Magazine Beaux Arts

Du sang bleu

Publié le 12 juillet 2011 par Myarts

Du sang bleu artistiqueImage :REUTERS/John Stillwell

Du sang bleu artistique! :-)

William et Catherine visitent Inner City Arts, à Los Angeles. Le temps d’une performance artistique en direct, on voit le travail de Will, timide et réservé; quant à sa douce moitié, elle s’acquitte sa tâche avec affirmation et rapidité. Mais tous les deux se heurtent à un support à peindre au format le plus difficile, le carré. Car le centre d’un carré est réconfortant, mais il est sans pitié pour ceux qui ne connaissent pas les rudiments de la composition.

Pour faire intéressant, en terminant ce billet sans trop savoir comment…  nous vous demandons : saviez-vous d’où vient l’expression « douce moitié » ?

[...] Qu’était la nature humaine, et que lui est-il arrivé ? Notre nature était autrefois différente : il y avait trois catégories d’êtres humains, le mâle, la femelle, et l’androgyne. De plus, la forme humaine était celle d’une sphère avec quatre mains, quatre jambes et deux visages, une tête unique et quatre oreilles, deux sexes, etc. Les humains se déplaçaient en avant ou en arrière, et, pour courir, ils faisaient des révolutions sur leurs huit membres. Le mâle était un enfant du soleil, la femelle de la terre, et l’androgyne de la lune. Leur force et leur orgueil étaient immenses et ils s’en prirent aux dieux. Zeus trouva un moyen de les affaiblir sans les tuer, ne voulant pas anéantir la race comme il avait pu le faire avec les Titans : il les coupa en deux. Il demanda ensuite à Apollon de retourner leur visage et de coudre le ventre et le nombril du côté de la coupure.

Mais chaque morceau, regrettant sa moitié, tentait de s’unir à elle : ils s’enlaçaient en désirant se confondre et mouraient de faim et d’inaction. Zeus décida donc de déplacer les organes sexuels à l’avant du corps. Ainsi, alors que les humains surgissaient auparavant de la terre, un engendrement mutuel fut possible par l’accouplement d’un homme et d’une femme. Alors, les hommes qui aimaient les femmes et les femmes qui aiment les hommes (moitiés d’androgynes) permettraient la perpétuité de la race; et les hommes qui aiment les hommes (moitiés d’un mâle), plutôt que d’accoucher de la vie, accoucheraient de l’esprit.

Voilà! Du Platon, le Banquet, sur Wiki.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Myarts 493 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines