Magazine Culture

Syrie, Liban, Palestine : le Grand Tour – Collectif

Par Libalel
Syrie, Liban, Palestine : le Grand Tour – CollectifPrésentation de l’éditeur:
Au XIXe siècle, le Grand Tour est le voyage romantique par excellence, qui mène les photographes d’Alexandrie à Constantinople, en passant par la Haute-Egypte et le Sinaï, rythmé par les étapes obligées de Jérusalem, Damas et Beyrouth.
Si elles contribuent à la connaissance des cultures antiques, les oeuvres de photographes tels que Félix Bonfils, Henri Béchard ou James Robertson proposent simultanément une représentation éthnocentrique de l’Orient méditerranéen qui façonne l’imaginaire occidental. Derrière les références picturales et les prétentions scientifiques percent des enjeux idéologiques et politiques qui vont légitimer les visées coloniales et impérialistes de l’Europe.
La photographie se révèle une forme subtile de domination, par le pillage et l’appropriation.
Syrie, Liban, Palestine, ces noms n’évoquent plus aujourd’hui l’exotisme mais la tragédie de peuples qui peinent à retrouver leur identité.
Le projet du «Grand Tour», initié en 1996 par le musée Nicéphore Niépce, repose précisément sur la volonté de restituer à ces pays ces images des pionniers de la photographie de voyage dont ils sont démunis. Dans le même mouvement, des artistes des deux bords de la Méditerranée ont concouru à l’élaboration d’une langue commune, visuelle, débarrassée des séquelles coloniales et exotiques. L’acte contemporain prend ici valeur de constat. Il éclaire et invite à renouveler les systèmes de pensées, il refuse l’a-priori et condamne le conformisme.
« Ange Leccia a inauguré la démarche en Egypte et en Syrie. Les images qu’il en a rapportées, piégées avec légèreté grâce à la toute première caméra numérique, ont muté pour prendre la forme d’un long métrage, Azé. Lui succédant, à Bab-el-Saray (Saïda), Jean-Luc Moulène s’est confronté directement à un quartier et à ses habitants, et à ses propres obsessions, politiques et artistiques. Patrick Tosani, quant à lui, a su, sur un sujet aussi complexe que la Palestine, opérer une distance que n’affecte en rien la qualité émotionnelle de l’oeuvre.
Avec son long métrage Aujourd’hui (Al Youm), consacré à la production des images dans le monde arabe, Akram Zaatari offre un contrepoint à la fois étrange et juste à la vision occidentale.
Ce livre raconte l’aventure de ce Grand Tour contemporain, de sa genèse jusqu’à ses implications historiques et esthétiques.
La confrontation des images d’Ange Leccia, Jean-Luc Moulène, Patrick Tosani et Akram Zaatari avec celles du fonds ancien du musée Nicéphore Niépce souligne les permanences et les ruptures du regard d’un siècle à l’autre et permet, au-delà des apparences, de percevoir une réalité à la fois géo-politique et géo-poétique.« 
- 4ième de couverture -
Syrie, Liban, Palestine : le Grand Tour, Isthme éditions, Musée Nicéphore-Niépce, 2005
195 photographies d’Ange Leccia, Jean-Luc Moulène, Patrick Tosani et Akram Zaatari
23 photographies extraites du fond ancien du Musée Nicéphore Niepce : Henri Béchard, Georges Blanchard, Félix Bonfils, Paul Denis…
Préface de François Cheval
« A défaut de Tour, l’expo » de Elias Sanbar
« Le Grand Tour » de Alexis Tadié

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Libalel 580 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte