Magazine Bébé

Apprentie bibliothécaire

Publié le 21 juin 2011 par Aileen
En début d'année scolaire, lors de la réunion de rentrée, l'institutrice de Clochette a demandé si un parent était disponible pour s'occuper du prêt de livre pour la classe… ben oui, l'année dernière c'était P. qui le faisait mais le contrat de P. n'a pas été renouvelé et P. n'a pas été remplacée non plus. Donc voilà, sans parent bénévole pas de "bibliothèque". Voyant la multitude de candidatures je me suis proposée alors que tout le monde, le cul vissé sur sa petite chaise, regardait ses pieds, la table, les dessins en marmonnant "pas le temps, je travaille"… une vraie salle de classe et ses travers. C'est à ça aussi que sert ma parenthèse enchantée, à m'impliquer dans la vie scolaire de mes enfants. Et si tenir le stand frites à la fête de l'école me gonflerait (j'ai déjà donné dans la frite en travaillant un an chez Quick), je me délectais déjà des mes rendez-vous hebdomadaires avec les moyens-grands.
Apprentie bibliothécaireLe mardi donc, de 11 à 12, j'emmenais la classe par petit groupe et j'enregistrais les retours et les emprunts. [Rien de bien méchant, le tout avec une douchette comme à la caisse - ce qui faisait dire aux enfants qu'ils payaient leur livre - et un logiciel développé sous Access. Je revois la directrice m'expliquer le fonctionnement, après je lui ai avoué que j'étais capable, dans des temps anciens où je travaillais, de créer une base assez complexe sur ce logiciel… bref]. Le plus complexe était de composer parfois avec les élèves et leurs humeurs ! Certains étaient faciles comme tout, sage, disant "amen" à tout ceux que je disais… certains, pas tous, loin de là ! J'ai eu L. qui n'a jamais compris le fonctionnement qui disait "tu me rends le livre que tu as lu à la maison et après tu vas en choisir un nouveau"… invariablement il venait me voir avec le nouveau livre, celui à rendre était jeté parmi les autres, fallait le retrouver pour enregistrer le retour, et encore fallait-il qu'il se souvienne de son livre pour le retrouver. Fallait même parfois qu'il comprenne ce que je disais… "L. est-ce que tu comprends ce que je te demande ou pas ?". Des grands moments de solitude pour nous deux ! J'ai eu E., arrivé en cours d'année, qui montait sur les tables et les chaises, frappait ses copains, marchait sur les livres… et pas seulement quand j'avais le dos tourné ! À côté de ça il faisait des câlins quand j'arrivais et repartais… déconcertant ! J'ai eu M., une petite fofolle un peu speed qu'il fallait recadrer dès le couloir : "on ne court pas, on ne crie pas". Tiens en y repensant j'ai eu la version masculine aussi, un M., qui se battait pour être le premier (et donc courait dans le couloir). Il s'est un peu calmé le jour où je lui ai dit d'aller en fin de queue sur le retour vu qu'à l'aller il avait couru comme un dératé. J'ai eu P., Marie-mêle-tout, qui avait tout lu (oui elle savait lire) et ne savait pas quoi prendre et du coup "tant pis j'en prends pas". Elle se mêlait de ce qui ne la regardait pas, elle jouait un peu à la maman avec les autres, tout le temps et c'était usant vu avec mes yeux de maman (mais ma Clochette l'aime bien parce que c'est elle qui l'aide bien souvent à se rhabiller ou à boutonner, déboutonner son manteau). J'ai eu tout ceux qui m'ont raconté leurs vacances au ski, à la mer, en Thaïlande, chez Papy-Mamie et toutes leurs petites histoires et aussi leurs petits bobos ; ceux qui n'avaient pas eu le temps de lire le livre, ceux qui avaient des parents qui n'avaient pas pris le temps de lire l'histoire à leurs enfants "ma maman elle a pas le temps, quand je lui demande elle souffle !" ; ceux qui ne rendait leur livre qu'une fois tout les mois, donc en attendant pas de retour pas d'emprunt, c'était la règle ; ceux qui se battait pour me donner la main dans le couloir ; ceux qui me faisaient des compliments sur ma tenue ou me disaient tout simplement "t'es belle"…
Je me suis bien amusée pendant cette année scolaire, je suis contente d'avoir été dispo pour les enfants, d'avoir ce petit orteil dans l'école… Alors pour la fête d'école je sors mon joker, je veux bien faire un gâteau mais pour le stand frites je passe mon tour !
Et toi, tu t'impliques dans la vie scolaire de tes enfants ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aileen 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte