Magazine Cinéma

Police academy : La série (Police Academy: The Series)

Publié le 01 mai 2011 par Cinephileamateur
police_1.jpg
Date de création : 1997.
Avec : Matt Borlenghi, Jarrod Crawford, Toby Proctor, Jeremiah Birkett, Heather Campbell, Christine Gonzales, Tony Longo, P. J. Ochlan, Joe Flaherty, Michael Winslow...
Genre : Comédie.
Origine : États-Unis.
Durée : Épisode de 42 minutes.
Saisons : 1 seule saison de 26 épisodes.
Synopsis : C'est une nouvelle classe de bras cassés qui fait sa rentrée à la Police Academy. Chaque jour, ils doivent faire face au danger, sans oublier de commettre quelques gaffes qui vont les entraîner dans des situations plutôt cocasses...
3
Bien qu'avant de voir le premier épisode je n'avais vu aucun volet de la saga cinématographique (depuis j'ai vu le premier film et compte voir la suite ;-) ), j'étais assez curieux de découvrir cette série "Police academy" qui passais sur Free et que je n'ai donc pas voulu rater. Je m'attendais à un humour très léger et à une série sans prise de tête, j'espérais donc que je n'allais pas être déçu.
Niveau humour très léger, en effet, je n'ai pas été déçu. J'ai même été extrêmement bien servi. Très rapidement et dès le premier épisode, on constate qu'il ne faut pas chercher une quelqueconque profondeur à cette série qui à pour vocation première de nous divertir. L'humour y est enfantin, pas toujours très recherché avec des gags plus ou moins réussis et plus ou moins prévisible mais quand on rentre dans le jeu, on se laisse facilement amusé et ce fut mon cas. N'ayant vu que le premier film de la franchise cinématographique à ce jour je ne sais pas trop si je peux faire une comparaison mais en tout cas la série à l'air d'être assez respectueuse envers les films avec des liens qui sont souvent fait avec les films que ce soit au niveau de l'intrigue ou au niveau des personnages dont quelques uns font même leur apparition ici. Au fil des épisodes, on sens qu'il n'y à pas de véritable fil conducteur aux aventures de ses cadets qui ne sont là que pour nous faire rire ce qui est dommage car cela aurait pu rendre cette unique saison un peu plus intéressante encore. Pour ma part, j'ai quand même trouvé ça fun et à plusieurs moments j'ai bien souris même si je dois reconnaître que vers la fin la saison commençais un peu à s'essouffler selon moi me laissant penser qu'ils avaient exploiter le concept jusqu'au bout à l'image de l'épisode où le Commandant Hefilfinger est en relation avec des aliens (très léger j'avais prévenu ^^ ). Les différents personnage évoluent bien sinon même si vers la fin là encore certains deviennent un peu agaçant.
Pour le casting, les acteurs sont plutôt bien choisi en fonction de leurs rôles. C'est ainsi que l'ont comprends vite que le gentils héros sympathique de cette bande de cadets sera porté par Matt Borlenghi dont le personnage de Richard Casey fait un lien avec les films. J'ai bien aimé l'acteur même si il fait sans doute parti de ceux qui m'as le plus irrité vers la fin sans que je ne sache réellement si c'est de la faute du comédien ou de son personnage que j'avais peut être un peu trop vu au point de m'en lasser. Jarrod Crawford à lui aussi un petit côté irritant mais sa prestation loufoque dégage quand même un peu de sympathie ce qui fait que j'ai appris à apprivoiser son personnage. Joe Flaherty dans le rôle du Commandant est un choix très judicieux sinon. Le comédien apporte beaucoup de folie à son personnage tout en le rendant sympathique et surtout très attachant. A lui seul, il donnerait envie de s'engager dans cette académie particulière. Mon véritable coup de coeur vient surtout des personnages secondaires que l'on ne voit pas forcément à chaque épisodes. C'est ainsi que j'ai tout de suite aimé Michael Winslow qui est excellent et dont le fait de savoir qu'il figure dans les films me donne encore plus envie de les découvrir (déjà dans le premier volet je le trouvé hilarant). Les jumeaux Toby Proctor et Jeremiah Birkett sont eux aussi irrésistible avec une folie que j'ai adoré. On a envie d'être pote avec eux et de rentrer dans leurs délires. A chacune de leurs apparitions, j'étais vraiment plié en quatre. Tony Longo fait pour sa part un Luke très attachant et émouvant. Le doux dingue du groupe s'avère être un personnage avec un cœur énorme dont certain épisode reflète bien sa personnalité (sa déclaration à Annie, ses remords quand il cause un accident...) et qui est très bien interprété par son acteur. J'ai bien aimé aussi P. J. Ochlan dans le rôle de Lester. Au début, il fait la parfaite tête à claque pour au final bien évoluer et devenir de plus en plus drôle et touchant grâce au jeu de l'acteur qui à su lui donner le ton juste même dans sa démesure. Du côté du casting féminin, Heather Campbell dans le rôle d'Annie est celle que j'ai peu être trouvé la plus fade sans que cette dernière soit véritablement mauvaise tandis que j'ai bien aimé Christine Gonzales dans le rôle d'Alicia que j'ai trouvé très drôle même lorsque sa plastique est mise en avant.
La réalisation est à l'image du script des différents épisodes. C'est très léger et ça ne vole toujours pas très haut avec une mise en scène très classique qui à l'air de souffrir d'un manque de moyen parfois. Certains plans reviennent assez souvent au fil des épisodes (l'écureuil qui passe devant la barrière, la cadette en jupe qui descend l'escalier de l'académie etc etc) ce que j'ai trouvé amusant au début mais un peu énervant vers la fin comme un running gag qu'on aimerait voir terminé. Il y à toutefois quelques bonnes idées et tout n'est pas à jeter. De toute façon, cette légèreté colle bien avec cette série et même si les décors et les costumes sonnent répétitif et jamais bien innovant, cela n'as pas gâché mon plaisir. Les effets visuels n'ont rien d'exceptionnel mais je pense qu'ils ont été fait avec les moyens du bord tout comme pour les bruitages mais dont la surenchère apporte un côté kitsch pas déplaisant et accentue le côté très léger de cette oeuvre.
Pour résumé, "Police academy, la série" fut une bonne découverte pour moi qui m'as donné envie de découvrir les films. Tout n'est pas parfait et cette saison se suffit à elle même je pense car à la fin on sens que ça s'essouffle tout de même mais j'ai passé un bon moment devant cette série décomplexé qui assume son humour aussi léger qu'une plume et qui m'as divertit. J'en demandais pas plus pour moi le contrat est rempli.
police_2.jpgMichael Winslow



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines