Magazine Cinéma

Vendredi 13

Publié le 24 mai 2011 par Olivier Walmacq

vendredi_13

Genre: horreur (interdit aux - 16 ans)
année: 1980
durée: 1H35

L'histoire: En 1957, un jeune garçon, Jason mourut noyé au camp de Crystal Lake. L'année suivante, les 2 personnes responsables du camp furent également tuées. L'endroit ferma mais il est réouvert en 1980. Lors de la préparation du camp pour l'été, des adolescents commencent à disparaître un par  un.

La critique d'Alice In Oliver:

Certes, le premier Halloween, la Nuit des Masques, de John Carpenter, a marqué un tournant dans le genre horrifique, lançant définitivement la mode du slasher.
Mais il existe un autre concurrent, digne de nom, Vendredi 13, réalisé par Sean S. Cunningham, qui sortira deux ans plus tard, et constituera la nouvelle référence du genre.
D'ailleurs, ce premier chapitre influencera de nombreuses suites, 10 au total, sans compter Freddy Vs Jason et un remake, sorti récemment.
C'est dire à quel point le premier Vendredi 13 a marqué les esprits. Vendredi 13 réunit tous les ingrédients pour s'imposer parmi les grands films d'horreur: une musique immédiatement identifiable et surtout, son décor, Crystal Lake.

Inutile de préciser que l'histoire est simpliste, slasher oblige... Des adolescents se retrouvent autour d'un camp et vont se retrouver plongés en plein cauchemar.
Mais avant tout, Vendredi 13 repose sur une histoire de vengeance. Un scénario banal mais au service d'une mise en scène originale, multipliant les effets gores, et une certaine tension.
Le mystérieux assassin de Vendredi 13 est un psychopathe qui a sombré dans une folie criminelle.

A partir de là, Sean S. Cunningham joue sur les deux facettes du croquemitaine de service, ce dernier n'étant qu'un schizophrène meurtrier.
Mais pour ceux qui n'auraient pas vu ce premier chapitre, Jason Voorhees n'est pas encore de la partie. Je n'en dis pas plus...
Toujours est-il que le tueur n'hésite pas à massacrer ses victimes. Ce qui donne lieu à quelques séquences efficaces: lacération, décapitation, torture...
Toutefois, le film souffre tout de même du poids des années. En effet, le film de Sean S. Cunningham a désormais plus de 30 ans au compteur.
Mais peu importe, ça reste une référence du genre qui inspirera les plus grands succès de ces 15 dernières années, entre autre, Scream, pour ne citer que celui-là...

Note: 15/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines