Magazine Culture

Phénoménologie de la pop

Par Thomz

C’est mieux avec un vinyle première pression mais tant pis. Faites silence autour de vous, fermez les fenêtres. Menagez un petit espace pour vous tenir debout. Ca y est ? Bien. Maintenant, lancez çà :

Riff de cow boy dévalant les grandes plaines. Marche militaire dans sa régularité ainsi que celle des fûts de Ringo, peut être légèrement décales. Le clavier tout en touches subtiles, un autre thème se développe. Ca claque ça séche. La voix de Macca toute en rondeur, montant dans les aigus au moment du refrain. Solo minimaliste après 30 secondes, tout petit riquiqui, on se prend à imiter les notes. On connaît les paroles, là aussi on ne peut s’empêcher de prendre sa voix de stentor et de chanter en surimpression.

C’est tout petit, ça ne dure pas ce genre de moments. C’est rare. On en ressort sans savoir ce qui s’est passé. Mais c’était bien. Et on en veut encore.

(A Claro : c'est étonnant que tu parles de 11e Beatles, ça faisait quelques jours que cette petite chose trottait dans ma tête, corollaire d'une exhumation de vieux disques et vinyles...)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Thomz 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines