Magazine Conso

Un Paris – Brest – Paris 2007 pour "une vie"

Par Alexandra

1 PBP août 2007 Catherine

(article 3, suivant articles 1 et 2)

Catherine raconte …

Ce PBP s'annonçait avant l'heure difficile, je souffrais d'une tendinite au genou gauche qui m'avait valu trois semaines de kiné. Et comme si cela ne suffisait pas, une grosse crève 8 jours avant le départ, soignée grâce aux antibiotiques, a fini d'installer le doute au départ

Paris / Mortagne

J'arrive à me glisser dans la deuxième vague des 21h50, les gars du club sont là, on roulera à 4 jusqu'à Mortagne. La pluie est déjà de la fête, c'est dur . Mais comme le tempo est bon, le départ pas trop brutal nous permet de faire notre première halte à Chateauneuf. Et c'est tant mieux, car j'avais promis au "bar des sports" - ouvert pour l’occasion - de m’y arrêter par solidarité. Après avoir offert le fanion de la Bretagne et bu un coup, nous reprenons la route, direction Mortagne. Il pleut des seaux d’eau et il fait froid, le moral tombe dans les chaussettes déjà détrempées et le goretex est sur mes épaules depuis le début …

Mortagne

Je quitte mes compagnons de route. Je sens qu’ils ont des fourmis dans les jambes, et la prudence me dit de ne pas tenter de les suivre…. Je doute sérieusement à cet arrêt "ravitaillement". L’envie de tout arrêter m’effleure sérieusement ! Mais je n’ai pas sacrifié autant de temps et d’énergie pour déjà jeter l’éponge ! Et je repars en serrant les dents, pensant à tous ceux qui me soutiennent, mes amis, ma famille. J’essaie en vain de trouver un groupe mais rien n’y fait. Je roule donc seule dans la nuit où la visibilité est rendue difficile par la pluie. Et j’arrive enfin au petit matin à Villaine la Juhel pour le premier contrôle.

Déjà des abandons sont signalés, d’autres sont en train de dormir, et ça ne présage rien de bon …

Je décide de manger correctement, soupe, pâtes, yaourt et coca, et me voilà repartie pour une journée sous la pluie qui n’en finit pas.

Villaine la Juhel / Fougères

Je n'ai toujours pas trouvé de groupe. Dur dur, je serre les dents et je tiens le rythme de 24 de moyenne sur le vélo, je me force à mouliner, je n'ai pas de douleur aux genoux, ni ailleurs d’ailleurs, mais je reste dans mon goretex avec les jambières. Je finis même par apprécier les cotes qui me permettent de me réchauffer !

Les cyclos sont répandus sur la chaussée. Très peu de groupes arrivent à se former. C’est chacun pour soi. Et Dieu pour tous, espérons-le !

Fougères / Tinténiac

La condition est bonne. Je n’ai pas de coup de pompe malgré la journée bien avancée. Tant mieux. Avec ce temps d'automne en plein mois d'août, la crève est revenue. Me voilà qui tousse, autant que je le peux en pédalant … Pas terrible, mais bon, j’ai trouvé quelques ‘foruman’ sur le Parcours, l’Admin, Zapilon, Nanard. Je n’ai pas de nouvelles des gars du club, mais je ne m’inquiète pas, ces diagonalistes sont des durs à cuir.

J’ai deux heures d’avance sur mon planning prévisionnel. C'est bien. Je maintiens le rythme malgré le mauvais temps. Je passe Tinténiac avec un bon moral. Et je m’enfile un steak frites ! hum ! c’était bon et chaud …..

Tinténiac / Louedac

Me voilà repartie. Je suis équipée pour la nuit. La fatigue arrive petit à petit. Je me parle, je me dis que le dodo de Louedac va être le bienvenu. Mais les conditions météo affolent tout le monde. C’est la cohue au contrôle. Il est 1 heure du mat, je me décide à appeler mon amie Laurence. Elle m’avait proposée de m’héberger, au cas où !

Et j’ai dit oui à la douche chaude, oui au bol de lait au miel, aux deux tartines et oui au lit ! Je ne repars qu'à 5h … pas osé demander à Laurence de se lever plus tôt ! Si je perds donc mon ‘crédit d’heure’, je ne le regrette pas, mon destin est en marche. Je serai où je dois être à l'heure où j'y serai.

Louedac / Carhaix

L’enfer, la pluie, le vent, et le parcours est si difficile sur ce tronçon. Mon moral est mis à rude épreuve, il est bien entamé. C’est la débandade autour de moi. Faut serrer les dents et les fesses, j’ai signé… j’assume ! Haut les cœurs ! et pose à Carhaix ! Il y a là un stand qui est tenu par deux femmes qui n’en peuvent plus déjà ! Je ne m’y attarde pas, je repars dès mon chocolat chaud avalé.

Carhaix / Brest

L’étape tient toutes ses promesses : longue, longue, longue. Je rencontre un autre diagonaliste, qui aura la gentillesse de me mettre dans sa roue pour me déposer sur le pont de Brest ! Merci l'Ami.

Brest

Je suis tellement fatiguée. Je ne me souviens même plus être passée au contrôle. Aïe aïe aïe, je repars. Je croise des cyclos, ils avancent dans l'autre sens. J'ai mal pour eux, quand je vois tout le chemin qui leur reste à parcourir avant de pointer à Brest.

Brest / Carhaix

Le retour sur Carhaix fait mal avec le vent, et c'est long, long, long... mais le moral est toujours là. Je maintiens un 21 de moyenne sur le vélo, faut pas craquer. Je mange dans un bistrot à côté, le resto est full up ! Et je repars pour la nuit.... dur dur

Carhaix / Louedac

J'arrive tant bien que mal à Loudéac. Je me précipite au dortoir. Terrible désillusion …

Vingt minutes de patience et je craque: le dortoir est inaccessible. Je me rabats, comme tant d'autres, sur le réfectoire ! et je tente de dormir sur une chaise. C'est en fait impossible à cause du brouhaha des râleurs qui ne trouvent plus de tables et de chaises pour manger (ben oui, elles étaient squattées par les fatigués !).

Louedac / Tinténiac

Je repars au lever du jour, il est 7h et il pleut encore et encore. Je n'en peux plus. Mon coeur déborde lui aussi d'eau, j'appelle la famille, le Pater, ma jumelle. Il leur faudra toute l'énergie du monde pour me faire repartir. Mon père prend même sa voiture et me promet d'être à Fougères. Cela m'aide d'avoir un objectif intermédiaire, et je repars en serrant les dents. Je peste quand même contre eux, "c'est vrai quoi, c'est pas eux qui ont la douche froide depuis 2 jours et 2 nuits".

Et tous ces sms de soutien, du frangin qui dit qu’une Crémers ne craque pas ..grrrrrrrrrrr. Lui aussi j’aurais voulu l’y voir !

En vérité, tout cela, ce sont des rayons de soleil, et sous la pluie, ça fait la différence, ça réchauffe et le moral et le cœur.

Tinténiac / Fougères

Je finis par retrouver ma jumelle à Tinteniac. Des pâtes chaudes et du chocolat me redonnent le tonus, et me revoilà filant vers mon Père à Fougères. Il est Fier mon Père au bord de la route, et il me redonne le courage. Et je lui dis : "Va à l'arrivée, va à Paris, j'y serai, sans crainte"

"Que nenni, non ma fille, je veux te voir passer à Villaine". Malin le Pater !

Et me voilà repartie ....

Fougères / Villaine la Juhel

Mais peu avant Gorron , un cyclo Italien a fait une grave chute de vélo. Impossible pour moi de continuer. Je m'arrête. Nous sommes deux à effectuer les premiers gestes de secours en attendant l'arrivée des pompiers et du samu..... Je pratique le bouche-à-bouche, l'autre cyclo fait le massage cardiaque. Et merde, tiens bon le Rital.

Je repars au bout d'1 heure 30. Mon moral, faut bien le dire, est un peu atteint. La nuit venue, j'ai peur, je ne vois rien avec cette pluie. Trop de choc. Sur les sages conseils du toubib, j'abandonne 40 km plus loin à Villaine.

Mais je n'abandonne pas une vie

Arrivée au contrôle, les médecins m'ont prise en charge. Ils me conseillent de dormir sur place, pour aviser au matin ma reprise ou non de la course. De toute façon, j'ai trop peur de rouler cette nuit. Les images de l'accident me reviennent sans cesse. Il faut que je sache. Je me renseigne. J'apprends qu'il s'appelle Giorgio et que le Samu l'a transporté entre la vie et la mort à l'hôpital. Je décide d'arrêter la course. Mon père est présent, Dieu soit loué. Il me ramène dès cette nuit à Paris.

Dans les semaines qui ont suivi, Catherine a rendu visite à ce gaillard italien de 2 mètres, pesant 110 kg, et pourtant immobile dans ce lit d'hôpital du CHU d'Angers. Il est resté dans le coma pendant des semaines. "Pronostic réservé", disaient les médecins. Autour de lui sa femme Olympia et ses deux enfants offrent quotidiennement une leçon de courage et d'horreur. Catherine garde le contact, et quotidiennement obtient des nouvelles ... jusqu'au sombre jour où Giorgio part définitivement.

"Voilà, y'a des circonstances dans la Vie qui marquent, ce PBP vivra en moi pour longtemps ! Comment exprimer la peine du décès de Giorgio ... les larmes ne devraient pas exister sur le Vélo ...... Merci à tous de votre soutien durant ce PBP, qui fut terrible, (30 %) d'abandon, du jamais vu sur cette épreuve".

Allez, Catherine, on te donne RV pour le PBP 2011 …

Le fantasme est la réalisation du désir dans l'inconscient, et le plaisir est la réalisation du désir dans le conscient. Réaliser son dépassement vaut plus que l'enjeu lui-même. Un Paris-Brest-Paris pour une Vie ….


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • J’aime Paris…

    … et son métro sans escalator ni ascenseur, avec une valise de 25 kilo au bout du bras, les gens qui râlent et qui soufflent derrière moi car je ne monte pas le... Lire la suite

    Par  Tsilia
    CULTURE, LIVRES, SÉRIES
  • Leonard paris

    Leonard paris

    Silky source ß www.leonardparis.comThis is for me one of the best ties maker ever...Silky smooth link > www.leonardparis.com Lire la suite

    Par  Saintphilippe
    CONSO, MODE
  • Las8 paris

    Las8 paris

    Source ✬ www.las8-paris.comLAS8 Paris (LA SUITE) ⦉⦊ Philippe A. + Fabien P. = Noble History Makers...Follow the line > www.las8-paris.com Lire la suite

    Par  Saintphilippe
    CONSO, MODE
  • Art paris

    Si l'on cherche une comparaison culinaire, la Fiac, en octobre, c'est de la cuisine moléculaire, et Art Paris, en ce moment, du chou farci. Lire la suite

    Par  Artgalerie
    CULTURE
  • Paris

    Paris

    Depuis quelques jours, vous pouvez retrouver mon travail à la boutique Véta, à Paris 11e, 19, rue Oberkampf.Du muguet pour le mois de mai, des primeurs... Lire la suite

    Par  Delphine Roche De Montgrand
    ACCESSOIRES , CONSO, CÔTÉ FEMMES, MODE, MODE FEMME
  • Seven Sons Records/Beko : Paris-Brest

    Seven Sons Records/Beko Paris-Brest

    L'infatigable label digital breton basé à Brest, Beko, a mijoté une compilation qui rassemble huit artistes ou groupes appartenant au label parisien Seven Sons... Lire la suite

    Par  Francky
    CULTURE, MUSIQUE
  • Minuit à Paris (Midnight in Paris)

    Minuit Paris (Midnight Paris)

    De : Woody Allen. Avec : Owen Wilson, Rachel McAdams, Marion Cotillard, Michael Sheen, Kathy Bates, Nina Arianda, Tom Hiddleston, Alison Pill, Corey Stoll,... Lire la suite

    Par  Cinephileamateur
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Alexandra 56 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines