Magazine Cinéma

"Map of the Sounds of Tokyo" ( "Carte des sons de Tokyo" ) / DVD Eté 2011

Par Vierasouto

Comme j'ai développé ma rubrique CinéTVSéries et que j'aimerais bien reprendre plus amplement le suivi de mes films cultes et classiques, je vais désormais reprendre le principe de la minicritic pour les DVD de films qui sont sortis en salle il y a peu de temps comme "Cartes des sons de Tokyo" qui date de 2009. En revanche, des DVD de films noirs rares comme "Solo pour une blonde" seront au régime de la maxicritic/normalcritic...


Pitch.
A Tokyo, un puissant homme d'affaires dont la fille s'est suicidée engage une tueuse à gages pour liquider l'ancien amant de la jeune fille qu'il tient pour responsable de sa mort.


  

J'avais déjà vu ce film lors de sa sélection au 62° festival de Cannes et je n'ai pas eu d'impression différente en le revoyant : on est dans l'objectif unique esthétique, basta. L'histoire, peu crédible, donne une trame molle à ce récit flou : un homme d'affaires, Mr Nagara, en train de déjeuner dans un restaurant, où l'on mange des sushis sur le corps nu de ravissantes jeunes femmes, hurle soudain au téléphone ; bien entendu, le film coupe le son, on voit ce hurlement mais on ne l'entend pas, ça donne le ton du parti pris anti-simplicité du film avec la voix off, les ralentis, les plans flous, les silences, la musique en contre-emploi, tout le petit barda auteuriste, etc... En fait, la fille de Mr Nagara s'est suicidée. Engageant, Ryu, une tueuse à gages à temps partiel (elle travaille au marché aux poissons la nuit), pour liquider l'amant de sa fille qu'il tient responsable de son suicide, cette dernière va rencontrer l'homme en question : toujours ok pour jouer les "étalons de service", on a misé sur Sergi Lopez, abonné à ce genre de rôle d'amant torride, pour donner la réplique à Rinko Kikuchi ("Babel"), si j'ose dire, une relation sexuelle compliquée se tisse alors entre Kyu et le caviste. Car Sergi Lopez interprète un caviste français à Tokyo qui sait lire le désir de quel vin choisir chez ses clients. Pas plus film noir que thriller, quoique s'en réclamant (DP), c'est un film à visée sensorielle et auteuriste mais pas loin d'être chichiteux, cherchant un prétexte pour filmer une ville aimée, Tokyo, et c'est le seul point intéressant du film, la ville.
DVD Bodega. Sortie 15 juin 2011.
Bonus : "Journal du tournage" (33') et scènes coupées (4')

Note CinéManiaC :
Notez aussi ce film !


Mots-clés : CinéDVD, cinéactuel, cinéma espagnol,


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines