Magazine Culture

Pyongyang de Guy Delisle : témoignage en Bande dessinée d’un séjour en Corée du Nord

Publié le 11 juin 2011 par Florian @punkonline

pyongyang_guy_delisle.jpgGuy Delisle est un auteur québécois de bande dessinée. Dans cet ouvrage, il nous fait part de son expérience, en 2003, de superviseur d’animation à Pyongyang, la capitale nord-coréenne. Il devait contrôler les animations d’un dessin animé pour le compte d’une société française. On peut aisément imaginer que ce n’est pas la qualité du personnel nord-coréen, mais le coût de la main-d’oeuvre qui a motivé cette sous-traitance.

Delisle nous fait donc part du quotidien d’un étranger dans le pays le plus fermé du monde. Dès l’aéroport, ses objets ont été minutieusement contrôlés. Heureusement qu’auparavant un de ses amis lui a fait quelques recommandations pour ne pas se retrouver bloqué. Une fois la douane passée, il devra être en permanence escorté par un guide lorsqu’il quittera l’hôtel. Il n’est pas question pour le régime de montrer le véritable quotidien des Nord-Coréens et encore moins de parler avec eux.

C’est ce contrôle total des individus étrangers qui facilite la propagande du régime. Celle-ci est omniprésente avec des chants glorifiants Kim Il-Sung le père de la nation, et son fils Kim Jong-Il actuel leader du pays. Leurs portraits sont présents partout et les médias non indépendants relayent les thèses du régime. Le cinéma nord-coréen réécrit l’Histoire en s’attachant énormément à la guerre de Corée en montrant en boucle les horreurs commises par les Japonais. Delsile nous décrit là une société orwelienne qui ne relève pas de la science-fiction.

Le régime de Pyongyang tient toujours plus ou moins debout grâce au contrôle total du pays et des flux de migrations. La propagande répétée a rendu docile une grande majorité de la population. On peut aisément imaginé que malgré leur désaccord, certains individus ne l’expriment jamais ou uniquement dans l’intimité. La délation est un des points essentiels de la censure et agit comme « une épée de Damoclès », pour reprendre les termes de Delisle, sur les citoyens.

Enfin, la Corée du Nord est un des rares pays du monde à ne pas être connecté à Internet. Si ses dirigeants veulent conserver la dictature, ils n’ont aucun intérêt à le développer sur le territoire. Les révolutions tunisienne et égyptienne témoignent que ce média nébuleux peut transformer des actes de désobéissances isolées en un mouvement de révolte organisée.

Devant tant de similitudes avec le roman 1984, je me demande si la Corée du Nord ne s’est pas appuyée sur le roman d’Orwell pour mettre en place sa dictature. Un excellent témoignage dessiné simplement, mais de façon attrayante.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florian 205 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine