Magazine Culture

Sebadoh – Bakesale (Réédition)

Publié le 22 juin 2011 par Hartzine

Sebadoh – Bakesale (Réédition)Un môme d’à peine deux ans aux cuissots légèrement potelés, planté au milieu d’une salle de bain carrelée et contemplant le fond des chiottes ; Bakesale, album datant de 1994, s’offre une nouvelle jeunesse et revient pour nous rappeler l’exploit pop que les Américains de Sebadoh avaient alors accompli.

La nostalgie des années 90 gagne les esprits depuis quelques années déjà. On se les rappelle avec un sourire niais, notre propre enfance devenant une part de l’histoire. (Le coup de vieux est même plutôt rude lorsque l’on constate que le nom de François Mitterand rend les gamins d’aujourd’hui perplexe : « C’est qui celui-là ? ») Nous sommes donc à l’orée des années 90, nombre de jeunes se blindent les oreilles du souffle ravageur d’Eddie Vedder, du hip-hop d’Infamous Date Rape interprété par A Tribe Called Quest ou encore des premiers rugissements entonnés par la Britannique PJ Harvey. Cantona est en passe de devenir le king des footeux anglais et les préados ne vont plus tarder à dériver honteusement du côté des boys bands. Nous sommes à une époque que certains appellent la fin de l’histoire. Mais sur fond de crise, beaucoup se cherchent. D’inspiration, la jeunesse en est riche. Riche également de désillusions et de craintes. Reagan et Tatcher sont passés par là. En quelque sorte, le terreau idéal à l’émergence de scènes alternatives exaltées et un poil énervées. Sur les terres étasuniennes, le rock indé prolifère, le son lo-fi s’affirme, les saturations et les voix rock scabreuses incarnent toute une génération qui prend foutrement son pied sur des bandes-son qui circulent à la fois sur le réseau MTV et surtout sur le réseau underground.

Aux côtés de Pavement, Guided By Voices et de plein d’autres, Sebadoh navigue sur des voies peu en vue des radars médiatiques. La scission du groupe Dinosaur Jr ayant opéré en 1989, Lou Barlow peut désormais entièrement se consacrer à son projet jusqu’alors resté secondaire. Transgressions de la chose musicale, les LP Sebadoh III et Bubble and Scrape innovent et expérimentent des sonorités rock mal ajustées, crados et incisives. L’album Bakesale, sorti originellement en 1994, marque, quant à lui, une évolution. Le trio légèrement remanié prend une direction plus pop et plus cadrée. Les compositions proposées par Lou et également par son compère Jason Lowenstein s’accordent et s’harmonisent de mieux en mieux. Entre fraîcheur mélodique et tension bouillonnante, une ligne plus homogène que précédemment se poursuit sur les 15 titres. Quant aux dissonances lo-fi, elles gardent leur place mais sont davantage régulées.

Le label Sub Pop nous donne aujourd’hui l’occasion de réécouter ces fameux titres sous une version remasterisée. Troisième réédition pour la bande originaire du Massachussets, le filon est désormais connu et sera agrémenté d’une série de concerts européens cet été. Entre Licence To Confuse et Drama Mine, les riffs s’enchaînent, les guitares s’énervent, les mélodies captivent. On retiendra la rage juvénile de Lowenstein sur Not Too Amused et la splendeur pop de Barlow sur Skull. Sur un second disque sont également écoutables 25 titres bonus datant de la même période. Tous n’ont pas le même intérêt. Vous accrocherez ou pas avec les versions acoustiques de Magnet’s Coil ou de Rebound. Personnellement, j’attribuerais une mention toute spéciale à la ballade électrifiée sobrement intitulée 40203 et à Punching Myself in the Face Repeatedly, Publicly. Dans l’attente de leur concert français de la Route du Rock, nous vous conseillons de découvrir ces morceaux qui n’avaient pas eu droit au feu des projecteurs, restés jusqu’alors cachés dans de douillettes faces B de singles et d’Ep.

Vidéo

Tracklist

Sebadoh – Bakesale (Sub Pop, 2011)

Disque 1

1. Licence To Confuse

2. Careful

3. Magnet’s Coil

4. Not A Friend

5. Not Too Amused

6. Dreams

7. Skull

8. Got It

9. S. Soup

10. Give Up

11. Rebound

12. Mystery Man

13. Temptation Tide

14. Drama Mine

15. Together Or Alone

Disque 2

1. MOR Backlash

2. Not A Friend

3. Foreground

4. 40203

5. Mystery Man

6. Drumstick Jumble

7. Lime Kiln

8. Fancy-ass / Destitute

9. Perfect Way

10. Give The Drummer Some

11. Cementville

12. Social Medicine

13. On Fire – acoustique

14. Magnet’s Coil – acoustique

15. Rebound – acoustique

16. Punching Myself in the Face Repeatedly, Publicly

17. Sing Something / Plate Of Hatred

18. III Screams – wet synth mix

19. Monsoon

20. Rainbow Farm

21. Hank Williams

22. Careful – bonus version

23. Dramamine – bonus version

24. Not Too Amused – bonus version

25. S. Soup – bonus version


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 81861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines