Magazine Concerts & Festivals

TINDERSTICKS - BO des films de CLAIRE DENIS au Palais des Beaux-Arts / Salle Henry Le Bœuf à Bruxelles, le 23 juin 2011

Publié le 23 juin 2011 par Concerts-Review

L'avantage lorsqu'on arrive un peu à l'avance au Palais des Beaux-Arts c'est qu'on a le temps de siroter tranquillement un petit vin blanc bien frais au bar avant le spectacle.

edit_preview.php.jpg

Ce soir, c'est à un évènement exceptionnel que nous sommes conviés dans le cadre de la 9e édition du Brussels Film Festival : un ciné concert des Tindersticks qui interprètent des extraits des B.O. écrites depuis plus de 15 ans pour la cinéaste française Claire Denis. Un coffret reprenant l'intégrale des 6 B.O. est sorti pour la circonstance en cd et vinyle via le label Constellation. Un must pour tout fan du groupe de Nottingham qui se respecte et pour tout amateur de cinéma.
La salle Henri Le Boeuf se remplit doucement mais est loin d'afficher complet. Il reste quelques places libres au parterre et les balcons 2 et 3 sont déserts.
Il est 20h35 lorsque les lumières de la salle se tamisent et que le band monte sur scène dans la pénombre.

edit_preview.php-copie-1.jpg
Derrière lui un écran de cinéma sur lequel la projection commence.
Le montage tisse un dialogue étrange entre les images et la musique live. Les extraits choisis incluent les dialogues originaux et dégagent violence, passion et sensualité.
Le fil rouge est incontestablement la vie, l'amour et la mort. Entre les séquences on peut percevoir de temps à autre un one ,two, three, four.. presque chuchoté par un  Stuart Staples discret maître de cérémonie lançant le démarrage d'un nouveau thème.
Le band se fait discret, seules la musique et les images sont mises en valeur.
Comme toujours au Palais des Beaux- Arts le son est excellent et on est envoûté par cette musique sensuelle, sorte de soul anesthésiante où les cuivres et les cordes se mêlent avec bonheur aux gammes d'un piano ou aux accords déchirés d'une guitare.
Et puis il y a la voix de Stuart, impériale, crooner mélancolique toujours à la limite de la rupture. Magnifique.
A l'écran, Isabelle Huppert s'agrippe à un car roulant sur une piste africaine (White Material), Béatrice Dalle terrifiante et inquiétante nous fait frémir (Trouble Every Day, ), des regards, des corps, du sang, des images trash...
Toutes ces BO sont liées entre elles par un fil conducteur qui est la marque du groupe.
Un style!

edit_preview.php-copie-3.jpg

Après 1h20 de performance, Stuart s'adresse au public et remercie Claire Denis présente dans les premiers rangs avant de nous offrir 2 derniers titres superbes dont l'époustouflant "Tiny Tears".
"Thank you for coming and thank you Claire for the inspiration..."Quelques discrets petits saluts sous les acclamations du public et le groupe quitte la scène.

edit_preview.php-copie-2.jpg

Pas de rappel, c'est normal, quand un générique de fin apparaît sur l'écran on ne rajoute pas une séquence supplémentaire au film qui vient de se terminer.
Quelques instants plus tard le public quitte la salle apaisé, heureux d'avoir vécu un grand moment d'émotion.
Il est 22h05.

JPROCK


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34037 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte