Magazine Cinéma

Mirrors 2

Publié le 25 mai 2011 par Olivier Walmacq

Mirrors_202

genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
année: 2009
durée: 1h35

l'histoire: Après avoir perdu sa fiancée dans un accident de voiture, Max accepte un emploi de veilleur de nuit dans le magasin de son père. Alors que ses collègues sont tués de façon atroce, Max commence à voir une mystérieuse jeune femme dans les miroirs du magasin.

la critique d'Alice In Oliver:

On pouvait légitimement se demander l'intérêt de porter une suite au premier Mirrors, tant le film d'Alexandre Aja avait tout du film d'horreur anecdotique.
A la base, le premier opus n'avait donc rien d'extraordinaire et ressemblait davantage à un film de fantômes plutôt classique, incapable d'exploiter les rares bonnes idées d'un scénario qui peinait lamentablement à faire avancer son sujet.

Toutefois, il ne faut pas l'oublier, le premier Mirrors a remporté un beau succès au box-office américain.
Dans cette logique très hollywoodienne, il fallait donc porter une suite. Et cette fois-ci, Alexandre Aja n'est plus derrière la caméra.
C'est donc Victor Garcia qui le remplace pour ce Mirrors 2, qui réussit l'exploit d'être encore plus insipide que son prédécesseur.

Pourtant, cette suite change radicalement de style. Là où le premier épisode tentait maladroitement d'instaurer un certain climat de tension (rarement perceptible à l'écran), Mirrors 2 choisit de jouer la carte du gore.
D'ailleurs, et ce n'est pas un hasard, Mirrors 2 est donc interdit aux moins de 16 ans. Le film accumule donc quelques séquences chocs: décapitation, accident de voiture mortel, oeil transpercé, viol, fantôme ultra-agressif qui s'acharne lourdement sur ses victimes...
Tel est le programme de ce Mirrors 2, qui faute de scénario, préfère proposer toute une série de scènes violentes.

En vérité, le script se résume à une banale histoire de vengeance. En même temps, le scénario du premier Mirrors n'avait rien d'extraordinaire non plus.
En soi, Mirrors 2 n'est pas forcément une immense purge mais cette suite ne sert strictement à rien.
Et son acteur principal, à savoir Nick Stahl, a toutes les peines du monde à convaincre dans ce nouvel épisode sans intérêt.

Note: 06.5/20
Note naveteuse: 10.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines