Magazine Politique

Carnet de campagne à Cognac [6]

Publié le 10 février 2008 par Pierre-Alain Dorange
Carnet de campagne à Cognac [6] Le week-end dernier, Jérôme Mouhot a dévoilé sa liste pour les municipales 2008. Je n'étais pas présent, n'ayant pas été informé et surtout j'étais ce week-end là en Dordogne prendre un peu d'air.
J'ai donc aussi raté la présentation du programme de Michel Aparis, le troisième homme en campagne.
Stéphane Charbeau (photographe), a réalisé des panoramas de ces 2 événements que vous pouvez retrouver sur son blog : www.panoglobe.com/blog

1ère réunion(s) publique(s)
Lundi dernier, les 2 candidats principaux avaient réservé une salle à la Salamandre pour leur première réunion publique. Michel Gourinchas sur le thème des seniors à l'étage et Jérôme Mouhot pour un "apéro-débat" au rez-de-chaussée. 2 ambiances différentes.
Jeudi, une autre réunion publique de Michel Gourinchas sur le thème de l'économie, du commerce et du tourisme à la Chambre de Commerce.

Lundi : Salamandre
A l'étage, plus feutré, plus studieux et aussi plus classique : 3 orateurs face au public, qui après une présentation du programme sur le thème des seniors ont répondu aux questions du public venus nombreux.
Au rez-de-chaussée, très éclairées, des affiches couleurs grands formats partout avec un public très nombreux, une réunion en 3 parties : présentation de la liste, jeu des questions/réponses et un apéro autour d'un buffet pantagruélique pour terminer.
Les réunions débutaient tôt (18h pour Michel Gourinchas et 19h pour Jérôme Mouhot) et avaient lieu presque simultanément.
Arrivé vers 19h30, je n'ai donc pas pu tout voir bien sûr.
Carnet de campagne à Cognac [6] J'ai donc débuté par la réunion seniors qui avait dû changer de salle face à l'affluence. Quand je suis arrivé le débat avec le public avait bien commencé et les sujets ont été assez variés : accessibilité des lieux publics, lieu de promenades mal aménagés, sécurité sur certains lieux entre piétons et automobiles, auxiliaire de vie, solidarité, etc... Les sujets ont été traités de manière assez approfondie et Michel Gourinchas a annoncé les actions phares sur le sujet :
  • 4 vraies maisons de quartiers conçues comme des lieux de vie et de cohésion sociale pour réunir les jeunes et les aînés dans un même lieu.
  • Service aîné à la mairie
  • Sur le sujet d'un conseil des aînés (sur le modèle du conseil des jeunes), il s'est montré très sceptique vu le "succès" de ce dernier qui n'est finalement composé que de fils et filles d'élus ou d'administratif de la mairie. Pour lui un service aîné et les maisons de quartier proche des lieux de vie seront des relais bien plus efficaces.
  • Il a bien sûr rappelé son attachement aux services publics, et le soutien indispensable qu'il compte leur apporter.
Après un bref apéro avec la liste et le public, je suis redescendu pour assister à la réunion du maire sortant.
Carnet de campagne à Cognac [6] En bas, l'ambiance était plus conviviale mais moins studieuse. Les candidats ont montré leur dynamisme en prenant la parole chacun leur tour rapidement sur un sujet. Les mots dynamisme, énergie et défi sont revenus très souvent. Un vrai meeting politique, avec un public acquis et fervent, mais qui creuse pas beaucoup.
De grandes lignes ont été dégagées, par exemple sur l'économie : la nécessité de développer les liaisons ferroviaires (électrification ligne TER, TGV), le besoin de cohésion sociale, et l'attractivité à améliorer. Sur le sujet Bertrand Sourisseau est revenu sur les critiques de certains adversaires qui noircissent le tableau de notre ville. Il a aussi attaqué certains programmes trop ambitieux en rappelant que lui aussi il lui arrive de faire des rêves qui seraient parfois des propositions irréalistes, mais il n'en fait pas un programme. Le programme de leur se veut réaliste.
S'en est suivi un jeu de question/réponse qui a surtout été l'occasion de certains citoyens de parler de problème de cadre de vie (circulation trop rapide dans certaines rues, maisons insalubres, avenir du service de gérontologie...). Un citoyen a vivement critiqué la consommation excessive de la ville en eau : arrosage massif au jardin public même après la pluie, nettoyage des rues à grandes eaux... Noël Belliot est intervenu pour défendre son bilan, en rappelant que la ville a investi dans des systèmes d'arrosage au goutte-à-goutte et du paillage, qu'il fallait bien nettoyer les rues et que l'eau pour le jardin public et les balayeuses provenait d'un forage direct dans la nappe phréatique (donc qui ne passe pas par le réseau d'eau potable) et donc ne coûtait rien...
Pour un adjoint à l'environnement je trouve cette excuse manque de vision, l'eau de la nappe phréatique serait gratuite ? On pourrait donc en user sans se soucier de l'avenir ? La propreté de nos rues et la floraison de nos jolis massifs, jusqu'à l'excès, n'aurait donc pas de limites ? Le cadre de vie prime sur l'environnement ? Cela expliquerait l'état de la charte environnementale...
Juste avant la partie apéro de l'apéro-débat, Jérôme Mouhot est revenu rapidement sur son engagement, son expérience et sa bonne gestion de la ville, qui en ferait avec son équipe la meilleure liste. Il a critiqué les programmes des autres listes qui lui paraissent déraisonnables et qui lui font "peur" pour les finances de la ville en tant que citoyen.

Sur le sujet des relations entre une ville de droite et un département et région de gauche, Bertrand Sourisseau a répondu qu'il n'était pas sectaire et n'avait aucune difficulté a travailler avec eux et que même il travaillait bien avec Michel Gourinchas au Pays de Cognac (dont il est président). Pour lui le handicap de Cognac n'est pas politique mais l'image floue de la ville à l'extérieur. Cognac serait toujours perçue comme il y a 30 ans : une ville riche, ce qui n'est plus le cas. Il faut être fier de notre région et le dire.
Ce qui en ressort : Les 3 têtes de liste ont réussi à faire bonne figure en montrant leur union : sur ce point pari réussi, malgré un Noël Belliot qui m'a semblé très en retrait. Sur le fond, pas beaucoup de précisions sur le programme. Beaucoup de bonnes intentions, un appel martelé à l'optimisme et au réalisme. Et une image dynamique.
2 sujets particuliers sur lesquels je vais revenir plus bas : le CFA et les subventions qui ont été évoquées avec des visions différentes par les 2 camps et cristallise, à mon sens, la véritable différence entre les projets.

Carnet de campagne à Cognac [6] Mercredi : Chambre de Commerce et d'industrie (CCI)
éunion sur le thème de l'économie, du tourisme et du commerce avec Michel Gourinchas et son équipe économie (Patrick Sedlacek, Patrick Bompoint et Karl Babin).
Surprise, un candidat de la liste de la majorité était présent : Christian Coates (vice-président de la CCI donc sur son terrain).

En introduction Michel Gourinchas a rappelé que les compétences sur l'économie et le tourisme échappent à la municipalité, ce qui n'empêche pas d'avoir une influence. Il a donné les axes principaux de travail sur ce dossier : proximité, favoriser le dynamisme et l'emploi, intensifier les partenariats entres les acteurs : pays, département, région et le réseau de synergie du fleuve Charente. Tout cela dans le but final d'améliorer les conditions sociales.

Le constat a été moins optimiste que celui de Bertrand Sourisseau, pertes d'emploi, disparition des services publics là ou B. Sourisseau évoquait la création d'entreprises et la nécessité de rester positif pour dynamiser l'image de la ville. Michel Gourinchas a souligné les atouts qui seront les leviers de la redynamisation : l'économie du produit Cognac, le commerce, le tourisme sur l'axe du fleuve, l'événementiel et les festivals, l'environnement et le cadre de vie.

L'accent a été mis sur la nécessité de créer des liens et partenariats avec tous les acteurs locaux et notamment la communauté de communes dont c'est la compétence. Il a affirmé son intention de réactiver le réseau Charente-Océan, tombé en désuétude, avec les villes de Jarnac, Segonzac, Saintes et Rochefort. Des relations sont déjà en cours et le soutien des municipalités actuelles serait acquis. Le secteur de l'emballage pourrait être développé autour d'une section plus axée sur l'environnement (recyclage des emballages) et le développement de la filière graphique.
Le secteur de l'économie sociale et solidaire recevra tout le soutien nécessaire pour créer des emplois autour des nouvelles notions de services.

Comparatif
Ce qui me frappe c'est que sur l'ensemble des sujets, les grandes lignes sont semblables : sortir Cognac de son isolement, favoriser les axes de transports (électrification ligne TER, liaison avec le port de La Rochelle), dynamiser l'économie locale, favoriser le tourisme en prolongeant la durée de séjour des visiteurs, aider à l'implantation des entreprises, environnement, etc...
Toutefois il existe des différences réelles juste au dessous de ce niveau global. Les différences se situent surtout sur la façon d'aborder le constat et sur les moyens à mettre en œuvre. Au delà des évidences (l'expérience de la majorité, puisque en place depuis 7 années et la critique du bilan par l'opposition), c'est les approches, les visions et les méthodes qui divergent.

La majorité (Jérôme Mouhot, Bertrand Sourisseau, Noël Belliot) insiste sur la nécessité de ne pas noircir le tableau, de donner une image positive de la ville pour assurer la compétition au niveau d'obtention des aides, de relever les défis du marché et de se battre pour améliorer la compétitivité de la ville.
En face l'opposition (Michel Gourinchas) met en avant les valeurs de solidarité avec les acteurs publics, insiste sur les faiblesses locales et donne une vision de dynamisme avec un objectif final social : vivre ensemble dans un cadre de vie agréable. L'opposition met aussi beaucoup plus en avant les aspects environnementaux à tous les niveaux (établissant par exemple l'accès aux aides municipales à une dose environnementale et sociale pour les entreprises, misant sur le tourisme "vert"), là ou la majorité a une priorité environnementale qui mesemble plus proche de la notion de cadre de vie que de l'écologie.

Le CFA de Cognac
Au cours du débat le sujet de l'état du CFA (Centre de Formation des Apprentis) est arrivé. Le CFA doit déménager depuis une dizaine d'années mais tous les projets semble destinés à tomber à l'eau, un exemple de dossier qui traîne en longueur pour le plus grand malheur des étudiants. Sujet très intéressant puisqu'il est revenu sur le tapis lors des réunions publiques de la majorité actuelle et de l'opposition.

Voici donc la version de la municipalité sortante par Jérôme Mouhot, Bertrand Sourisseau et Francis Hardy :
En effet le CFA actuel est en très mauvais état, le maire a indiqué qu'il devrait même le faire fermer. Le financement relève de la région et de la chambre des métiers, toutefois Cognac tente de trouver des solutions. Il y a 10 ans un terrain dans le quartier de Lhomeyer a été racheté, mais s'est avéré trop petit. Ensuite l'ancien site Onyx à St Martin a été acheté par la ville et le dossier avançait bien, mais suite aux élections la région a changé de camp et depuis semble mettre des bâtons dans les roues sur ce dossier d'après Bertrand Sourisseau. La région a refusé ce terrain car inondable. B. Sourisseau indique avoir prévenu Michel Gourinchas (son successeur au poste d'élu au conseil régional) que ce dossier était miné et que la chambre des métiers voulait centraliser les CFA de Charente à Angoulême, il a laissé entendre que si le dossier traînait encore c'était en partie à cause de la naïveté et du manque d'influence de Michel Gourinchas à la région.
Francis Hardy (ancien maire), présent dans la salle, est intervenu pour préciser des éléments de ce dossier et rappelé aux électeurs présents que lors du vote il faudrait choisir des hommes compétents et influents. Porté dans son élan, il a appelé à voter pour Jérôme Mouhot aux prochaines élections régionales, bien vite repris par l'intéressé : aux élections municipales.

2 jours plus tard, Michel Gourinchas est revenu sur ce dossier dont il avait eut quelques échos des propos tenus et notamment de la mise en cause du changement à la tête de la région :
Le dossier traîne depuis 1998 et la région est passé à gauche en 2004, soit 6 années ou la région de gauche n'a pas pu ralentir le dossier. Dès 2005 le PS met en avant sa volonté de conserver les 3 CFA décentralisés de Charente dont celui de Cognac et proposant pour chacun des formations complémentaires. Concernant le terrain de Saint-Martin (anciennement Onyx) il est en effet inondable et aussi pollué. Cette configuration obligerait à une dépollution importante et une installation sur micro-pieux d'un coût de 8 millions d'euros. La région préfère, un autre site moins onéreux et garder cette somme pour la formation plutôt que pour mettre à niveau un terrain inadapté.
Actuellement le projet s'oriente soit vers les anciens chais Monnet qui seraient idéalement placés. Une étude est en cours pour évaluer les coûts de réhabilitation, si ceux-ci s'avèrent trop élevés une solution à Crouin est possible. Reste que le dossier est urgent.

La subvention Européenne du Pays de Cognac
Voilà une anecdote qui a été évoquée à la fois par Bertrand Sourisseau (lundi soir) et Michel Gourinchas (jeudi soir) sans lien direct. Toutefois cette anecdote est assez symbolique sur la différence qui existe entre les 2 listes favorites.

Lundi soir, Bertrand Sourisseau a évoqué le reproche fait par l'opposition envers la municipalité de ne pas récolter assez de subventions. Pour illustrer son propos et montrer leur volonté de bien boucler les dossiers, il a pris l'exemple actuel d'une subvention que demande le pays de Cognac à l'Europe par le biais de la région. Il a indiqué que pour cette subvention il se trouvé en compétition avec d'autres pays et que seul le meilleur aura la subvention. D'où la nécessité de se battre, de relever les défis et que l'accès à la subvention nécessitait un travail long et difficile, par toujours réussi et que bien sûr donner une bonne image de la ville était un atout pour réussir.

Jeudi soir, Michel Gourinchas, pour illustrer son intention à nouer des partenariat à tout les niveaux (région, département, pays, communauté de communes...), a repris le même exemple. Il faut savoir que Michel Gourinchas, en tant que conseiller régional, participe au jury qui reçoit les pays pour décider celui qui recevra la subvention européenne. Il donc raconté comment se sont passées les auditions. Les premiers candidats, étaient 2 pays (de Vienne je crois) qui se sont regroupés et ont un dossier béton (probablement les vainqueurs). Ensuite lors de l'audition du pays de Saintonge (ou d'Aunis je ne me souviens pas exactement mais un pays voisin), Michel Gourinchas a demandé si le pays avait contacté son voisin (Cognac) pour élaborer leur projet. Le pays de Saintonge a indiqué avoir envoyé un courrier, sans réponse.
Lors de l'audition du pays de Cognac la même question a été posé à Bertrand Sourisseau qui aurait répondu que non aucun contact n'a été établi étant en compétition sur le dossier.
Au yeux de Michel Gourinchas ce manque de volonté de collaboration est symptomatique d'une attitude néfaste au développement.

Bien sur la réalité n'est pas aussi caricaturale et s'il est parfois nécessaire de montrer sa compétitivité, il est aussi important d'établir des synergies pour améliorer le dynamisme d'ensemble. Mais cette double vision de cette anecdote montre, à mon sens, l'écart de concept entre les 2 listes candidates. Et c'est là que se fera le choix des électeurs dans l'isoloir.

Boîte aux lettres
J'ai reçu, comme une majorité de Cognaçais, dans ma boîte aux lettres les programmes de Michel Aparis et de Franck Valente. Je reviendrai prochainement sur les programmes de tous les candidats. A noter qu'à ce jour Franck Valente ne semble pas organiser de réunion publique, mais qu'il doit ouvrir une permanence le 21 février au 16 de la rue Köningswinter. Ces 2 candidats challenger n'ont pas encore déclaré leur liste, le délai maximal est fixé le 21 février.

Agenda
La dernière ligne droite s'amorce et les réunions publiques pleuvent :

  • lundi 11 février 14h, Café Citoyen à Crouin (Le Flam Bar) : Michel Gourinchas avec Ségolène Royal et Marie-Line Reynaud
  • mardi 19 février, présentation du projet de la liste Jérôme Mouhot
  • jeudi 21 février, ouverture de la permanence de Franck Valente, rue de Köningswinter.
  • jeudi 21 février 19h, Réunion de quartier à St-Martin (Club du 3ème Age) : Jérôme Mouhot
  • mardi 26 février 19h, réunion de quartier à Crouin (La Cale) : Jérôme Mouhot
  • jeudi 28 février 19h, réunion de quartier à La Chaudronne (Maison du temps libre) : Jérôme Mouhot
  • vendredi 29 février 20h, réunion de quartier à La Chaudronne (Maison du temps libre) : Michel Aparis
  • samedi 1er mars 18h30, grande réunion publique et soirée à La Salamandre : Michel Gourinchas
  • lundi 3 mars 20h, réunion de quartier à St Jacques (club du 3ème age) : Michel Aparis
  • mardi 4 mars 20h, réunion de quartier à St Martin (club du 3ème age) : Michel Aparis
  • mercredi 5 mars 20h, réunion de quartier à St Antoine (club du 3ème age) : Michel Aparis
  • jeudi 6 mars 20h, réunion de quartier à La Salamandre : Michel Aparis
  • vendredi 7 mars 20h, réunion de quartier à Crouin (La Cale) : Michel Aparis
  • dimanche 9 mars, 1er tour des municipales
  • dimanche 16 mars, 2ème tour des municipales
Conseils Municipaux
A cela s'ajoutent les (derniers) conseils municipaux des villes de la communauté, dont je me suis procuré les agendas par téléphone, afin de préparer la tournée des conseils :
  • Cognac : lundi 11/02 - 18h30, vote du budget 2008
  • St Brice : lundi 11/02 - 18h30, où la secrétaire m'a demandé si j'étais de la presse.
  • Bréville : mardi 12/02 - 18h30
  • Cherves-Richemont : lundi 18/02 - 20h30
  • Gimeux : mardi 19/02 - 20h30
  • Merpins : lundi 25/02 - 20h30
  • St Laurent de Cognac : jeudi 28/02 - 18h30 (à confirmer)
  • Ars : mercredi 12/03 - 20h30
  • Boutiers St-Trojan : pas de date fixée à ce jour
  • St-Sulpice de Cognac : pas de date fixée, ou l'on m'a demandé mon nom avant de me répondre.
  • Louzac St-André : pas de date fixée, peut être fin de mois
  • Mesnac : pas de date fixée, mais sera affiché en mairie et dans la charente libre ; peut-être avant les élections.
Cela va sans dire que je n'aurai pas le temps de tout faire (22 réunions/conseils en 5 semaines c'est pas raisonnable).
Par contre si certains d'entre vous assistent à ces réunions ou conseils et ont l'âme de coucher par écrit leurs impressions je pourrai les publier sous forme de billet (en leur nom) ici même, pour peu que cela ne soit pas trop "orienté".
Vous pouvez me contacter par email (voir en haut à droite de la page).

Merci à tous ceux qui ont lu ce billet jusqu'ici, qui est probablement le plus long de ce blog. Vous pouvez mettre une note à ce billet en utilisant les étoiles ci-dessous.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierre-Alain Dorange 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines