Magazine Cinéma

Stag Night

Publié le 18 juin 2011 par Olivier Walmacq

stag_night

genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
année: 2009
durée: 1h25

l'histoire: Un groupe de jeunes se retrouve accidentellement coincé dans les couloirs d'une station abandonnée du métro new yorkais. Alors qu'ils cherchent une issue, ils assistent au meurtre sanglant d'un policier. 

la critique d'Alice In Oliver:

En vérité, le scénario de Stag Night n'a rien de nouveau puisque d'autres films d'horreur ont utilisé le métro comme décor principal.
Un lieu plutôt lugubre et austère, et relativement bien exploité par le cinéma horrifique. Par exemple, Mimic et Creep restent des séries B tout à fait honorables.
Toutefois, au-delà du fait que Stag Night se déroule également dans le métro, le film de Peter A. Dowling n'a pas grand chose à voir avec Creep et Mimic.

stag_night_01

Le principe est simple: des étudiants reviennent d'une soirée un peu trop arrosée et se paument dans les bas fonds du métro.
A partir de là, bienvenue en enfer ! Et clairement, Stag Night ne plaisante pas avec la marchandise. Le métro devient alors un labyrinthe sans fin et un univers composé d'êtres reclus et sanguinaires.
Très vite, nos héros sont pris en chasse par des guerriers cannibales.

Peter A. Dowling signe une série B horrifique plutôt surprenante, accumulant les séquences gores peu ragoûtantes, mais sans oublier de rajouter un climat d'effroi, d'angoisse et de tension.
Mission plutôt réussie dans l'ensemble. Stag Night a le mérite d'être assez rythmé, le suspense étant soutenu. Ensuite, le film a le mérite également de se concentrer sur ses personnages.
Au niveau du casting, on trouve beaucoup d'acteurs habitués à jouer les seconds rôles: Breckin Meyer, Vinessa Shaw et Scott Adkins font partie du programme.

stag_night_04

Et sincèrement, les acteurs s'en sortent avec les honneurs. Chaque mort est rendue atroce et déchirante (c'est le cas de le dire !).
Seul petit bémol, le film se passe souvent dans le noir (normal, nous sommes dans les bas fonds du métro), ce qui fait que l'on ne voit pas toujours les meurtres, la caméra de Dowling ayant tendance à rajouter quelques effets tapageurs.
Mais pour le reste, Stag Night reste une agréable surprise, particulièrement sanglante, qu'il conviendra de réserver à un public averti.

Note: 14/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines