Magazine

Compte à rebord

Publié le 10 mai 2011 par Paulo Lobo
C'est étrange. Le peu de contrôle que nous avons sur certains instants ou circonstances de notre existence. On est peinard, on ne veut de mal à personne, on essaye d'appliquer les règles, et puis soudain, malgré toute notre bonne volonté, c'est le contretemps, la brimade, la glissade sur la peau de banane qu'on n'avait pas vue. A posteriori pourtant, tout est analysable selon une optique de cause et d'effet. Les désagréments sont souvent précédés d'actions précises de notre part qui ont été des jalons avant-coureurs de ce qui allait ou pouvait survenir. Ainsi, la tasse de café brûlant qu'on renverse sur la main a d'abord nécéssité pour exister qu'on décide de prendre le café le matin. J'écris ceci en écoutant une belle voix féminine qui, au nom des CFL, nous prie de bien vouloir excuser le retard du train. C'est bien, les transports en commun, ça permet d'avoir des plages de suspension comme celle-ci. On ne peut rien y changer, on peut juste attendre et regarder par la fenêtre. Se repasser le film des événements de la journée. On trouve toujours des actes ou des paroles à se reprocher. Des choses à regretter. Je parle pour moi. Faudrait atteindre et conserver un esprit apaisé. Se dire: ce n'est pas grave, rien n'est vraiment grave, quand on prend en compte la résonance cosmique des planètes. Vous allez me trouver redondant et ennuyeux. Et vous aurez raison - à 19h30 de n'importe quelle journée, je suis toujours académique et sentencieux. Et puis, il y a les autres, ceux qui étaient là, assis autour de la table ronde, et qui s'entêtaient à me dévisager de la tête aux pieds. Je déteste quand on me passe au crible de cette manière. Je ne suis pas un miroir, je ne suis pas un tableau. J'ai également longtemps pensé et affirmé que je ne suis pas un numéro. Que je voulais m'évader, et que j'y arriverais un jour. Que de vains et ingénus espoirs! Il n'y a guère d'autre échappatoire que la mort dans ce dédale cousu de fil blanc qu'il nous a été donné de traverser. Il y a aussi le rire, mais ce n'est pas drôle. Je viens de reprendre l'écran tactile, il est 7h30 du jour suivant. De nouveau, le train a du retard, cela devient presque la norme, mais ce matin s'ajoute le fait que le nombre de wagons est drastiquement réduit et que les gens sont obligés de se tasser les uns contre les autres, comme dans une conserve de sardines. On a ainsi un peu l'impression d'être dans le métro dans une très grande ville, avec son anxiété trépidante et ses foules désenchantées. Ses regards perdus et flous. Mais cette densité voyageuse n'est pas forcément synonyme de plus de rapprochement entre les êtres. Il y a juste un peu plus de conscience de la matérialité des corps. Beauté et rudesse, jeunesse et cheveux blancs, amis du monde et racistes, le train ne fait pas la différence, tous ont plus ou moins le même poids. Dehors, les paysages défilent, sans protester, aucune télécommande, aucune possibilité d'arrêt sur l'image. Nous avons tous un seul but, une seule destination, et nous partageons une même période d'attente. Combien de trajets monotones et prédéterminés devrons-nous expérimenter encore? Sempiternelle question qui n'a pas besoin de réponse.              

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Meches a l'argile

    Meches l'argile

    Les méches à l'argile sont 100% Biodégradable Sans amoniaque 100 % sans Ammoniaque avec une odeur agréable Non testé sur les animaux Doux pour les cheveux et... Lire la suite

    Par  Auierge
    A CLASSER
  • 9 ans de Dubuc's Blog

    9 ans... c'est fou!Je n'aurais jamais pensé que je tiendrais aussi longtemps.T'as vu. Incredibeul.OMFGJ'y crois pas.De quoi je vais causer?Tiendrais-je une anné... Lire la suite

    Par  Antoine Dubuquoy
    A CLASSER
  • 5 sosies anti-déprime

    sosies anti-déprime

    Le David Guetta de Rouen alias Cédric Boulanger La simplicité et la gentillesse se lisent dans le regard de Cédric. Même s'il mixe sur une version kécra de... Lire la suite

    Par  Lagrandedepression
    HUMEUR, A CLASSER
  • et d'ève et d'adam

    d'ève d'adam

    john currin, the cripple, 1997cette femme que je suisporte une robe roseet les cheveux relevéspour dégager son couelle aime décolleter sa gorgemême si son... Lire la suite

    Par  Modotcom
    A CLASSER
  • « je suis un romantique avec une moitie de scientifique ». matisse et le...

    suis romantique avec moitie scientifique matisse primitivisme

    Une « vogue » d'objets nègres, indiens ou océaniens, va marquer le début du XXe siècle, de même que la seconde moitié du XIXème siècle exaltait le charme de... Lire la suite

    Par  Regardeloigne
    A CLASSER
  • Lait après-shampoing sans rinçage

    Voici la formule d'un lait après-shampoing que j'utilise depuis quelques temps. Il démêle et fait briller les cheveux et s'utilise sans rinçage (sur mes... Lire la suite

    Par  Alicegadu
    CÔTÉ FEMMES, A CLASSER
  • Morlaix. Une crue intense en centre-ville

    Les rivières du Jarlot et le Queffleuth sont sorties de leur lit suite à un violent orage, survenu le dimanche 3 juin, sur Morlaix. Par le passé, la cité du... Lire la suite

    Par  Seb322
    INFO LOCALE, A CLASSER

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog