Magazine Cinéma

301 La Légende de Superplus Maximus

Publié le 28 mai 2011 par Olivier Walmacq

301

genre: parodie
année: 2007
durée: 1h25

l'histoire: Dans la Sparte antique, Maximus est un général totalement incapable et incompétent. Ses ennemis profitent de la situation pour s'emparer du pouvoir.

la critique d'Alice In Oliver:

Ce n'est pas la première fois qu'une comédie se permet de parodier 300 puisque l'on avait déjà eu le droit au nullissime Spartatouille.
Mais peu importe, la caricature de nos chers spartiates semble divertir un certain public... 301, la légende de Superplus Maximus, réalisé par Jeff Kanew en 2007, s'en prend à plusieurs films de genre.
Bien évidemment, 300 fait partie du lot mais le film parodie également Braveheart, Gladiator et Troie. Voilà pour les hostilités !

Pour le reste, la comédie proposée est pire que nulle ! On finirait presque par regretter Spartatouille ("ce soir, on se fait un grec !").
C'est dire la médiocrité de cette parodie. Que retenir de 301 la légende de Superplus Maximus ? Pas grand chose...
En résumé, on ne rit jamais et on sourit très rarement. Le long-métrage proposé est pour le moins fainéant et d'une débilité consternante.
A se demander si les producteurs ne se moquent pas des spectateurs, tant cette comédie se révèle insignifiante et sans aucune idée.

Même chose pour les gags qui ne fonctionnent jamais. Quant aux dialogues, c'est pareil: on sent que les scénaristes étaient en vacances.
Inutile alors de préciser que les acteurs sont unanimement mauvais. Le scénario fait évidemment partie des abonnés absents.
En résumé, Maximus a pour ambition de devenir général, mais notre soldat se révèle trop lamentable et incompétent pour tenir ses hommes.

A partir de là, certains guerriers vont vouloir prendre sa place et assouvir leur soif de pouvoir. Incapable de servir le moindre gag digne de nom, le film de Jeff Kanew préfère montrer des nichons et des belles nanas. Autant dire que le spectacle proposé est pour le moins pénible et ennuyeux.
Ensuite, cette comédie joue évidemment sur l'homosexualité refoulée de certains personnages ou encore sur leurs noms ridicules.
Ainsi, Achille devient Testicules, un redoutable guerrier dont le seul point faible se situe en-dessous de la ceinture.
Bref, la parodie proposée est tout simplement lamentable et tenir jusqu'au bout de cette purge tient du véritable exploit.

Note: 0/20
Note naveteuse: 18/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines