Magazine Cinéma

War Between Planets

Publié le 11 juillet 2011 par Olivier Walmacq

war_between_planets_poster_01

genre: science fiction
année: 1966
durée: 1h20

l'histoire: Des scientifiques et des chercheurs essaient d'empêcher la collision entre la Terre et une planète inconnue. Mais la mission s'annonce des plus périlleuses.

la critique d'Alice In Oliver:

Antonio Margheriti est un réalisateur italien plus que compétent derrière la caméra. Ce cinéaste compte une filmographie plutôt intéressante.
Toutefois, Antonio Margheriti a également sévi dans le cinéma bis. Par conséquent, ce réalisateur a signé de nombreuses séries B très dispensables, jouant sur le succès de certains films de genre.
A ce sujet, comment ne pas évoquer quelques films aux titres évocateurs, comme Alien, la créature des abysses ou encore les Aventuriers du Cobra d'Or ?

Dans les années 60, le genre science fiction connaît encore un vif succès. On parle surtout de la conquête spatiale et de la peur de la fin du monde.
Dans War Between the Planets, réalisé en 1966, Antonio Margheriti réunit ses deux thématiques. L'affiche du film est pour le moins mensongère.
Certes, on y voit des créatures affreuses s'attaquer à quelques astronautes.

Seul problème, dans le film, les monstres sont peu nombreux, pour ne pas dire presque totalement inexistants de cette série B nanardeuse et définitivement fauchée. C'est vraiment l'un des plus mauvais crus d'Antonio Margheriti. Le scénario est totalement improbable.
La Terre est menacée par une autre planète qui risque de la percuter. Le compte à rebours est lancé avant la collision.

Heureusement, un groupe d'astronautes et de scientifiques étudie la situation. Ils partent dans l'espace pour éviter cette catastrophe.
Malheureusement, War between the Planets ne tient jamais ses promesses. Ce film de science fiction est pour le moins bavard, en sachant que les dialogues sont franchement quelconques.
Ensuite, les acteurs sont assez mauvais. Même chose pour le voyage spatial qui nous est proposé et qui n'est guère palpitant.
Reste un ton très sérieux et certaines situations involontairement hilarantes. Mais c'est trop peu pour sauver cette série B de l'ennui.

Note: 03/20
Note nanardeuse: 11/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines