Magazine Culture

Album review : beyonce – 4

Publié le 02 juillet 2011 par Kayrhythm


ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

Beyoncé Giselle Knowles, plus communément appelée par son seul prénom Beyoncé, sort cette semaine son nouvel album intitulé “4″. En plus de marquer le quatrième album de la chanteuse, ce titre met en valeur un chiffre porte-bonheur pour Beyoncé, marquant la date de son anniversaire, ainsi que l’anniversaire de son mari Jay-Z, celui de sa mère mais également la date de son mariage. Un chiffre symbolique que Beyoncé a décidé de choisir pour intituler cette nouvelle ère, visiblement très personnelle pour la diva, après que ses fans aient fait référence à l’album à maintes reprises sous le nom “Round IV”. Après plus de 13 ans de carrière et plus de 75 millions de disques vendus dans le monde en solo (et 50 millions de disques vendus avec son groupe les Destiny’s Child), Beyoncé semble être arrivée à un tournant dans sa carrière. Avec une concurrence extrêmement rude de la nouvelle génération de chanteuses Pop telles Lady Gaga, Rihanna et Katy Perry, la réponse de Beyoncé était très attendue.

Cependant, il semble que la tigresse blonde ait décidé de jouer selon ses propres règles pour cette nouvelle ère. Elle s’est entourée de collaborateurs connus tels Tricky Stewart et The Dream, Babyface, Ryan Tedder, Dianne Warren et Kanye West, mais elle a également travaillé avec des producteurs et paroliers moins connus tels Shea Taylor, Jeff Bhasker, Frank Ocean et le duo composant Major Lazer, Diplo et Switch. Je vous propose donc, à l’aide de mes collaborateurs Moe et Ralph, une review croisée de cet album dont les premiers chiffres de vente sont attendus avec une impatience et une curiosité palpables. Check it out :

1+1

Kay : Etrange choix de titre pour ouvrir l’album. Cette ballade puissante aux lourdes influences Princières valse entre le ridicule de certaines lignes (“I don’t know much about algebra, but I know 1+1 =2″) et l’excellence vocale de Beyoncé, qui en fait tout de même parfois un peu trop. Les décrochés à la fin de chaque phrase confèrent une certaine personnalité à la chanson, qui propose une atmosphère à la fois intense et dépouillée. Cependant, il manque, à mon sens, d’un vrai refrain reconnaissable, car celui choisi dans ce titre se laisse cannibaliser par les couplets, donnant ainsi une impression d’une improvisation live sans véritable structure. La version live de ce titre lui donne toute sa dimension.
Note: 7,5/10

Moe : C’est la première fois depuis 1997 que je suis surpris par le grain de voix de Beyoncé qui est devenu plus granuleux et rauque. Douce dans le rythme, agressive dans la voix, et puissante dans les paroles, la chanson se termine par un excellent solo de guitare continuant la voix de Beyoncé. Mais cette chanson, que l’on devrait plutôt retrouver en fin d’album, pêche par la monotonie de la mélodie et l’aspect un peu trop larmoyant, presque faux, de l’ensemble.
Note : 7/10

Ralph : Cette chanson commence avec des notes sur lesquelles on peut facilement chanter les deux premières phrases de ‘I will always love you’ (Essayez -> Vous verrez!). Très jolie ballade (inspirée sans doute de Prince), avec des paroles qui, pour certains, sont bien recherchées et pour d’autres, sont tout simplement NULLES…Cf les commentaires d’un blogueur : «♪ I don’t know much about guns, but I’ve been shot by you ♪ Really!? I don’t know much about writing songs, but I know the lyrics to this song are garbage.”MDR. Peu importe, c’est la voix de Bey qui fait toute la chanson pour moi! Une merveille.
Note : 8.5/10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

I CARE

Kay : C’est selon moi le titre qui aurait dû ouvrir l’album. L’on est frappé d’emblée par la puissance du beat et des 808 proportionnels à l’agressivité et la mélancolie de la prestation vocale de Beyoncé. L’on la sent comme à bout de souffle, un cri de désespoir, une passion difficilement contrôlable. Les paroles sont superbes, et le concept de la position de faiblesse exposée dans les couplets alternant avec la prise de pouvoir de Beyoncé dans les refrains donnent au titre une saveur unique. Le bridge est fantastique, et la superposition des vocalises de Beyoncé sur le solo de guitare électrique est la cerise sur le gâteau, avec ces aigus jouissifs. Un titre qu’il me tarde d’apprécier en live.
Note: 8,5/10

Moe : Le début cristallin est digne des sonorités rock des live des Pink Floyd. Soutenu par un rythme cadencé et fier, la mélodie chantée par Bee, enrichie par d’excellents d’arrangements musicaux (instruments en mode live), sont efficaces pour appuyer le coté rock de cette musique. Si les refrains catchy peuvent plaire à une audience Pop, le style musical global peut dérouter les fans historiques de Beyoncé par ses guitares. Je trouve pour ma part le style intéressant et la mélodie variée et forte.
Note : 8/10

Ralph : Une chanson soul/pop-rock pour vous servir ! Ce silence dans l’introduction est juste divin ! Encore une fois Bey nous prouve que vocalement, rien ne l’arrête, même quand il faut suivre les notes d’une guitare électrique. Pas mal, mais pas non plus ma préférée.
Note : 8/10

I MISS YOU

Kay : Je me demandais si Beyoncé aurait été capable de reproduire ou d’égaler l’atmosphère extrêmement mélancolique de son titre “Disappear” sur son album “I Am… Sasha Fierce”. Et quelle ne fut pas ma surprise à l’écoute de cette chanson, dans laquelle l’on sent la touche très personnelle de Frank Ocean. Le résultat est tout simplement magique, notamment grâce à un beat futuriste et aérien, et d’excellents arrangements vocaux qui mêlent tendresse et puissance d’une manière assez déconcertante. Les paroles sont simples, accessibles et touchantes, et permettent d’apprécier une Beyoncé visiblement plus en phase avec ses émotions. Rien n’est forcé ici, et c’est cette touche d’authenticité qui longtemps fait défaut à Beyoncé dans ses prestations vocales. Indéniablement mon titre préféré de cet album.
Note: 9/10

Moe : Aérien et tout en subtilité dès le début, le chant de Beyoncé prend une dimension supplémentaire avec cette seconde voix plus appuyée et agressive deux octaves plus haut. C’est l’originalité principale de cette musique qu’on regrette toujours d’entendre finir aussi tôt. Contournant les clichés des balades mielleuses, Beyoncé signe une excellente chanson ou transparait une relative sensibilité à la « Sade ». Je trouve néanmoins regrettable qu’il faille utiliser ces artifices de double voix pour montrer la vulnérabilité d une artiste.
Note :  7,5/10

Ralph : Alors là, ça doit être l’une des meilleures ballades de toute la carrière de Beyoncé. Cette introduction avec le chuchotement masculin est juste sublime, le petit détail qui fait tout pour moi. Excellemment bien chantée, sans grand effort, Beyoncé tient là une perle. C’est l’une de mes chansons préférées de l’album, je l’écoute en boucle. Single potentiel !
Note : 10/10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

BEST THING I NEVER HAD

Ralph : Une chanson très facile pour Bey. On y a ressent légèrement un petit côté « Irreplaceable ». Très belle chanson qui manque juste quelque chose de très catchy pour avoir l’attention des gens, mais elle a malgré tout un très fort potentiel commercial. J’aime beaucoup.
Note :  8,5/10

Kay : Je ne sais toujours pas quoi penser de cette chanson. L’on sent beaucoup trop la volonté de créer un “Irreplaceable” Part 2, et je trouve la chanson assez fade. Ce titre est pour moi l’allégorie des impératifs commerciaux de Beyoncé, un titre sans substance destiné à être un tube sans lendemain. Pourtant, il n’y a rien de particulièrement mauvais dans cette chanson. L’accompagnement au piano, que l’on dirait tout droit sorti de “A Thousand Miles” de Vanessa Carlton, est tout ce qu’il y a de plus catchy, et les basses ultra puissantes donnent au titre une légère crédibilité pop urbaine. J’aime beaucoup le premier couplet, mais malheureusement la chanson reste très inégale avec un refrain plutôt banal et un brige aussi agréable que prévisible.
Note: 7 /10

Moe : Popish à vomir, le titre reste néanmoins très efficace et très catchy. Bien chanté, il pêche malheureusement par une production vocale pop rock classique très pauvre en harmonies (voix enveloppantes attendues au refrain). Et même sil est indéniable que Bee parcourt cette chanson aisément, le plus cruel c’est que n’importe qui (Rihanna notamment) aurait pu avoir cette chanson dans son album.
Note :  6,5/10.

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

PARTY feat. ANDRE 3000

Kay : Une chanson old school qui a su ravir les amateurs de R&B des années 90, notamment grâce à ces arrangements vocaux dignes des SWV. Une voix aérienne, une production vocale absolument irréprochable, un beat estival, un thème léger et décontracté : tous les ingrédients indispensables pour un bon barbecue entre amis au bord de la piscine à profiter du soleil et de ses amis, un verre à la main. Le seul invité de l’album, Andre 3000, fait une apparition remarquée, et j’aurais difficilement imaginé un meilleur choix pour une saveur rap sur ce titre. J’espère qu’un clip sera rapidement tourné pour ce titre, et que la chansons sera envoyée aux radios urbaines dès le mois prochain.
Note: 8,5/10

Moe : Tous les ingrédients de cette musique nous font revenir aux années de notre adolescence. Si sa place dans l’album est cohérente et que les arrangements vocaux sont agréables, l’intérêt du titre est réduit de part la direction musicale simple classique et throwback des early 90′s sans aucun élément nouveau apporté. Beyoncé déçoit ainsi par le manque d’innovation qu’elle a promise.
Note :  6/10

Ralph : My God! …. Je ne saurais vous expliquer l’effet que cette chanson me fait à chaque fois que je l’écoute. Elle le dit elle-même : «I can’t explain the way I feel»… Ce style des début 90 rappelle mélodiquement ‘For Your Love’ de Steevie Wonder. Le rap de André 3000 est excellent comme d’habitude et Bey est simple mais efficace là-dessus. La basse tient la chanson comme il faut…De très loin ma chanson préférée de l’album.
Note : 10 /10

RATHER DIE YOUNG

Moe : Et si on faisait du Alicia Keys mais sans Alicia Keys ? Du soul sans âme ? Une prestation vocale inhabitée ? Car le choix d’arrangements vocaux parfois trop violents et chargés, se révèle inexpressif pour une chanson portée sur le désespoir. Trop de pathos artificiel dans cette musique éclipsant le petit soupçon d’espoir décelé du bridge où la lancée rauque et marquée traduit a juste titre sa colère. Malgré son coté catchy, le titre reste assez insipide.
Note :  4/10

Kay : Ce titre ne semble vraiment pas faire l’unanimité, et pourtant c’est tout à fait le style dans lequel je parviens le plus à apprécier Beyoncé. Le contraste entre la douceur et le côté suave des couplets, et la puissance des refrains est délectable. Une saveur old school qui complimente la prestation vocale de Beyoncé, qui était née pour chanter ce type de chansons. Le bridge est tout simplement magnifique, ponctué par ces aigus divins. Encore un autre titre que j’ai hâte de voir Beyoncé sublimer en live.
Note : 8/10

Ralph : Une belle chanson, mais pas la plus intéressante de l’album. Elle sera très vite oublié dans 2 ans. L’une des chansons que je zappe.
Note : 6 /10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

START OVER

Kay : Cette chanson me pose problème car elle a tous les éléments nécessaires pour que je puisse l’adorer… hormis les excès dans la prestation vocale de Beyoncé pour les refrains. Elle crie beaucoup trop sur les “Over”, et cela a tendance à me refroidir. Je me sens un peu asphyxié par tous ces cris, et au lieu de partager sa peine, j’ai simplement envie de la faire taire. J’aurais adoré voir une prestation acoustique tout en douceur de cette chanson afin de pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Les couplets sont, quant à eux, très plaisants, et le bridge est sans aucun doute le meilleur moment de la chanson, un peu comme un oasis en plein désert aride. Un énorme potentiel plutôt mal exploité à mon sens.
Note : 7,5/10

Moe : La manière de chanter de Beyoncé allongeant ses fins de phrases, allongeant sa peine, allongeant la mienne dans cette douleur de l’amour perdu, l’amour à refaire, me touche profondément. Il y a une nonchalance que j’apprécie dans la production musicale par la légèreté de la mélodie qui nous berce dès le début. Beyoncé pleure vraiment dans ces décrochés de fin de phrases et se laisse aller dans un bridge léger et fragile. La chanson me parle car elle est équilibrée, sans pathos excessif ciblant les émotions en toute justesse.
Note :  8/10.

Ralph : Il faut avouer que le refrain est très catchy quand même. Certains aimeront, d’autres pas et diront même qu’elle ‘gueule’ trop. C’est plutôt le goût de chacun qui décidera. Vocalement je dis un grand OUI!
Note : 8 /10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

LOVE ON TOP

Ralph : … *ferme les yeux , sourit et bouge la tête* Un style rétro à la SWV, Mariah Carey des années 90. Chanté à la manière de Michael Jackson (dans les Jacskon 5), catchy as hell, Beyoncé tient là un tube monumental! Ces changements de tonalités à la fin, my God ! Stevie Wonder avait fait pareil dans ‘For Your Love’ mais n’avait fait que 2 changements ; ici, on en 4 s’il vous plaît! Ma 2e chanson préférée de l’album.
Note :  10/10

Kay : Cette chanson est l’une des plus belles surprises de l’album. L’on y décèle de grandes influences funk des 70′s pour une chanson très inspirée des Jackson 5 tant dans l’instrumentation que dans la production vocale. L’on y décèle également de fortes influences d’une Whitney Houston ou d’une Mariah Carey à leurs débuts, notamment dans les prouesses vocales des derniers refrains de la chanson, qui voit Beyoncé changer quatre fois d’affilée de tonalités, montrant ainsi l’étendue de sa gamme et la maitrise qu’elle a de son instrument. Impressionnant. Cette chanson doit absolument être un single à un moment donné.
Note :  8,5/10

Moe : Beyoncé adopte un style des early 90′s avec une diction empruntée aux Jackson 5. Un titre très solide dont l’originalité tient a la montée en charge du refrain qui change de ton 4 fois. Une réelle performance vocale car l’exercice n’est pas naturel : il est en effet plus facile de descendre des tons ou de monter en octave. Très plaisante et enjouée, la chanson pêche par sa production musicale simpliste et sans originalité.
Note :  7/10.

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

COUNTDOWN

Ralph : On reconnaît tous le style de Bey à travers cette chanson. Avant je n’aimais pas du tout, mais maintenant c’est une autre histoire. Le seul bémol c’est ce sample des Boyz II Men qui n’est pas forcément sur la même tonalité que la chanson. Çachoque, car la transition n’est pas bien faite. Mais je dois avouer que entre ‘Diva’, ‘Video Phone’ ou ‘Ring The Alarm’, ‘Countdown’ est DE LOIN la meilleure de toute. Pourquoi ? Tout simplement parce que les couplets/refrain sont en en tonalité avec la musique derrière et avec du “swag” en plus. J’aime beaucoup, et ce serait un bon single urbain!
Note : 8,5/10

Moe : Samplant les Boyz II Men et gardant cette couleur 90′s à travers les cuivres, le titre Hip Hop est très surprenant par son changement de phrasé et de rythmique. Enveloppé à des moments par une sphère électro, il prend de l’épaisseur pendant les bridges et se retrouve léger dans le countdown. Si on peut féliciter cette prise de risque, le titre, au fur et à mesure des écoutes, perd en substance et dégage un léger gout d’inachevé. Si au début, il éblouit par son originalité, il apparait désormais un peu décousu et pas suffisamment ficelé.
Note :  7,5/10

Kay : Beyoncé a déclaré s’être sentie comme un savant fou lors de la création de ce titre, et que cette chanson donnait l’impression d’avoir 6 titres en un. Des déclarations qui se révèlent plutôt justes, avec ce beat polymorphe offrant tantôt des influences caribéennes, tantôt des influences Dirty South avec des sonorités electro, et que Beyoncé domine sans trop de difficultés, passant d’un genre à un autre avec une aisance particulièrement rare dans l’industrie actuelle. La chanson est un peu déconcertante de prime abord ; l’on a du mal à comprendre ce qui se passe. Une fois l’impression de surcharge dépassée, l’on peut totalement apprécier ce titre qui se révèle un peu comme un hommage à l’ère Destiny’s Child. Je suis encore indécis concernant l’utilisation du sample des Boyz II Men dans cette chanson, mais je salue tout de même l’audace générale de la chanson, qui représente la seule chose que les fans de la Beyoncé urbaine et ghetto auront à se mettre sous la dent avec cet album.
Note : 7,5/10

END OF TIME

Kay : Après avoir écouté l’album dans son intégralité, il est difficile de comprendre ce qui a poussé Beyoncé à ne pas choisir ce titre comme premier single. Une vibe épique se dégage de cette chanson, notamment grâce à l’introduction militaro- hindi aussi intrigante que jouissive, et au beat chargé en percussions et aux fortes influences caribéennes. Ce titre pourrait aisément devenir un hymne carnavalesque dans la Caraïbe. Beyoncé a dit s’être très largement inspirée de l’oeuvre de Fela Kuti pour ce titre, et l’on peut également déceler des influences d’un certain Lionel Richie dans le bridge. S’il y avait un titre qui correspondait aux déclarations de Beyoncé sur la création d’un nouveau genre musical pour cet album, ce serait ce titre, qui est un véritable mélange de cultures mené d’une main de maître par Switch et Diplo.  A noter évidemment la superbe prestation vocale de Beyoncé, avec notamment un petit retour à son phrasé mi-rap mi-chant accéléré qui avait propulsé les Destiny’s Child à leurs débuts. Pourquoi ce titre n’est-il pas déjà AU MOINS le deuxième single?
Note :  9/10

Moe : Signé par Switch et Diplo avec une introduction futuriste exceptionnelle, “End Of Time” est le chef d’œuvre de l’album. Le travail de la voix est riche, plein de vocalises, mélangeant flow rapé au second verse et voix cadencée au bridge. Avec une production musicale ancrée dans une basse lourde et une caisse tribale, enrichie de cuivres et de scintillement électro, le titre a le potentiel d’être, selon moi, le meilleur titre de la carrière de Beyoncé.
Note :  10/10.

Ralph : La chanson qui aurait du être le 1er single. Cette chanson a tout pour elle. Originale, riche musicalement, une basse incroyable, un style afrcain que j’aime énormément ! Tube monumental ! A sortir absolument pour sauver l’album.
Note : 10 /10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

I WAS HERE

Kay : J’avais, malgré moi, de grandes attentes pour ce titre que l’iconique parolière Dianne Warren avait particulièrement encensé. Il faut dire qu’avec Ryan Tedder à la production et Dianne Warren (“Unbreak My Heart”) à l’écriture, l’on avait de quoi s’imaginer monts et merveilles, une sorte de “Halo” puissance 10, un titre qui marquerait un tournant dans la carrière de Beyoncé. Malheureusement, il n’en est rien. Ne vous méprenez pas, il s’agit d’un titre réussi. J’aime les paroles, et il est très intéressant de voir Beyoncé parler d’un sujet plus profond que d’habitude, autre que les éternels “je t’aime, moi non plus” ou ce fameux féminisme exacerbé. La prestation vocale de Bey est également irréprochable, notamment vers la fin quand la chanson gagne en puissance. Cependant, ce titre ne me touche pas. Je l’apprécie, mais il ne me transcende pas. Peut-être me faudrait-il le voir en live pour l’apprécier? Peut-être l’aurais-je plus apprécié sans savoir qui l’avait écrit et composé? Quoi qu’il en soit, c’est tout de même une déception, déception relative car le titre est loin d’être mauvais.
Note:  7/10

Moe : Le fond de cithares légèrement grattées est un habit subtil et léger de cette balade classique. Les violons et violoncelles donnent la couleur dramatique de la musique, appuyés par des paroles simples et efficaces. Je note que la première partie chantée tout en douceur est absolument parfaite jusqu’au passage au refrain deux tons plus haut. A partir de ce moment là (02:01), l’émotion qui nous a envahi à la première écoute se dissipe, fait place a l’ennui et se perd dans le chant légèrement mielleux. Vers la fin, Beyoncé tombe dans le cliché et nous énerve par des effets vocaux différents à chaque syllabe. Le tout reste quand même bien ficelé.
Note : 7,5 /10

Ralph : Cette chanson, pour moi, résume tout ce qu’a toujours voulu Beyoncé : “être une légende”. Très bien écrite et parfaite mélodie. Elle prend tellement par les tripes que l’on a l’impression qu’elle va mourir… Le seul bémol pour moi est sa position sur l’album!
Note :  8,5 /10

RUN THE WORLD (GIRLS)

Moe : Même s’il s’intègre assez mal dans l’album, ce titre est juste ce dont je rêvais secrètement depuis que je connais M.I.A et les producteurs Switch et Diplo. Violent, saccadé par le beat tribal africain, sur lequel vient se broder le loop electro, Beyoncé rappe comme une vrai diva. S’il alterne radicalement parties uptempo et pré-refrains sensuels, il manque cependant de nuances sur la production, les montées en puissance ne transparaissant que dans les prestations live.  Objectivement on pourrait à juste titre reprocher à Beyoncé d’utiliser facilement un sample sans modification notoire,  malgré tout, « Run the world » reste un titre dont je salue la prise de risque particulièrement représentée par cette magnifique intro dubstep sombre et prenante.
Note : 8,5 /10.

Kay : Quand j’ai appris que Beyoncé reprendrait un sample de “Pon Di Floor” de Major Lazer pour son premier single, je n’ai pas voulu y croire. Je ne la pensais pas capable d’autant d’audace et j’ai été agréablement surpris. Le titre est assez déroutant de prime abord, pour bien des raisons, mais j’ai tout de suite été séduit par sa puissance, en dépit de tous ses défauts (notamment une surcharge vocale dans les couplets déstructurés). Quand tout le monde se plaignait d’un tel choix comme premier single, j’allais à contre-courant et saluais la prise de risque. Mais force est de constater que cette chanson n’est absolument pas représentative du reste de l’album, et que sa place dessus est même discutable par souci de cohérence. J’adore toujours ce single cependant, qui est l’un des plus risqués que Beyoncé ait sorti à ce jour. Et cette intro dubstep? Sublime.
Note :  8,5/10

Ralph : Alors là, je vais en surprendre plus d’un je pense. Cette chanson fait vraiment tâche sur l’album. A part le refrain (qui peut faire mal à la tête à certains), on a du mal à retenir quoique ce soit de la chanson. Seul point positif : la musique derrière qui n’est rien d’autre que “Pon Di Floor”. A part ça… nada! Certes, on s’habitue à force, mais si je dois la noter  par rapport aux autres chansons de l’album, elle ne mérite pas plus de…
Note :  4/10

ALBUM REVIEW : BEYONCE – 4

CONCLUSION

Ralph : Beyoncé tient, là, un très très bon album! L’un des meilleurs selon moi. Mais commercialement , j’ai peur. Je ne comprends absolument rien à cette promotion. En tout cas, l’absence de Mathew Knowles est vraiment palpable… On verra bien la suite des évènements.


NOTE GENERALE : 8,33 /10

Moe : Même sil se distingue nettement des albums pop mainstream qui baignent dans la facilité de la dance music et même s’il constitue une amélioration indéniable par rapport à Sasha Fierce en terme de cohérence et de qualité de production vocale et musicale, “4″ reste un album qui ne révolutionne pas particulièrement le monde musical (a part la prise de risque de run the world) et n’est pas à la hauteur du défi qu’attend une artiste mondiale qui se veut être du même calibre que Michael Jackson ou Aretha franklin.

Et surtout à mon goût Beyoncé ne réussit toujours pas à exprimer ses émotions profondes, ne dépassant pas la colère superficielle (Start Over) et la fausse sensibilité trafiquée d’effets de voix (I Miss You). Jusqu’à présent, Beyoncé n’a pas su démontrer que derrière une excellente chanteuse et showwoman, il y a une femme qui souffre comme elle le prétend dans les paroles de ces chansons.

La raison n’est pas à chercher dans sa musique, mais dans sa vie. Beyonce n’a jamais connu de drame ou de déception, pour être suffisamment écorchée et l exprimer sincèrement dans ses œuvres. C’est pour cette raison que je ne cautionne pas cette direction artistique malgré la qualité de l’album.

Pour finir, je souhaite m’adresser directement à Beyoncé : comme tout va bien pour toi Bee, reste sur l’uptempo énergique de caractère, qui te permet de briller sur scène et d’éclipser toutes les autres chanteuses. Pour les sentiments sincères et mélancoliques, vaut mieux attendre ta séparation avec Jay Z.


NOTE GENERALE : 7/10

Mes HighLights sont : End Of Time, Run The World


Kay : Beaucoup de spéculations ont précédé la sortie de ce nouvel album de Beyoncé, notamment sur sa direction musicale. Peu de personnes s’attendaient à ce qu’elle sorte un album de R&B aux influences old school en plein milieu d’une guerre dévastatrice entre les nouvelles princesses de la Pop (Lady Gaga, Katy Perry, Rihanna, Ke$ha) et la princesse attitrée Britney Spears. Cet album majoritairement composé de ballades aura de quoi surprendre les amateurs de Pop pour qui suivre les tendances éphémères (europop, electropop, etc.) est devenu une condition sine qua non de succès.

Mais après 15 ans de carrière, Beyoncé s’est octroyée le droit de pouvoir faire la musique qu’elle aime, et sortir des carcans de l’industrie musicale motivée par le succès commercial. Les véritables fans de Beyoncé ne seront cependant pas surpris par la direction musicale de cet album. Un retour rapide en 2003 servira à comprendre, après écoute de son premier album solo “Dangerously In Love”, la dualité musicale qui habite Beyoncé. Si cette dernière n’avait pas eu ce physique de rêve et cette capacité à dominer la scène comme personne d’autre de sa génération ne sait le faire, il est fort à parier que Beyoncé n’aurait pas été une Pop star. Mais ce n’est pas en chantant de la Soul qu’elle parviendrait à réaliser ses rêves. Elle a rapidement compris que si elle voulait devenir un icône, avant de devenir une légende, il lui faudrait dominer la scène Pop comme l’a fait son idole Michael Jackson. Chose qu’elle est parvenue à faire, ayant notamment été consacrée artiste Pop de la décennie précédente par Billboard.

Elle a ainsi fait un sacrifice partiel de son intégrité artistique pour atteindre son but. Désormais, elle a envie de (re)faire la musique qu’elle aime véritablement, sans que la réussite commerciale ne soit une priorité absolue (je précise bien “absolue”, car n’importe quel artiste populaire souhaiterait voir son projet transformé en réussite commerciale). La décision de se séparer de son père, qui était l’essence de sa réussite commerciale depuis les Destiny’s Child, en est le parfait exemple. L’on sent une Beyoncé beaucoup plus libre artistiquement, qui n’a pas peur de tester de nouvelles choses, qui prend le contrôle de sa vie et de sa carrière, qui se redécouvre en tant que personne et artiste. Sur cet album, l’on sent une authenticité vraiment rare pour une artiste aussi manufacturée que Beyoncé, l’on sent la passion, l’aggressivité dans sa voix, mais aussi beaucoup de vulnérabilité aussi. L’on la sent à l’aise dans des styles qu’elle aime, plutôt que dans des choix tactiques pour plaire à la masse.

Et ces risques semblent porter leur fruit, puisque le succès commercial de l’album est au rendez-vous. L’on est bien loin de la domination mondiale d’une Lady Gaga, mais Beyoncé semble viser la progression et le long terme, plutôt que la consommation rapide à court terme. Elle n’a jamais aussi bien chanté que sur cet album, et la progression de sa voix au cours des dernières années est vraiment impressionnante. Cet album ne fera pas l’unanimité, notamment parce que les amateurs de Pop attendent de Beyoncé qu’elle les fasse bouger, pas qu’elle les fasse pleurer.

Et dans une industrie où la production surchargée des chansons est devenue la norme, il est un peu déroutant d’entendre un album qui laisse beaucoup plus de place à la subtilité des arrangements pour permettre à la voix, une vraie voix, de briller de toute sa splendeur. Dans un monde où l’instantanéité de l’impact des chansons est devenue une condition imparable pour leur viabilité, il est assez dérangeant d’écouter un album où les chansons doivent être apprivoisées, déballées comme un cadeau avant de réellement pouvoir les apprécier. J’ignore si Beyoncé conservera cet état d’esprit, mais c’est en tout cas la première fois depuis longtemps que je la sens plus artiste que Pop star. Et cela fait un bien fou. Dommage que le lancement du projet ait été victime d’un amateurisme incroyable et impardonnable pour une chanteuse de ce calibre.


NOTE GENERALE : 8,04 /10


A retenir : I Care, I Miss You, Love On Top, End Of Time, Party, Rather Die Young, Run The World (Girls)

Choix idéal de single :

BUZZ SINGLE : Run The World (Girls)

1er single :  End Of Time

2e singles : Love On Top (Pop) / Countdown (Urban)

3e single : I Care

NOTE GLOBALE :  7,79/ 10


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kayrhythm 6979 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines