Magazine Culture

LE CHANT DES ÂMES de Frédérick Rapilly

Par Phooka @Phooka_Book

LE CHANT DES ÂMES  de Frédérick Rapilly
Critic Editions371 pages20 euros
Bande d'accroche noire en haut de la 4ème de couv :
" Cela pourrait être elle. Ou elle ! Ou encore elle !Son regard glisse d'une silhouette à une autre.La pulsion est là. La migraine aussi. Il doit se contrôler.Ce n'est ni le lieu, ni le moment. "
Résumé :
Quand des touristes découvrent le corps crucifié d'une jeune femme au coeur de la forêt de Brocéliande, les médias se déchaînent et l'affaire fait vite la Une de l'actualité.Alors que la police s'oriente vers un rituel satanique, Marc Torkan, ex-grand reporter, est chargé d'un contre-enquête par son ancien rédacteur en chef. Accompagné d'une photographe inexpérimentée, il comprend rapidement que la police fait fausse route : la veille du meurtre, la victime semble s'être rendue à une rave-party. L'enquête prend un tournant inattendu lorsqu'en Thaïlande, un deuxième cadavre est retrouvé en marge d'un évènement similaire.Pour le journaliste et sa coéquipière, la chasse au scoop se transforme en chasse à l'homme. Seuls, ils se lancent sur la piste d'un tueur en série, qui choisit ses proies dans le tumulte et la fièvre des nuits électro.
L'avis de Dup:
Je suis sortie de cette lecture sonnée, vidée, avec dans les oreilles encore et encore la musique qui résonne. Ahurissant ! Les descriptions de l'auteur sont tellement précises qu'on s'y croirait.Moi qui ne connaissais timidement que quelques morceaux de musique techno, mais vraiment quelques...juste de quoi mettre le pluriel :)) , lorsque je me suis plongée dans cette enquête, j'étais septique. Plus j'avançais et plus je l'étais dans le sens où quasiment toutes les références musicales : noms de morceaux, noms d'albums, noms de groupes et noms de DJ ne m’interpellaient pas. ( sauf David Guetta dont le nom ne m'était pas inconnu, mais sans plus...oops, pardonnez mon grand âge ! )Et pourtant Frédérick Rapilly a réussi le tour de force grâce à ses descriptions, dans lesquelles on sent toute la passion qu'il éprouve pour ce genre musical, à me faire aimer, à me donner envie d'assister à une rave-party ! Pouvoir vibrer aux sons électros, primaires, sauvages. Avoir le droit moi aussi de me lâcher complètement, juste pour le plaisir d'onduler frénétiquement au rythme de cette musique si bien décrite. J'avoue que je me suis connectée plus d'une fois sur le blog de l'auteur pour tester, goûter, apprivoiser.Je ne parle que de musique me direz vous ! C'est vrai, et pour cause, je suis subjuguée. Mais quand vous l'aurez lu, vous comprendrez !

Revenons maintenant sur l'autre aspect de ce roman : le thriller.La première partie du livre est assez lente, l'enquête de Marc et Katie piétine. Ils font chou blanc un peu partout, même s'ils ont une encolure d'avance sur la gendarmerie. Néanmoins cette partie permet de faire connaissance avec les personnages. En parallèle l'auteur aborde légèrement, par petite touche, l'enfance perturbée de celui dont on se doute qu'il est notre psychopathe. J'ai lu cette première partie de façon un peu dubitative : grand thriller annoncé... mouais. Pour moi c'était pas mal, sans plus. J'aimais bien parce que je me sentais bien avec les personnages, surtout Marc. Il a un passé chargé lui aussi, il a souffert, a voulu se couper de tout. Mais la fibre journalistique reprend le dessus, et c'est l'infernale marche en avant pour LE scoop. Le duo qu'il forme avec Katie, une photographe d'art à la base, qui se trouve embarquée dans ce fait-divers sans avoir eu le temps de dire ouf, est vraiment sympa. Elle a un fichu caractère, ne s'en laisse pas compter, j'aime!Puis vient la deuxième partie... quelle claque mes amis !!!On se fait embringuer par la construction des chapitres judicieusement emmêlés dans le temps, dans les lieux, passant d'un personnage à l'autre. Les paragraphes sont tronçonnés et présentés comme un script: lieu de l'action, date, heure. Le style devient de plus en plus percutant. L'intrigue s'intensifie, l'enquête nous embarque aux quatre coins de la planète, et le livre devient "inlâchable". C'est prodigieusement bon.La fin est quasiment décevante...si, si ! Mais, c'est sans compter sur l'esprit retors de Frédérick Rapilly : L'épilogue est ÉNORME !!!C'est une fois que j'ai refermé mon livre que j'ai compris le titre et l'impact qu'il a. A chaque fois que mes yeux se pose sur la couverture, sur le titre, j'ai un grand frisson qui me traverse.Je n'ai pas encore lu le Projet Bleiberg, je ne peux donc pas comparer, mais je tiens à dire aux Editions Critic et à Mr Rapilly, que des thrillers comme ça, j'en veux bien tous les jours ! J'ai beaucoup apprécié également le clin d'oeil à David Khara au milieu ... sympa ;) . Auteur à découvrir de toute urgence !!!



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines