Magazine Bd

Trois Christs - Denis Barjam, Fabrice Neaud & Valérie Mangin

Par Belzaran

troischrists.jpgTitre : trois Christs
Scénariste : Valérie Mangin
Dessinateurs : Denis Barjam & Fabrice Neaud 
Parution : Octobre 2010

« Trois Christs » est un titre audacieux et intrigant. Il se trouve sur la couverture du dernier ouvrage né de la collaboration de Valérie Mangin, Denis Bajram et Fabrice Neaud. La première s’est occupée du scénario et le deuxième de l’illustration. Le troisième s’est occupé de dessiner le prologue et l’épilogue. Cet ouvrage de quatre-vingt-huit pages est assez imposant. Il s’avère d’excellente qualité. On prend plaisir à l’avoir dans les mains. Il est édité dans une maison d’édition qui m’était inconnue. Elle se nomme Quadrants. Le prix de ce bouquin est d’environ une vingtaine d’euros et sa parution date du mois d’octobre dernier. La couverture est très réussie. Elle nous présente une assemblée de personnes nous faisant face. Ils se trouvent dans une église seulement éclairée par la lumière du soleil traversant un vitrail. Il semble tenir dans les mains un linge des plus mythiques : le Saint Suaire. Autant que ce premier contact avec l’ouvrage nous offre de grandes perspectives.

L’histoire se décompose en trois chapitres qui représentent chacun une variation d’un même événement. Comme nous le narrent le quatrième de couverture, nous sommes plongés en 1353 au moment du week-end pascal. Les fidèles de Lirey, un petit village champenois, vénèrent pour la première fois ce qui va devenir la relique la plus célèbre et la plus controversée de la Chrétienté : le Saint Suaire, linceul qui aurait enveloppé le corps du Christ à la descente de la croix. Dans la première version, Dieu existe. Dans la deuxième version, Dieu n’existe pas. Enfin, dans la dernière, Dieu est radioactif.

Cet ouvrage est un véritable exercice de style. Chaque histoire s’étale sur une trentaine de pages. Chacune fait apparaître les mêmes personnages dans les mêmes lieux. Beaucoup de dialogues apparaissent dans les trois versions. Et pourtant chacune offre un éclairage et une issue bien différente. Cela rend la lecture très originale. Ce bouquin s’adresse davantage aux adultes. Les enfants n’y trouveraient pas grand-chose pour eux. La dimension spirituelle et historique risque de les dépasser quelque peu. De plus, c’est un ouvrage qu’il est utile de découvrir à tête reposée. Il nécessite une certaine concentration pour le savourer pleinement. Le ton se veut narratif. En effet, la petite trentaine de pages qui compose chaque chapitre empêche de trop se perdre en digression.

La structure de l’album fait que l’auteur nous conte une histoire dense qui ne perd pas de temps à démarrer. On se plonge très vite dans l’intrigue. Les personnages nous sont rapidement présentés, les enjeux sont rapidement installés. Malgré la structure assez narrative de la trame, l’auteur ne perd dans de grands monologues ou de longues tirades pour nous présenter les tenants et les aboutissants des événements. Au contraire, tout est joliment dosé et nous rend la lecture passionnante. De plus, notre attrait ne cesse de grandir au fur et à mesure qu’on découvre les différentes variations de l’histoire. Le fait de retrouver des dialogues, des scènes et des personnages rend notre lecture très active. En effet, notre cerveau est en train de remettre en permanence en perspective les événements communs aux trois versions.

Au-delà de l’attrait purement scénaristique, le plaisir réside également dans le fait de nous plonger dans ce village il y a environ huit cents ans. On n’a aucun mal à s’y retrouver. Que ce soit les décors, les personnages ou encore l’atmosphère, tout nous immerge dans cette époque de l’Histoire de France. Il est toujours agréable de voyager au gré de nos lectures. Sur ce plan-là, la réussite est là. Dès les premières pages, on a l’impression de se balader dans ce village qui s’apprête à fêter un événement très important. On ressent rapidement de l’empathie pour le personnage principal qui épouse les traits d’un sculpteur prénommé Luc. Cet homme du peuple, bon et pieux va se trouver embrigader dans une aventure aux lourdes conséquences dans chacune des trois histoires. La sympathie de ce brave homme va nous impliquer pleinement dans notre lecture. On le soutient à tout moment dans les épreuves qui s’imposent à lui.

Côté dessins, je n’étais pas un étranger au style de Denis Bajram. En effet, j’ai énormément d’affection pour la série « Universal War One » dont il est à la fois le scénariste et l’illustrateur. Dans « Trois Christs », la parenté avec la série précédente n’est pas évidente. En effet, la colorisation est tellement différente de celle de « UW1 » que j’ai eu du mal à reconnaître la touche Bajram. N’y voyez pas là une critique. En effet, j’ai été très sensible à la qualité des dessins dans « Trois Christs ». Ils mettent parfaitement en valeur l’histoire et rendent l’ouvrage remarquable.

En conclusion, je conseille vivement « Trois Christs ». Il s’agit d’une des plus belles découvertes que j’ai faite ces derniers mois. J’ai vraiment succombé aux nombreux charmes de cet ouvrage. Je ne peux donc que vous inciter à vous l’offrir, l’ouvrage vaut le détour. Il s’agit d’un bel objet qui se peut se lire et se relire sans jamais lasser. Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter une agréable lecture.

par Eric the Tiger

Note : 17/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines