Magazine Cinéma

The First Men in the Moon

Publié le 03 mai 2011 par Olivier Walmacq

first_men_moon

Genre: science fiction
année: 2010
durée: 1h30

l'histoire: En juillet 1969, Julius Bedford, 90 ans, raconte à Jim, son petit fils, une curieuse histoire, à propos de deux hommes qui ont passé une journée sur la Lune en 1909.

la critique d'Aice In Oliver:

Un tel titre et un tel remake pouvaient laisser présager une nouvelle abomination réalisée par la société Asylum, cette boîte de production reprenant certains grands succès afin de signer quelques séries B foireuses aux titres évocateurs.
Pourtant, The First Men in The Moon n'est pas une production Asylum. Toutefois, le film de Damon Thomas aurait pu très bien s'afficher parmi les nanars de cette gamme de films peu recommandables.

En vérité, The First Men in the Moon est un remake des Premiers hommes sur la Lune, un vieux film de science fiction américain, qui a souffert du poids des années, mais qui reste un très bon film de genre.
Un tel remake est pour le moins dangereux.  En effet, le film original appartient à une certaine période du cinéma, celle des années 50 et du début des années 60, le cinéma de SF laissant libre court à son imagination en terme de conquête spatiale.

Mais depuis, les hommes ont marché sur la Lune. L'astre le plus proche de la Terre n'a presque plus aucun secret pour les scientifiques et ne fait plus rêver.
A partir de là, cette version 2010 est pour le moins risquée. En effet, qui a envie aujourd'hui de voir un film de SF se déroulant sur la Lune ?
Pas grand monde... Désormais, c'est Mars, voire les confins de l'univers, qui semblent faire rêver l'imagination collective.

first_men

Certes, The First Men in the Moon est un film naïf: la Lune nous est présentée ici comme un astre recouvert d'une atmosphère, avec de l'eau, de la glace et même des formes intelligentes de vie. Malheureusement, l'aventure présentée peine à convaincre, le film étant réalisé sans aucune passion, et surtout, sans aucun talent. Même les deux acteurs principaux n'y croient pas.
C'est consternant. Quant aux effets spéciaux, ils sont aussi périmés que le propos de cette production minable, une adaptation pour le moins foireuse du roman de H.G. Wells.

Note: 03/20
Note naveteuse: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines