Magazine Cinéma

Doom

Publié le 30 avril 2011 par Olivier Walmacq

Doom

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2005
durée: 1h50

l'histoire: En 2045, sur la planète Mars, dans un complexe hautement protégé, une série d'expériences tourne à la catastrophe. Tous les occupants de la base se transforment en zombies, sauf un individu qui devra combattre des créatures terrifiantes.

la critique d'Alice In Oliver:

Evidemment, vu le succès du jeu vidéo, il était logique de voir une adaptation de Doom au cinéma, signée Andrzej Bartkowiak (à tes souhaits !) en 2005.
Jusqu'à présent, le cinéma et les jeux vidéos n'ont jamais fait bon ménage dans les salles obscures.  Et malheureusement, ce n'est pas Doom qui va inverser la tendance. Pire encore, ce film est une véritable catastrophe ambulante, incapable d'exploiter un matériel de base pourtant prometteur.

Doom

En effet, l'univers de Doom est loin d'être inintéressant. En vérité, le début du film n'est pas sans rappeler Aliens le Retour, puisque des soldats ont pour mission de se rendre sur Mars, et plus précisément, dans une base contaminée par un étrange virus. On s'attend évidemment à un film bourrin et décomplexé.
Certes, en matière de séquences d'action et de fusillades, Doom délivre largement la marchandise.

doom

Mais c'est justement bien là le problème ! Premier constat négatif: les séquences de gun fight sont horriblement laides, la faute à une caméra qui plonge les protagonistes dans l'ombre.
De ce fait, on ne voit pas grand chose de l'action. Ensuite, les effets spéciaux sont moches et ratés. Visiblement, Andrzej Bartkowiak tente de reproduire visuellement les créatures présentes dans le jeu vidéo.

Ce qui ne s'accorde pas du tout avec un format cinéma. D'ailleurs, le réalisateur poussera le vice jusqu'à utiliser le concept du jeu vidéo en mui-même, à savoir une caméra focalisée uniquement sur le fusil du héros, ce dernier dégommant toutes les créatures sur son passage.
Ce qui donne lieu à une séquence de tuerie des plus risibles !

doom_the_rock

Doom est donc une véritable déception. Toutefois, la catastrophe ne s'arrête pas là. En dehors de sa laideur visuelle, le film oublie totalement ses protagonistes en présence. Difficile alors de s'attacher au héros, décrit comme un militaire idiot et bourrin. Andrzej Bartkowiak passe totalement à côté de son sujet.
Mais avec un nom pareil, il faut reconnaître que ce n'était pas gagné !

Note: 0/20
Note nanardeuse: 14.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines