Magazine Conso

La fortune de sila

Par Lorraine De Chezlo
LA FORTUNE DE SILAde Fabrice Humbert

Roman - 315 pages
Editions Le Passage - août 2009
A la terrasse d'un grand restaurant, par ce mois de juin 1995, un couple russe, deux jeunes amis qui fêtent une embauche à La City de Londres. Et un client en colère quand le serveur Noir demande à son fils de rejoindre la table. Le client, de rage inexpliquée, frappe le serveur à lui casser le nez. Personne ne réagit. Une violence anodine qui annonce des fissures dans les vies des spectateurs indifférents.
A travers cette scène d'agression gratuite, par delà cette injustice, Fabrice Humbert dresse le portrait des personnages "satellites". Il y a un oligarque russe, qui a fait fortune sous Elstine et qui se retrouve à magouiller dangeureusement avec les Tchétchènes, toujours assoiffé d'argent et angoissé par la faillite, sous le regard consterné de sa femme Elena. Il y a Simon le matheux sérieux et son colocataire Mathieu grand fêtard et ambitieux, tous deux à fêter le nouveau poste de Simon à La City, et les perpectives financières qui s'annoncent. Et il y a ce couple d'Américains, dont l'enfant fait la sourde oreille et vagabonde sans cesse entre les tables du restaurant, dont l'homme s'énerve violemment, dont la femme regarde médusée ce drame qui met mal à l'aise.
Et bien sûr, il y a Sila, le serveur, la victime, homme digne, vie insignifiante mais trajectoire si courageuse.

Extrait :
"Dans un mouvement terriblement ralenti où la négociation fut comme suspendue, les figures se mêlèrent et tandis qu'une vague d'amertume l'emplissait, Lev sentit l'écrasant déferlement du temps : son existence se refermait sur lui, sa jeunesse s'éloignait à la vitesse de l'éclair.
Brutalement, plus rien n'eut de sens. Il resta figé. Les mots se perdirent. S'il avait pu, il aurait happé cette femme de l'autre côté de la table, fantome de sa jeunesse, mais il se contenta de la fixer et de subir comme dans un tourbillon l'effrayante votesse de la défaite, non plus celle de ses richesses qui s'envolaient, mais tout simplement, et inéluctablement, de sa vie."

Derrière ces personnages, la présence de l'argent abondant apparaît comme une cause inéluctable de violence, de déséquilibre, de pertes de ses repères, de déceptions amères. Fabrice Humbert décrit avec détails cette scène et en fait le pivot de son roman, en s'attardant par la suite sur les portraits et les passés des personnages, puis de ce qui s'ensuivit dans leurs carrières et leurs vies personnelles. Avec la certitude de l'auteur que leurs parcours ont été influencés ou ont pû être devinés dès le jour de cette scène de restaurant.


Un roman très bien écrit, autour des ravages de l'argent et de l'avidité qu'il suscite, de la folie qu'il sème dans les cerveaux, de la perte qu'il entraîne pour les sujets qu'il aliène. La fortune de Sila, c'est justement qu'il n'en a pas. Ses sentiments sont motivés autrement, même si la violence qui gangrène la société pourra avoir raison de lui.

L'avis de Papillon - Journal d'une lectrice
L'avis de Cécile - Ma lecture Emoi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lorraine De Chezlo 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines