Magazine

2010 : « une bonne surprise » pour Guillaume Sarkozy et Malakoff Médéric

Publié le 11 juillet 2011 par Joris98

Le groupe paritaire de protection sociale, Malakoff Médéric, dirigé par Guillaume Sarkozy, affiche pour 2010 des résultats positifs, avec un bénéfice net de 202M d’euros et une augmentation de 29% de ses bénéfices par rapport à 2009.


Le délégué général du groupe, Guillaume Sarkozy, a fait part d’une « bonne surprise ». Il s’est montré satisfait de ces résultats : « en 2010, Malakoff Médéric a renforcé son assise financière et consolidé ses fondamentaux en retraite et assurances de personnes. En 2011, le Groupe est en position favorable pour poursuivre son développement et construire son métier de demain, en s'appuyant sur sa capacité à innover et à développer des partenariats stratégiques ». 

Par ailleurs, le groupe compte développer ses activités commerciales dont les résultats sont moins performants. Le chiffre d’affaire de Malakoff Médéric en assurances de personnes a progressé de 0,9% pour atteindre 3,4 milliards d’euros, dont 1,5 milliard en prévoyance (+3,9%) et 1,56 milliard en santé (+1,6%).

Le président du groupe explique ainsi que «le ralentissement du développement commercial est lié à notre volonté de préserver nos marges. Nous avons connu des résiliations car nous ne voulions pas suivre la baisse des prix.» Pour 2011, le groupe entend bien poursuivre son ascension en améliorant, d’une part, sa compétitivité : «Depuis la fusion en 2008, nous avons amélioré notre productivité de 12%, précise Guillaume Sarkozy. Nous visons des gains de 18% à fin 2011.» Malakoff Médéric veut enfin relancer son développement commercial en ouvrant différents nouveaux magasins : «Nous aurons 11 boutiques fin 2011, nous visons 25 boutiques d’ici fin 2012», a conclu le dirigeant. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Joris98 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte