition très rythmée : Contre-Temps. Je n'ai pas compris toute les paroles d'où j'étais mais le morceau me paraît musicalement intéressant (je continue à faire le "chien" sur la plage arrière avec des chats qui déboulent dans ma tête). Que dire de l'effet que me fait un Saint James Infirmary Blues, reprise de Louis Armstrong que je n'attendais pas (pour preuve je l'ai sorti "des oubliettes" pour le mettre sur le blog hier). Encore une fois, les musiciens sont extraordinaires. Sur ce morceau, je remarque d'abord les arrangements lento blues, puis l'énorme travail de la "section rythmique", mais aussi le saxo et le solo de piano. Du bonheur ! (Des milliers de chats marchent en rythme sur les toits sombres de mon esprit.) Benjamin annonce : "Ce morceau est un vieux de la vieille. On l'aime beaucoup alors on continuera de le jouer jusqu'à notre mort !" Quand j'entends les premières notes et paroles de Just know that I knew, je ne peux m'empêcher de dire : "Nous aussi, on l'aime ce morceau." Encore un plaisir énorme sur ce titre et que dire du solo de basse phénoménal d'Aurélien. Thumbs up man !   ducdeslombs2703   Ambiance un peu plus feutrée pour My eternity, où seuls restent sur scène Benjamin, sa guitare et Luti Oliv et sa flûte. (Petite anecdote : Lors de la session de 22h, Benjamin s'arrêtera en plein milieu de la chanson et ira lui même couper un micro près de la batterie, il me semble, car celui-ci faisait du bruit. Puis il reprendra la chanson depuis le début...) Seul avec sa guitare, il interprète ensuite une autre composition assez récente : Indélébile, indiquant qu'il s'agit du dernier titre du concert. Mais revient pour un rappel tonitruant sur une reprise de ce "cher Bill" Withers : Use me  avec Luti à la flûte et les autres musiciens de retour sur scène... Rrrraaa ! Une heure de set, dans les conditions d'une boîte de Jazz : ce qu'on attendait de Benjamin, du groove, une voix, des compositions inspirées, des reprises jouissives... (un truc étrange, j'ai l'impression d'avoir entendu Benjamin chantonner pour lui même entre certains morceaux) C'est seulement à la fin de la première session que je me rends compte que Camélia Jordana se trouve à deux pas de moi. Tout comme nous autres, elle sort pendant "l'entracte". Je rencontre, dehors, quelques fans. "Salut, moi, c'est MuLes!" ??? Halima et Marie Sophie : "Ah c'est toi, MuLes!?" (Surréaliste les filles. ;-)) Un peu timides à l'idée d'approcher Benjamin, elles me disent en attendant : "Ecris-le, on a adoré le concert, c'était génial !". Puis, dans la discussion, elles me chantent un extrait de Tombé du camion qu'elles connaissent par coeur. J'ouvre des yeux gros des camions. "Comment vous faîtes pour la savoir par coeur?" Elles se rappellent du concert du China : "Il a changé les paroles depuis cette fois-là." me disent-elles. Je tombe des nues... Elles se sentent un tout petit peu frustrées par l'espace restreint ; elles voulaient danser. D'autres fans arrivent pour la session de 22h, salut à Magali, Alexandra et Karine fidèle du blog (qui fait encore partie de ceux qui viennent quotidiennement ici, si j'ai bien compris). Le deuxième set revient comme un boomerang (clin d'oeil à la bien nommée chanson Défoule.) La set list est la même, mais le public est légèrement différent : il y a bien plus d'hommes. Les parents de Benjamin sont aussi dans la salle (Papa peut être fier !) Il y a plus d'ambiance pour cette session. Des fans battent des mains le rythme sur Saint James Infirmary ou sur Just Know that I knew. Ca papote un peu, mais ça chante aussi, ça se trémousse, ça claque des doigts sur My eternity, ça rit. Benjamin vérifie justement que tout le monde va bien, notamment auprès d'une jeune fille apparemment très enjouée. Encore un très bon set qui se termine avec des fans qui attendent dans l'entrée du bar pour d'éventuelles photos avec Benjamin. Je fais la causette avec notre ami Astrid et je lui explique comment je vais me faire haïr par Milega : Pendant près d'une heure, j'ai partagé un mètre carré avec le charmant Félix Moati (jeune acteur, écrivain à ses heures) et j'ai même échangé quelques mots avec lui... juste le temps de lui dire ton admiration Milega ! ;-) Juste pour te dire aussi qu'il m'a avoué avoir vu sa photo sur le blog... et lu l'article. (Yeux comme des soucoupes volantes! ) Quand je vous disais que j'avais croisé des personnes sympathiques... Ah et merci à Mahault pour m'avoir reconnue alors qu'on ne s'est rencontrées qu'une seule fois à la Cigale en septembre dernier. Merci à Aurélien pour son accueil. Merci à toute l'équipe toujours aussi sympathique de Derrière les planches qui entoure Benjamin (Matthieu ! Ravie d'avoir enfin rencontré Nicole Schluss !) Une vrai bonne soirée ! Si bien que je me disais encore ce matin, après un concert comme ça, il faut que je livre un debrief vraiment bon, à la hauteur du show quoi ! (Fail !  ;-/)   Je vous souhaite à tous d'être là à de futurs concerts... Vous n'aurez plus besoin de me lire. ;-p Et le meilleur pour la fin (merci Astrid :-))     Benjamin Siksou quintet - Extrait du final : Use me (reprise de Bill Withers) live@Duc des Lombards 27/04/11   D'autres photos sont déjà sur le facebook officiel de Benjamin.     Désolée pour la "non-qualité" de mes photos, je n'avais pas le matériel adéquat à disposition. N'hésitez pas proposer et partager vos photos et vos impressions si vous étiez présents.     Merci aussi au Duc des Lombards et au Fond d'Action Sacem.      

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Milega 2279 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines